» » » 100 jours avant la COP21, la France doit s’engager davantage

100 jours avant la COP21, la France doit s’engager davantage

RAC-cop21--france-rechauffement-climatiqueLa France qui accueille la COP21 a encore 100 jours pour montrer sa volonté et son exemplarité sur le sujet (cf les enjeux de la 21 ème conférence contre le réchauffement climatique)

Une responsabilité toute particulière en tant que pays organisateur, qui ne se limite pas à faciliter les négociations internationales. Ainsi pour le Réseau Action Climat France, le gouvernement Français doit décliner à minima 5 actions préalables clés avant la conférence pour illustrer sa dynamique forte sur le sujet :

100% d’énergies renouvelables à l’horizon 2050 :

C’est faisable, l’association Negawatt depuis 2001 a réuni et travaillé sur ce scénario. Le transcrire en projet de loi tout en s’assurant que la trajectoire fixée par la loi de transition énergétique est respectée, notamment pour la réduction de la part de l’énergie nucléaire (50% en 2025).

Doubler le rythme des installations des parcs éolien et photovoltaïque serait également une bonne trajectoire (700 éoliennes et 8 km2 de PV par an) à court terme.

Pour rappel la France était en 2012 seulement au 14 ème rang des pays Européens sur la part d’énergies renouvelables dans la consommation électrique (16,2%) alors que l’Autriche et la Suède sont à plus de 67%.

En emploi, le potentiel de croissance est conséquent:  170 000 emplois dans le renouvelable en France versus 400 000 en Allemagne.

Suppression de tout soutien publique à la construction de nouvelles centrales de charbon à l’Etranger :

L’Etat est actionnaire de deux grandes entreprises Françaises qui s’illustrent sur ce sujet et, à ce titre, doit pouvoir influer sur la stratégie de celles-ci ; l’une d’elle, au travers de 46 centrales dans le monde génère l’équivalent de 50 % des GES émis par la France.

Par ailleurs, le Président de la République s’était engagé en février dernier à mettre un terme à tous les soutiens publics de la COFACE au charbon. Pour le RAC, il serait très positif de confirmer cet engagement.

Adopter la taxe sur les transactions financières (TTF) :

La commission Européenne estime que la taxe pourrait rapporter de 24 à 34 Milliards de recette par an si la réunion des ministres européens prévue début octobre aboutit positivement et acte avec une application pour début 2017.

Les 11 Etats Européens doivent s’y engager, et la France qui a été plus que prudente sur ce sujet depuis les discussions de 2012, doit désormais œuvrer à la conclusion rapide de l’accord, avec un taux de taxation suffisamment ambitieux (aligné sur le taux du Royaume Uni par exemple).

Taxe carbone, faire une réelle contribution climat-énergie :

La loi de transition énergétique acte d’un cap ; les associations demandent à ce que le projet de loi de finances de 2016 inscrive une trajectoire d’augmentation de la taxe sur au moins trois ans, de 32 € la tonne en 2016 à 47 € en 2018. Tout en incluant dans la contribution, les transports routiers et aériens qui pour l’instant sont exclus du dispositif.

En France, le transport représente 27% des émissions de gaz à effet de serre et est le premier poste d’émission de GES.

Faciliter la mobilité alternative à la voiture :

Le RAC demande que d’une part le réseau ferré Français soit sauvegardé. Signalons qu’en cas de remplacement d’un train par un autocar, 1/3 des voyageurs se reportent sur la voiture ou sur l’avion, ce qui n’est pas sans impact. La loi Macron qui ouvre la concurrence aux autocars ne va donc pas forcément dans le bon sens en terme de GES.

D’autres part, le vélo doit trouver sa place pleine et entière dans les politiques de mobilité. Concrètement au travers de la mise en place de l’ indemnité kilométrique vélo (IK vélo) prévue par la loi de transition énergétique, mais aussi par le lancement d’un appel à projet national dédiée aux collectivités.

La moitié de nos déplacements sont de moins de 3km, le vélo peut y avoir la part belle.

 

Source: communiqué du Réseau Action Climat France (RAC) et conférence de presse

 

Une réponse

  1. Marie-K
    | Répondre

    Il y a par chance de quoi nous engager chacun jour après jour ! Il ne faut pas baisser les bras et voir où peut aller l’individuel !

Répondre