» » » La fibre de bois pour une isolation saine et performante

La fibre de bois pour une isolation saine et performante

Le marché de la fibre de bois est un marché plutôt récent en France, alors qu’il est installé en Allemagne depuis de nombreuses années. Mais depuis 2008, ce marché est en croissance de 10 % par an. En France, 3 grands acteurs produisent ce type d’isolant : Isonat (groupe Saint Gobain), Pavatex (groupe Soprema depuis 2016) et Steico. Quels avantages offrent la fibre de bois ? Comment est-elle produite ?

Isolant biosourcé, pour une isolation thermique et acoustique

Palette de panneaux fibre de boisLa fibre de bois est un matériau biosourcé qui est produite à partir des déchets de résineux des scieries. Une fois le bois défibrés, on peut obtenir soit des panneaux rigides ou de la laine de bois qui est plus souple et plus flexible. Très peu d’additifs sont nécessaires car la forte présence de lignine dans le bois va permettre de lier en partie les fibres entre elles naturellement, après chauffage.

La fibre de bois est un très bon isolant thermique et acoustique, qui offre de nombreux avantages :

  • Bonne protection contre le froid en hiver et contre le chaud en été. La fibre de bois a une absorption calorique très lente (sa capacité calorifique est 3 fois supérieure à celle de la laine de verre), ce qui permet d’assurer un bon déphasage thermique et de retarder l’entrée de la chaleur en été.
  • Il offre une très bonne étanchéité à l’air ce qui permet de palier à une ventilation de mauvaise qualité, sans conséquence.
  • Il est ouvert à la diffusion de vapeur d’eau, permettant aussi d’éviter les moisissures liées à une mauvaise ventilation.
  • C’est un matériau léger mais qui isole très bien du bruit. Il est d’ailleurs autant utilisable pour une isolation thermique que pour une isolation phonique
  • Il a une bonne résistance au feu puisqu’étant principalement composé de bois il se consume mais ne brûle pas, empêchant ainsi l’embrasement du bâtiment

La plupart des fabricants produisent des isolants en fibre de bois qui n’émettent pas de COV car pas ou très peu de liants sont ajouté du fait de la présence naturelle de la lignine, offrant ainsi une bonne qualité de l’air intérieur. C’est en plus un matériau durable qui n’attire pas les rongeurs.

Tableaux des caractéristiques d’un panneau de fibre de bois:

Masse volumique 100 à 240 Kg/m³
Conductivité thermique λ 0,038 à 0,055 W/m.K
Résistance thermique R de 1,08 à 3,24 m².K/W
Perméabilité à la vapeur µ 1 à 5
Energie grise Environ 80 KWh/m³ (l’énergie grise du béton est 6 fois plus grande)

 

Comment est produit l’isolant en fibre de bois ?

Il existe donc 2 types d’isolant en fibre de bois : 70% de la production est de la laine de bois qui est plus souple et plus flexible, et 30% est en fibre de bois rigide sous forme de panneaux. Pour les panneaux, il existe 2 façons de les produire. La voie humide, qui est le procédé historique, et la voie sèche.

Voie humide : les déchets de scieries sont défibrés et déstructurés. Les fibres obtenues font quelques mm et tombe directement dans un bain d’eau. Les fibres sont alors pressées entre elles puis séchés. De l’eau est alors rajoutée puis le tout est séché une seconde fois. La voie humide est petit à petit mise de côté pour privilégier la voie sèche, qui est moins coûteuse en énergie.

 

Voie sèche : elle se fait donc sans eau. Les plaquettes de bois sont directement défibrées et séchés. Une fois sèches, un liant est incorporé et qui, en se polymérisant, va permettre de faire durcir le panneau. Il n’y a pas de seconde étape de séchage mais une étape de conformation pour calibrer le panneau selon l’épaisseur voulue.

production voie sèche

La fibre de bois est utilisable pour toute l’enveloppe du bâtiment : murs, toiture et plancher et de la paraffine et du latex sont ajoutés pour lui conférer une imperméabilisation à l’eau dans le cas de l’ITE des façades ou en toiture, ce qui permet de se passer de pare-pluie

La fibre de bois, un isolant idéal pour le sarking

Le sarking est un procédé d’isolation thermique par l’extérieur (ITE) pour les toitures inclinées. Il s’agit d’une pose en isolation porteuse sur chevrons avec des panneaux isolant rigides. Ainsi ce sont les panneaux rigides de fibre de bois qui supportent le poids de la toiture. Deux ou trois couches de panneaux rigides croisés sont installés, et la bonne résistance à l’eau de la fibre de bois permet à la dernière couche d’assurer le rôle du pare-pluie. En plus de cela, les panneaux en fibre de bois ont une très forte résistance à la compression ce qui rend cet isolant idéal en toiture.

Cette méthode d’ITE offre plusieurs avantages :

  • Elle améliore l’isolation thermique et acoustique et lutte contre les ponts thermiques (la toiture représente environ 1/3 des déperditions thermiques)
  • Elle étanchéifie à l’air la toiture et protège contre l’humidité
  • Elle permet de conserver les volumes intérieurs notamment pour la rénovation
  • Il s’agit d’un très bon modèle pour les maisons BBC et les maisons Passives

Usine PavatexPavatex, un exemple d’écologie industrielle

Pavatex, un des 3 acteurs français de la fibre de bois et qui possède son usine de production dans les Vosges nous a ouvert ses portes pour montrer son exemplarité en termes d’écologie. Usine certifiée ISO 9001 et ISO 14001, elle est en synergie avec l’usine de papier Norske Skog qui se trouve sur le même site. En plus de produire un matériau biosourcé, certifié KEYMARK, Pavatex fait de nombreux efforts pour diminuer son impact écologique.

Electricité, récupération de la vapeur ou encore traitement des eaux sont partagés avec Norske Skog pour diminuer les consommations et les investissements en matériel. Plus de 20% de l’énergie utilisée est ainsi recyclée.

De même pour l’achat de la matière première, les deux entreprises utilisant du bois, l’achat se fait en commun, diminuant ainsi les prix de par un plus gros volume de commande.

En plus de cela, Pavatex s’engage dans une volonté d’un procédé zéro déchet en réutilisant les rebus d’usinage et les écarts de production qui sont broyés et réinjectés dans le processus.

 

Source : visite de l’usine Pavatex de Gobley

Répondre