» » » Eclairage nocturne des bâtiments, le décret applicable au 1er juillet 2013

Eclairage nocturne des bâtiments, le décret applicable au 1er juillet 2013

 Eclairage nocturne pour les bâtiments non résidentiels

« Éteindre la nuit, c’est faire des économies » ; tel est le slogan qui y est associé.

En effet, le décret – circulaire « relative à l’éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels afin de limiter les nuisances lumineuses et les consommations d’énergie » prévoit, à partir du   1er juillet 2013, la suppression de l’éclairage inutile la nuit des vitrines, et façades de bâtiments ainsi que des éclairages intérieurs des bureaux.

Cette mesure permettra une économie annuelle d’électricité équivalente à la consommation de 750 000 ménages.

Une mesure d’extinction qui se veut :

– efficace cela représente une économie d’environ 200 millions d’euros et évite le rejet de 250 000 tonnes de CO2 chaque année ;

– obligatoire : des contrôles seront effectués par les maires et les préfets. Chaque infraction expose l’exploitant à une amende de 750 euros.

Commerces et magasins, quelles obligations : les vitrines des magasins de commerce ou d’exposition doivent être éteintes entre 1 h et 7 h du matin, ou une heure après la fermeture lorsque l’activité se poursuit après 1 h ;

Bureaux et immeubles tertiaires, quelles obligations: les éclairages intérieurs des locaux professionnels doivent être éteints une heure après la fin de l’occupation des locaux ;

Façades des bâtiments et notamment public : les façades doivent seulement être éclairées à compter du coucher du soleil et au plus tard jusqu’à 1 h du matin.

 

 

 

 

 

 

 

Au-delà de ce décret, on peut encore faire mieux et avec des économies importantes: ce décret c’est un premier pas qui a le mérite de mettre en avant l’impact économique et environnemental de l’éclairage.

Comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, c’est un bon début, cependant on peut encore faire des économies plus importantes et sans forcément passer du « tout ON » au « tout OFF « ; ainsi :

– Pendant les heures d’activité dans les bâtiments tertiaires, de nuit comme de jour, il est possible d’apporter l’éclairage juste nécessaire c’est-à-dire un éclairage s’adaptant aux conditions de lumière naturelle et en adaptation à l’activité professionnelle réalisée

Avec une gestion intelligente de l’éclairage, et en incitant à un plan de rénovation dynamique on pourrait réaliser jusqu’à 6 fois plus d’économies !!

Comment : une gestion « intelligente » c’est juste l’ajout d’automatismes simples et efficaces (détecteurs de mouvement, capteurs de lumière du jour, gradation) qui permet d’améliorer le confort visuel tout en faisant des économies supplémentaires en complément. Il y a donc aussi des économies d’énergie à faire pendant les heures d’activités dans les bâtiments tertiaires …

Dans un récent communiqué, l’Association Française de l’Eclairage soulignait qu’  « en analysant la lumière naturelle et en détectant les mouvements, ces derniers représentent 70 % d’économies ».

Pas question donc de régression durable de l’éclairage et un retour à la « nuit », mais plutôt de penser à « une gestion optimum des concepts lumière , extérieur comme intérieur, en puissance, en intensité et dans le temps ».

Le communiqué du ministère du développement durable : cliquez ici

L’arrêté complet d’application : cliquez ici

Sources : Ministère du développement durable et site Legifrance et communiqué de l’AFE.


2 réponses

  1. Eric
    | Répondre

    Effectivement il faudrait aller plus loin, je suis bien d’accord avec ce que vous indiquez, c’est certes un pas mais il faut enchainer avec une gestion de la lumière plus poussée et démocratiser l’éclairage LED.

  2. rosset
    | Répondre

    Bonsoir,

    Tout à fait d’accord avec Eric pour démocratiser l’éclairage LED, un site lyonled.fr propose des prix intéressent et la possibilité de louer sur 12 mois sont éclairages, ensuite il nous appartient.

Répondre