» » Adoucisseurs d’eau et économies

Adoucisseurs d’eau et économies

Tige avec sans calcaireEn France, 85% de la population a une eau dure, ce qui n’est pas sans impact sur notre santé et sur celle des équipements. Une eau dure, et donc pleine de calcaire, peut avoir des conséquences sur les équipements mais aussi sur notre santé. Quelles sont-elles ? Adoucir son eau est-il une solution ?

Pourquoi adoucir votre eau ?

Avec une moyenne de dureté de l’eau de 30° TH (Titre Hydrométrique) en France, il est important d’adoucir son eau. Car une eau dure peut avoir un impact sur les canalisations, les appareils électro-ménagers mais aussi sur notre santé. En effet, la présence de tartre dans les canalisations est très fréquente et peut endommager les matériaux, avoir des conséquences sur le débit mais aussi et peut surtout favoriser le développement bactérien. De plus, une eau dure aura un impact au quotidien sur le linge qui sera rêche après le lavage, la peau sensible qui tire ou encore les traces blanches de calcaire sur les verres sortis du lave-vaisselle.

La dureté de l’eau à également un impact sur la durabilité des appareils ménagers. En effet, le calcaire va se poser sur la partie chauffante des appareils, diminuant leur rendement et endommageant certaines pièces. Un appareil récent peut rapidement tomber en panne à cause d’une eau trop dure.

Composition et fonctionnement d’un adoucisseur d’eau

Filtre-anti-calcaire
(adoucisseur-eau.org)

Un adoucisseur d’eau classique se compose principalement d’une résine échangeuse d’ion et d’un bac de sel. La dureté de l’eau est due à la présence de sels alcalinaux-terreux tels que les carbonates, les sulfates mais surtout des chlorure de calcium (Ca²+) et de magnésium (Mg²+). Ces derniers ions Mg²+ et Ca²+ sont les ions responsables de la formation du tartre.

La résine utilisée se trouve sous forme de billes poreuse, est composée d’ions sodium Na+ mais possède une affinité plus importante pour les ions Ca²+ et Mg²+. Quand l’eau calcaire va être en contact avec la résine, les ions Ca²+ et Mg²+ vont alors être attirés par elle et ils vont se fixer à la place des ions Na+, sachant que chaque ions Ca²+ et Mg²+ va chasser 2 ions Na+ de la résine, qui vont être libéré dans l’eau.

Une fois que tous les ions Na+ ont été échangés, on dit que la résine est saturée et il faut alors la recharger avec de la saumure (solution saturée en chlorure de sodium) d’où la présence indispensable de sel.

 

Il y a donc 2 modes de fonctionnement pour un adoucisseur : en service lorsque l’eau est adoucie et en mode régénération où la résine est rechargée en ions Na+. Durant cette dernière phase qui dure entre 1h et 2h, l’eau ne peut être adoucie. Sachant que l’adoucisseur est placé au niveau du point d’arrivée d’eau, sur le compteur d’eau généralement, Il est équipé d’un système de by-pass pour que l’utilisateur puisse accéder à l’eau même pendant la régénération.

Il existe également des adoucisseurs CO2 qui ne vont pas utiliser d’ions Na+ mais qui vont injecter du CO2 dans l’eau, transformer le calcaire en bicarbonate et le dissoudre dans l’eau. Cette technique est plus performante mais également beaucoup plus cher qu’un adoucisseur classique (environ le double de prix).

Différents types d’adoucisseurs classiques possibles

Sumo1
Adoucisseur Sumo de Sentinel

L’utilisation d’une résine échangeuse d’ion se fait dans tous les adoucisseurs classiques. Mais de nombreux modèles différents existent sur le marché. Notamment au niveau de la régénération. En effet, pour certain la régénération est décidée par une horloge que l’on programme aux heures voulues mais ce modèle nécessite de l’électricité. Une autre possibilité consiste à utiliser une vanne volumétrique, qui fonctionne par pression du réseau. Lorsqu’un certain volume d’eau est passé, la régénération se met en route mais elle n’utilise pas d’énergie. C’est le cas par exemple du modèle proposé par Sentinel. Ces deux exemples sont pour des adoucisseurs automatiques, mais il est possible d’avoir un adoucisseur manuel, auquel cas il faudra être vigilant quant au processus de régénération et surveiller régulièrement la dureté de l’eau. Culligan, leader du marché propose de nombreux modèles différents.

Pour tous les adoucisseurs, un filtre est placé en amont du dispositif afin de protéger la résine des impuretés solides éventuelles. Il doit être nettoyé régulièrement, en moyenne une fois par an.

 

Dans tous les cas, une eau totalement adoucie est bien plus corrosive qu’une eau dure donc il est fortement conseillé d’avoir une eau à 5-10° TH en réintroduisant de l’eau dure à la fin du processus. Ceci est programmable sur l’adoucisseur qui va régler la dureté de l’eau souhaitée et le volume d’eau à traiter dans le logement.

Adoucir son eau pour faire des économies

Serviettes avec sans calcaire

 

Alors que la réglementation exige des appareils de plus en plus performants, il est rarement mention de l’entretien concernant le tartre. Or la présence d’1 mm de tartre demande 10% d’énergie en plus pour chauffer ECS. Une eau douce est plus facile à chauffer. Ainsi la présence d’un adoucisseur peut offrir jusqu’à 30% d’économie d’énergie sur le poste de production d’ECS.

De plus, le coût d’un détartrage ou du changement de son équipements/électroménagers peut revenir très cher.

Enfin, une eau dure rend moins efficace les produits ménagers comme la lessive, le produit lave-vaisselle… Il a été évalué qu’une eau plus douce permettait de faire jusqu’à 470€ d’économie en produit ménagers par an ! Attention cependant à prendre également en compte le coût de l’entretien de l’adoucisseur.

S’il peut être avantageux d’installer un adoucisseur chez vous, il est aussi primordial de penser à la maintenance annuelle de celui-ci. Vérification de la dureté de l’eau en sortie, vérification du procédé de régénération, nettoyage du bac à sel et enfin vérifier l’état du filtre (qui est à changer tous les 2-3 ans) vous garantiront un appareil d’une durée de vie quasi infinie.

Répondre