» » » Confort et qualité de l’air: la ventilation thermodynamique double flux

Confort et qualité de l’air: la ventilation thermodynamique double flux

VMC double flux Thermodynamique

« Ventilation thermodynamique double flux : décryptage d’une solution qui se revendique être le système le plus performant du marché de la VMC ! »

Nous avons interviewé Adèle de Vomécourt de la société MyDATEC, PME Lyonnaise spécialiste depuis plus de 15 ans de la ventilation thermodynamique, pour qu’elle nous décrypte ce type de système, ses intérêts, enjeux, et principes de mise en place.

Un système « 3 en 1 », pour remplir quelles fonction et selon quelles principes ? Ventilation mais aussi réversible –  chauffage et climatisation – pour limiter les surchauffes en été ?

« La VMC thermodynamique, c’est avant toute chose un système de ventilation qui n’a pas peur de ventiler. » Et ceci avec une règlementation d’aération des logements qui date de Mars 1982 et qui n’a que très peu évolué depuis. « Pourtant on est en 2013, et nos logements ressemblent de plus en plus à des bouteilles thermos : ils sont très isolés, mais surtout très étanches ! » poursuit –elle.

« Le constat est préoccupant : le système qui est encore le plus répandu dans les constructions neuves, même en logement RT2012, c’est le système simple flux hygro-réglable. Pourquoi ? Parce qu’il bénéficie d’une dérogation réglementaire permettant de réduire considérablement les débits de renouvellement d’air, et donc de consommer moins en provoquant moins de pertes par renouvellement d’air. Le problème sur ce type de produits, c’est qu’on se pose la question de savoir si ces débits réduits sont toujours suffisants sur des logements étanches, et isolés. Les systèmes hygroréglables ont la particularité de ventiler quand le degré d’humidité augmente, et de réduire leur fonctionnement quand l’air est sec. Hors, à mon sens, la pollution de l’air intérieur n’est pas seulement liée au degré d’humidité »… note-t-elle.

« Nous croyons donc beaucoup plus aux systèmes double flux qui permettent d’augmenter significativement les débits pour une meilleure qualité d’air intérieur (QAI) ». L’augmentation des débits est possible avec les systèmes doubles flux car ils ralentissent les pertes thermiques via un échangeur statique (entre l’air extrait et l’air entrant).

Les systèmes MyDATEC double flux thermodynamique vont beaucoup plus loin car ils récupèrent la totalité de l’énergie contenue dans l’air extrait de la VMC pour la transférer à l’air neuf et assurer ainsi une fonction de chauffage via la pompe à chaleur sur air extrait (thermodynamique).

Il est ainsi possible de fournir de 2 à 3kw d’énergie calorifique à l’air neuf en consommant de 500 à 800W ; bien souvent, la VMC thermodynamique et un petit appoint de chauffage électrique ou bois suffisent à chauffer un logement BBC. Grâce à ce rendement, la VMC thermodynamique permet de bien ventiler sa maison et d’obtenir ainsi un niveau de qualité d’air intérieur bien meilleur.

Cerise sur le gâteau, le système est réversible, c’est-à-dire qu’on peut inverser le cycle de la pompe à chaleur (PAC). Donc il permet également d’apporter un « rafraichissement actif » de l’ordre de 2,5 KW pour améliorer le confort lors des surchauffes en été.

A découvrir – Schéma de principe de la VMC thermodynamique, comparées aux VMC simple et VMC double flux : cliquez ici

Mais également couvrir les besoins d’ECS ?

« Nous restons vigilants sur les technologies dites « systèmes 4 en 1 ». En effet, comme indiqué, l’énergie contenue dans l’air extrait permet de fournir de l’ordre de 2 à 3 KW d’énergie calorifique pour les besoins du chauffage avec un rendement ou COP de 3,5 à 5. Cet apport d’énergie sur air extrait est donc limité, on ne peut pas transformer plus d’énergie que ce qu’on a de disponible ; mais cela suffit aujourd’hui à chauffer une maison passive car ces maisons sont très performantes, cependant, 2 à 3KW c’est assez peu pour couvrir chauffage et ECS en même temps. » précise Adèle de Vomécourt.

« Je conseille plutôt une VMC thermodynamique fiable et compact qui assure la régulation de l’air ambiant à 100% et un chauffe-eau thermodynamique sur air extérieur qui fait l’eau chaude à 100% sur une autre PAC qui ne se sert pas de l’air extrait. Cela permet de limiter les plages de fonctionnement en effet joule… »

Dans les régions froides, y-a-t-il besoin d’une solution d’appoint de chauffage ? comment fonctionne le système combiné avec poêle à bois ?

Oui, dans les régions froides il faut presque toujours un appoint. Bien entendu, cela dépend beaucoup de l’enveloppe et des débits de ventilations paramétrés. C’est vraiment du cas par cas … et cela doit être étudié avec le bureau d’étude thermique.

« Cependant, ce que je peux vous dire, c’est que nous avons équipé beaucoup de maisons BBC et passives en zone froides (dans les Alpes par exemple), avec un puits canadien bien dimensionné et des résistances de sécurité grand froid uniquement, et les retours sont très positifs. »

Dans les maisons BBC, la plupart des maisons équipées aujourd’hui optent pour la VMC thermodynamique couplée à un poêle à bois, et résistances électriques grand froid pour le confort, ou bien un plancher électrique chauffant en relai de la VMC. L’avantage du couplage sur poêle à bois, c’est que l’on va « attraper » une partie des calories du poêle à bois simplement via une bouche supplémentaire, pour les redistribuer au reste de la maison ou à des chambres éloignées, sous consigne du thermostat.

En rénovation, beaucoup optent pour un mixte chaudière gaz ou fioul / VMC thermodynamique.

La VMC thermodynamique : pour quelles domaines d’application et avec quelle rentabilité ?

La VMC thermodynamique est surtout installée en maison individuelle pour le neuf (BBC et maisons passives), ou pour des rénovations lourdes sur lesquelles on a réalisé en amont un travail de fond sur l’enveloppe (isolation et étanchéité).

Elle est aussi beaucoup utilisée dans les applications tertiaires comme système de ventilation décentralisé qui permet de traiter des petites surfaces (200m2 maxi) tout en apportant un appoint réactif en chauffage et rafraichissement très rentable.

C’est assez compliqué de calculer un retour sur investissement car ce type de système est installé en neuf ou dans le cadre de rénovation complète. Du coup, il a toujours été fait un travail sur l’enveloppe ne permettant pas vraiment de faire un comparatif « avant – après » qui soit significatif et exploitable…

Pour collecter des données fiables, on fait des instrumentations sur plusieurs maisons types, sur plusieurs régions mais il est encore un peu tôt pour exploiter les données récoltées.

Cependant, pour comparer, on peut prendre l’exemple suivant :

Si il fait 20°C dans la maison, et 7°C dehors, un système double flux qui a rendement théorique de 90% va insuffler un air à 18°C environ pour une consommation de 60 W (consommation des ventilateurs)

Dans le cadre d’un système Mydatec, pour les mêmes conditions on aura un air insufflé à 35°C pour une consommation de 500 W environ (compresseur + ventilateurs). A 7°C extérieur on a un rendement ou COP de 4, c’est-à-dire une consommation 4 fois moins importante que de l’effet Joule pour la même puissance fournie.

La maintenance est ce plus compliquée qu’une ventilation classique et pourquoi ?

L’entretien est assez proche de celui d’une VMC double flux classique, et se résume surtout au nettoyage régulier des filtres. La pompe à chaleur du système contient une masse de fluide frigorigène très faible, ce qui ne rend pas obligatoire l’entretien de la pompe à chaleur. Chez MyDATEC on conseille tout de même un contrôle technique tous les 5 ans réalisé de préférence par un frigoriste.

Source : article réalisé sur la base d’un interview de Adèle de Vomecourt, société MyDATEC

En savoir plus sur MyDATEC

Découvrez mydatec VMc double flux thermodynamique VF

Produits MyDATEC pour le tertiaire : cliquez ici

Produits MyDATEC pour l’habitat BBC RT2012 : cliquez ici

Réalisation tertiaire MyDATEC : cliquez ici

4 réponses

  1. Franck
    | Répondre

    Intéressant, et je suis allé voir les fiches techniques, je suis en réflexion pour mon domicile (maison des années 80 situé près de Lille) avez vous un installateur sur la région? Franck

  2. Eric
    | Répondre

    Bonjour, est ce que cela fonctionne aussi en rénovation / remplacement d’un système existant ? Eric

  3. Stéphane
    | Répondre

    Merci pour le partage, très instructif

  4. Stephanie
    | Répondre

    Article super instructif. Merci.

Répondre