» » » Le bloc de béton en miscanthus allie performances et matériau biosourcé

Le bloc de béton en miscanthus allie performances et matériau biosourcé

Posté dans : Bio Matériaux | 0

Depuis plusieurs années, les matériaux biosourcés ont de plus en plus la cote. C’est le cas du miscanthus qui intéresse les industriels dans deux domaines : la plasturgie, avec de nouveaux composites polymères, notamment pour l’industrie automobile et surtout dans la construction. Quel type de produit ? Quel développement en France ?

Le miscanthus, une filière locale en développement

MiscanthusCette plante originaire d’Asie est une graminée stérile à rhizome, utilisable comme combustible et comme biomatériau. Très robuste avec une durée de vie de 20 ans en moyenne, la variété utilisée est stérile et non invasive pour éviter le développement incontrôlé de la plante. L’avantage premier de cette culture est qu’elle s’adapte parfaitement aux terres polluées, dégradées ou pauvre en nutriments, et n’entre donc pas en concurrence avec l’agriculture alimentaire.

En plus d’offrir une production sur 15-20 ans sans avoir besoin de replanter, le miscanthus n’a besoin que de très peu d’intrants, seulement la première année car elle est sensible à la concurrence à ce stade. Son rendement est maximal au bout de 2 années et il varie entre 12 et 20 tonnes par hectare.

En France, il y a environ 2 500 hectares de plantation de miscanthus surtout localisé en région IDF et Grand Est. La filière est coordonnée par l’Association Biomis G3 qui privilégie une production et transformation locales afin de limiter le bilan carbone par un circuit court. Le miscanthus permet de produire des bétons légers, des enduits, des chapes de ciments ou encore des plaques d’isolation. De quoi alimenter la bio économie locale grâce aux produits biosourcés.

 

Le bloc béton en miscanthus, 3 fois plus isolant que le béton

Bloc MiscanthusLe miscanthus est un très bon matériau pour la construction car sa fibre possède un très bon pouvoir absorbant et une bonne capacité d’isolation. Ciment Calcia et Alkern ont réunis leurs compétences pour le premier bloc autoporteur en béton de miscanthus offrant une isolation thermique et acoustique. Ce bloc de construction de 20x50x20 cm et avec poids comparable au bloc de béton classique, est composé de 60% de broyat de miscanthus qui vient remplacer le granulat habituellement utilisé dans les parpaings.

Concernant ses caractéristiques techniques, on retrouve :

  • Une résistance mécanique  de 3MPa (le béton classique étant entre 20 et 50 MPa et le béton cellulaire aux alentours de 4 MPa). Il est donc possible de l’utiliser pour une construction R+2 voire R+3
  • Résistance thermique de R=0.7m².K/W (elle est de 0.2m².K/W pour bloc de béton classique) ce qui le rend 3 fois plus isolant que le béton classique
  • Une atténuation du bruit de 54 dB sur un mur enduit
  • Une bonne résistance au feu : 4h selon les tests effectués
  • Il est recyclable et non sensible aux rongeurs et aux termites

Le béton de miscanthus promet donc d’être à la fois performant et durable ce qui le rend totalement compatible avec la RT2012, la BBC et même la future RBR2020

Une gamme de produit complète

Seul bloc autoporteur parmi les bétons biosourcés, la gamme de béton de miscanthus est assez large :

  • Bloc standard (plein)
  • Bloc poteau
  • Planelle isolée
  • Chainage horizontale

rendement maison bloc miscanthusConcernant sa mise en œuvre, les fabricants ont optés pour la simplicité puisqu’elle est identique à la pose d’un bloc béton classique. Les habitudes des maçons ne sont donc pas modifiées (le changement du mode constructif étant souvent un frein au développement de nouveaux produits) mais une modification du liant est à prévoir par rapport à la pose classique du fait que la cellulose du miscanthus modifie la prise du béton.

Au niveau des quantités, par exemple, pour une maison de 120 m² de façade, il faut compter 1 200 blocs soit l’équivalent de 3 tonnes de miscanthus.

Pour le moment ce bloc n’en est qu’au stade de prototype, mais dès 2018 un projet de 48 logements sociaux à Chanteloup-en-Brie (77) est prévu avec la mise en œuvre des blocs en bétons de miscanthus sur 17 000m² de façade soit l’équivalent de 50 tonnes de miscanthus

S’il est vrai que les matériaux biosourcés restent à ce jour globalement 10 à 15% plus chers que des matériaux conventionnels, l’utilisation de bloc de béton de miscanthus n’apporterait qu’un surcout estimé à 2%… Soit pas grand-chose…

Répondre