» » Appel d'offres pour l'éolien offshore: les professionnels se réjouissent de l'annonce du Président de la République

Appel d'offres pour l'éolien offshore: les professionnels se réjouissent de l'annonce du Président de la République

SERA l’occasion de sa visite des chantiers de construction navale STX à Saint-Nazaire, le mardi 25 janvier 2011, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a annoncé le lancement de la première tranche de l’appel d’offres éolien offshore français. Ce dernier représente une puissance de 3 000 MW, soit 2% de la consommation électrique de notre pays.

Le volume de 3.000 MW de l’appel d’offres est un signal positif pour la filière éolienne française, mais aussi pour des acteurs des chantiers navals, de l’énergie, de l’automobile, de la chaudronnerie, des fondations, des câbles et matériaux électriques ou encore de l’aéronautique qui, en se positionnant pour participer à ce grand chantier, pourront redéployer leurs activités et mobiliser le tissu industriel.

Au-delà des objectifs environnementaux et énergétiques, il s’agit, avec cet appel d’offre, de créer une filière industrielle française compétitive, capable de répondre au marché européen, en particulier aux pays d’Europe du Nord, qui affichent, eux aussi, des objectifs ambitieux et qui ont déjà commencé le développement de l’éolien offshore.

Depuis plusieurs années, des consortiums, composés autour des activités portuaires, de collectivités territoriales, d’entreprises, d’infrastructures, de centres de recherche, de prestataires de service se sont constitués pour développer cette industrie.

L’annonce faite, par le Président de la République, confirme l’engagement de notre pays dans le développement de l’énergie éolienne et sa volonté de répondre aux objectifs de 23% d’énergies renouvelables en 2020 que s’est fixée la France, tout en redynamisant le tissu industriel de nos territoires. La filière éolienne française emploie aujourd’hui plus de 11 000 personnes et représentera plus de 60.000 emplois en 2020.

D’ici le lancement officiel de l’appel d’offres, il faudra être attentif à ce que les zones retenues soient, en nombre et en taille suffisantes pour permettre la réalisation effective des 3.000 MW.

Source: Communiqué de presse du 25 janvier 2011 du Syndicat des Energies Renouvelables (SER) et de France Energie Eolienne

4 réponses

  1. Enr-DevDur
    | Répondre

    Bonjour
    Pour votre information : L’appel d’offres sera lancé en mai par la Commission de Régulation de l’Energie pour une remise des offres en novembre 2011

    • Enr-DevDur
      | Répondre

      Le Gouvernement a sélectionné 5 zones, d’une surface totale de 533 km2 et représentant une puissance maximale de 3.000MW :
      · Le Tréport (Seine-Maritime, Somme)* – 110 km2, pour une puissance maximale de 750MW ;
      · Fécamp (Seine-Maritime) – 88 km2, pour une puissance maximale de 500MW ;
      · Courseulles-sur-Mer (Calvados) – 77 km2, pour une puissance maximale de 500MW ;
      · Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) – 180 km2, pour une puissance maximale de 500MW ;
      · Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) – 78 km2, pour une puissance maximale de 750MW.

    • Le Lillois
      | Répondre

      Le surcoût de l’électricité produite par les éoliennes sera compensé par la contribution au service public de l’électricité. Pour financer ce programme, la contribution sera relevée entre 2015 et 2020 pour représenter 4 % de la facture des ménages en 2020, soit environ 25 euros par ménage et par an !!!!!!!!

    • Eol
      | Répondre

      Chute de 19% en Allemagne des installations éolienne en 2010

Répondre