» » » Energies renouvelables et vertes: utilisation des métaux rares dans la filière électrique

Energies renouvelables et vertes: utilisation des métaux rares dans la filière électrique

Energies renouvelables et vertes, mais avec un revers de médaille : les matières premières utilisées, et notamment les métaux rares. L’extraction et fabrication des matières premières nécessaire pour les énergies renouvelables est polluante, de plus en plus énergivore, avec des stocks souvent limités, et surtout, leurs prix ne cessent de grimper.

La multiplicité des enjeux des matières premières pour l’industrie électrique (avec des implications dans le bâtiment performant énergétiquement mais aussi les véhicules électriques) est donc critique et nécessite un pilotage très fin, car ces évolutions se répercutent directement sur l’activité des entreprises et impactent leur niveau de compétitivité sur un marché extrêmement tendu … et concurrentiel.

Analyse d’une face cachée aux enjeux cruciaux pour la filière électrique, tant pour le bâtiment que pour les énergies renouvelables et le secteur de la voiture électrique.

Les points abordés dans le dossier :
1) L’énorme potentiel du cuivre: le cuivre est indispensable et n’a pas d’équivalent connu pour conduire l’électricité. L’autre particularité de ce métal est qu’on le sait recyclable à l’infini. Le cours du cuivre flambe, pourquoi et où en est-on sur sa récupération et sur son recyclage ? Avec des propos d’Olivier Tissot du Centre Européen du Cuivre. Et également quelques éléments de réponse sur le recyclage des panneaux photovoltaïques.
Des résultats encourageants mais un manque de volonté globale : le recyclage du cuivre est une « mine de remplacement » pour l’Europe, avec des économies d’énergie par rapport à l’extraction brute proche de 80 %. L’Europe fait figure de bon élève avec près de 46% des besoins couverts par le recyclage !

2) Cuivre, argent, plastique : les industriels face à la volatilité des cours
Comment réagissent les industriels de la chaîne de fabrication du matériel électrique? Les réponses de Metalor spécialiste des matériaux de contacts, pour qui l’argent est un matériau indispensable, de Nexans pour le cuivre et son recyclage, de Rhodia pour les matières plastiques entrant notamment dans la composition des gammes des produits de Legrand.

3) Terres rares : l’atout du recyclage. Les métaux rares, contrairement à ce que leur nom laisse à penser, sont rares non pas en quantité mais parce que leurs minerais sont en faible concentration dans le sous-sol, ce qui les rend difficile à extraire. On les retrouve un peu partout dans les appareillages électriques et électroniques. La quantité de métaux rares nécessaire varie beaucoup selon les usages, ce qui complexifie les principes du recyclage : alors que le moteur d’une voiture électrique nécessite 1 kg de néodyme, l’aimant d’une éolienne offshore en exige quelque 600 kg !

Zoom également sur le pouvoir de la Chine en tant que producteur dominant des principaux métaux rares, qui ne détient pourtant qu’environ 1/3 des réserves prouvées … mais produit plus de 95 % de la production actuelle.
Et le recyclage sur ces matériaux, où en est-il ?

4) Une nécessaire prise de conscience politique : L’urgence de la situation est constatée de tous. L’Allemagne a montré la voie en Europe. De son côté, le Japon s’est fixé comme objectif de réduire d’un tiers sa consommation de terres rares, estimée à 30 000 t/an, soit la quasi-totalité du quota d’exportation de la Chine pour 2010.
Quid de la France ? Zoom sur les recommandations et initiatives en cours… ou au repos !

Les premiers chapitres d’analyse : cliquez ici pour télécharger
Le dossier complet vous intéresse, pour l’obtenir contactez-nous par mail à : contact@pages-energie.com
Cet article vous a plu, réagissez et posez vos questions, ou envoyez-nous des informations complémentaires pour y faire suite .

Sources : dossier publié dans le magazine J3E – le journal de l’Equipement électrique et électronique et de l’éco efficacité énergétique.

Répondre