» » » L’étiquetage des produits de construction et d’aménagement intérieur

L’étiquetage des produits de construction et d’aménagement intérieur

ACVpng
Etapes de l’ACV

Les fabricants ont pour obligation d’indiquer sur leurs produits des étiquetages obligatoires imposés par la règlementation européenne. Cette obligation permet au consommateur final d’être renseigné sur la qualité environnementale et sanitaire des produits. On retrouve notamment des étiquettes obligatoires et d’autres qui ne le sont pas. Quelles sont-elles ?

La Déclaration Environnementale des Produits (DEP)

Les DEP remplacent les FDES (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire) et permettent grâce à la prise en compte du cycle de vie dans sa totalité, de connaitre le profil environnemental d’un produit. Et ce, de l’extraction des matières premières, à la fin de vie du produit.

Réunies notamment dans la base INIES (mise en place par le gouvernement), ces DEP apportent une source d’informations nécessaires à l’évaluation de la Qualité Environnementale des Bâtiments (QEB). Elle permet surtout de fixer la méthode de calcul à respecter pour éviter que tout un chacun se dise respectueux de l’environnement sans réels efforts. Le consommateur sensible au respect de l’environnement pourra donc choisir consciemment son produit, avec des informations claires, précises et non trompeuses.

La DEP n’est pas une obligation pour le moment pour pouvoir commercialiser un produit en France. Il s’agit d’une démarche volontaire de la part du fabricant qui fournit là un gage de qualité. Et lorsqu’un bâtiment cherche une certification ou un label pour des performances environnementales, il est important de pouvoir choisir en toute connaissance de cause des produits respectueux.

Attention cependant, à partir du 1er Juillet 2017, la DEP sera obligatoire pour les fabricants d’équipements électriques, électroniques et de génie climatique destinés au bâtiment.

A partir du 1er Juillet 2017 également, il sera obligatoire de faire vérifier les fiches de déclaration environnementale par un laboratoire extérieur (le CSTB par exemple)

 L’étiquette d’émission de composés organiques volatiles (COV)

 

émission COVLes COV les plus toxiques proviennent généralement des revêtements de sols ou de murs que l’on pose dans son intérieur et altère la qualité de l’air intérieur. Ainsi depuis le 1er Janvier 2012, tous les produits de construction ou d’aménagement intérieur doivent porter une étiquette obligatoire indiquant le niveau d’émission de COV.

C’est après 28 jours de test sur le produit, qu’une étiquette d’émission est donnée au produit selon les niveaux définis par la Commission Européenne. Allant de A+ (très faible émission) à C (forte émission), ces étiquettes sont une réelle garantie de qualité pour le consommateur et l’utilisateur tant au niveau environnemental, qu’au niveau de la santé des habitants.

Pour le moment, cette étiquette est auto-déclarative

 

N’oublions pas également les étiquettes énergétiques des appareils électroménagers qui permettent de savoir le niveau de consommation et de savoir s’ils sont énergivores. De même que pour l’étiquette COV, elle possède une échelle allant de A+++ (très peu énergivore, il consomme 30 à 60% fois moins d’énergie que la classe A) à D (très énergivore).

marmoleum click le nouveau linoleum, en matière naturelle (source paris espace eco)
Marmoleum click le nouveau linoleum, en matière naturelle (source paris espace eco)

 

Les étiquettes environnementales sont avant tout un moyen de permettre au consommateur de savoir et d’être un acteur de l’environnement dans ses choix au quotidien. Car si les produits possédant de mauvaises performances environnementale ne sont pour le moment pas interdits, il ne tient qu’à nous de ne pas les consommer.

Répondre