» » » Les atouts de la filière sèche

Les atouts de la filière sèche

Le secteur du bâtiment est un gros consommateur de ressources, notamment en eau et en énergie. Il est pourtant possible de diminuer ces consommations pour construire des bâtiments ayant moins d’impacts sur l’environnement. C’est le cas de la filière sèche. Quelles différences avec la filière classique ? Quels sont ses atouts ?

Différences entre filière sèche et filière humide

160727-byg-chantierbois-211-small
Assemblage sur chantier des éléments préfabriqués

La principale différence entre la filière classique, dite filière humide, et la filière sèche concerne l’utilisation d’eau. En effet si la filière humide utilise principalement du béton et du ciment, sous forme de parpaing ou coulée en remplissage associé à du métal, la filière sèche utilisera principalement 3 matériaux : le bois, le plâtre et l’acier. La filière sèche évite ainsi l’étape délicate du séchage, souvent responsable de mal façon et qui peut engendrer des dégâts si elle n’est pas correctement respectée. Ainsi, la filière sèche consomme beaucoup moins d’énergie et d’eau à chantier de taille équivalente.

Autre différence majeure entre la construction humide et la construction sèche : la préfabrication en usine. En effet, avec la construction sèche, tous les éléments constitutifs de la construction sont fabriqués à l’avance et n’ont plus qu’à être assemblés sur le chantier. Les systèmes constructifs utilisés permettent ainsi d’éviter l’utilisation de colle ou de ciment. Seul le transport est à prévoir, mais il reste moins énergivore puisque proportionnellement, une maison en construction sèche est 5 fois moins lourde qu’avec une construction humide.

Un chantier économique et écologique

Les avantages de la construction sèche sont nombreux et touchent plusieurs domaines :

  • Respectueux de l’environnement : de par sa faible consommation en eau, 160727-byg-chantierbois-022-smallun chantier en construction sèche sera toujours plus respectueux de l’environnement qu’un chantier classique. En plus de cela, la majorité des matériaux utilisés sont des matériaux biosourcés (particulièrement le bois qui est capable de stocker le CO2), et ont donc un impact moindre sur l’environnement. Pour comparaison, l’énergie grise du béton est de 500 kWh/m³ alors que celle du bois d’œuvre est de 180 kWh/m³…
  • Rapide et économique : la préfabrication permet de pouvoir mieux maîtriser son chantier. En effet, une fois que tous les éléments constitutifs sont produits en usine, il reste seulement à gérer le transport et l’assemblage sur place sans avoir à se soucier des conditions climatiques. Ainsi en 2 semaines, le clos et couvert (mise hors eau et hors sol) est assuré, les étapes de séchage étant supprimées. La durée de chantier est donc drastiquement raccourcie. Concernant les engins, il n’est pas nécessaire d’en avoir beaucoup et se sont généralement de petites machines. Un coût en moins qui n’est pas négligeable sur un chantier.
  • Peu de nuisances : La construction sèche offre un chantier propre et source d’une très faible quantité de déchet. Il n’émet ni poussière, ni nuisances sonores ce qui est fortement apprécié par le voisinage

 

Filière sèche pour allier performance et économie

La filière sèche utilise donc principalement 3 matériaux pour ses constructions : le bois, l’acier et le plâtre

plaques fermacell
plaques Fermacell

Le bois : Les constructions à ossature bois sont les premières auxquelles on pense lorsque l’on pense à une construction sèche, notamment pour la résistance qu’offre le bois ainsi que pour ses qualités isolantes. Le bois est 12 fois plus isolant que le béton, mais son inertie est bien plus faible. D’où l’importance d’augmenter la masse des murs avec un enduit naturel. Il est également important d’être vigilant à l’étanchéité dans ce type de construction, avec la mise en œuvre d’un pare- vapeur qui va limiter la transmission de vapeur d’eau tout en améliorant l’étanchéité à l’air de l’enveloppe.

L’acier : tout comme le bois, l’acier est utilisé pour la construction sèche, notamment pour tout ce qui est ossature métallique. L’avantage de l’acier est qu’il offre une grande liberté architecturale et qu’il est très durable. Si sa production est assez coûteuse en énergie, des efforts ont été faits ces dernières années pour diminuer l’énergie grise de l’acier. Il faut cependant prêter attention au traitement des ponts thermiques dans ce type de construction.

Les plaques de plâtre : Elles sont très largement utilisées dans la construction sèche car elles sont directement prêtes à poser. Les plaques de type Fermacell en gypse et en fibre de cellulose s’utilisent pour les cloisons distributives et séparatives pour ossature bois/acier, paroi murs ossature bois, doublage en demi cloison, plafond, rampant et chape sèche. Elles permettent également d’assurer des reprises de charges ou le contreventement et offrent de bonnes performances thermiques et acoustiques.

Globalement un chantier en construction sèche permet de limiter les émissions de CO2 et offre un bilan carbone plus intéressant. Les procédés de construction sont tout à fait en accord avec la RT2012, la maison passive et même la future réglementation thermique de 2020.

Sources : logisneuf

Répondre