» » » Allier budget modeste et écologie : Connaissez-vous l’éco-dôme ?

Allier budget modeste et écologie : Connaissez-vous l’éco-dôme ?

construction-eco-dome
Autoconstruction d’un éco-dôme (maison-passive.ooreka)

Déjà développé dans les pays à risques, l’éco-dôme est un habitat minimum peu onéreux, rapide à mettre en place, respectueux de l’environnement et composé de ressources locales. On le trouve majoritairement en Haïti, en Iran ou au Maroc.

De quoi est-il fait ? Pourquoi est-il si avantageux ?

Une construction à la portée de tous

Inventé par l’architecte irano-américain Nader Khalili, l’éco-dôme a été créé pour aider la population iranienne à se loger avec des matériaux locaux. Ce logement est constitué de sacs de terre (ou de sable selon les ressources locales) que l’on entasse les uns sur les autres, qui sont ensuite tassés et renforcés à l’aide de fil barbelé. Il suffit ensuite de recouvrir l’extérieur d’enduit afin d’imperméabiliser la structure contre l’eau de pluie et de l’étanchéifier à l’air. Les matériaux utilisés pour l’ossature du dôme ne craignent ni les attaques d’insectes (comme les termites) ni les moisissures.

On en trouve en Iran mais aussi dans les pays pauvres comme l’Irak, le Maroc, le Djibouti ou Haïti car ils sont peu chers, rapides à construire, très isolants, antisismiques et résistants au feu et aux cyclones.

A-t-il d’autres points forts ?

exemple-realisation-eco-dome
(Kay World éco-dôme archi)

Son aspect économique (en auto-construction il faut compter moins de 10 000 € pour 50 m²) et ses performances thermiques ne sont pas ses seuls point forts puisqu’il est réalisé à partir de matériaux naturels (terre, sable, bois) et recyclables (polypropylène).

L’énergie grise mise en œuvre pour construire ce genre de maison est très faible puisqu’il n’y a que la production des sacs de polypropylène et les fils barbelés qui sont sources d’émission de gaz à effet de serre. C’est pourquoi il est encore possible de réduire la quantité d’énergie grise produite pour sa construction.

 

Pour approfondir la démarche de développement durable nous pourrions remplacer le polypropylène par des matériaux tels que la fibre de chanvre ou de lin et en utilisant du fil barbelé recyclé on bâtirait une habitation possédant un impact environnemental quasi nul.

Répondre