» » » Géothermie et Réseaux de chaleur: l’état de l’art du marché et ses perspectives

Géothermie et Réseaux de chaleur: l’état de l’art du marché et ses perspectives

L’Association Française des Professionnels de la Géothermie (AFPG) vient de sortir une étude inédite, dressant l’état du marché de la géothermie en France en 2011.

Ce rapport détaille pour la première fois le poids de la filière avec ses principaux indicateurs tels que l’emploi, la puissance installée, le chiffre d’affaires généré, les perspectives par type de géothermie et l’état de l’art.

Nous vous présentons un zoom sur quelques-unes de ces conclusions…

L’état et les évolutions du parc géothermique français : le zoom sur les trois filières de la géothermie :

  • La haute énergie exploite des sources hydrothermales très chaudes, ou des forages très profonds où de l’eau est injectée sous pression dans la roche. Il est ainsi produit directement de l’électricité. La France n’est pas un acteur majeur en ce domaine mais les efforts se concrétisent sur deux sites, l’un localisé en Guadeloupe et l’autre en Alsace. La puissance totale installée en 2011 est de 17,2 MWe. La centrale de Bouillante en Guadeloupe couvre 10% des besoins en électricité de la Guadeloupe. Un nouveau projet / tranche pourrait voir le jour et porterait ce chiffre à plus de 20%. Afin d’optimiser l’énergie produite par le sous-sol, il est possible de coupler les centrales électriques haute énergie à des réseaux de chaleur et de faire de la cogénération permettant ainsi de produire en plus de l’électricité, un bonus de chaleur à basse température. De nombreux projets basés sur ce principe sont à l’étude sur le territoire Français grâce au savoir-faire acquis depuis plus de 20 ans dans ce domaine.
  • L’usage direct de la chaleur – la géothermie profonde : dans ce cas, il n’y a pas de production directe d’électricité ; il est nécessaire d’avoir la présence de nappes d’eau dont la température se situe entre 30 et 90 °C. En France deux régions sont particulièrement intéressantes pour le développement de cette technique : le Bassin Aquitain et l’Ile de France. La principale utilisation est les réseaux de chauffage urbain. Avec 34 sites de géothermie profonde en fonctionnement, l’Île-de-France est la zone au monde ou le plus grand nombre d’habitants est chauffé par géothermie. Soit 145 200 équivalents logements. La France a une forte expérience en ce domaine depuis les années 70. Le potentiel est important surtout sur le bassin Aquitain. En Ile de France, de nombreux projets sont à l’étude; avant 2015 des capacités et sites supplémentaires permettraient d’alimenter en chauffage environ 45 000 logements supplémentaires tout en assurant la poursuite de l’exploita¬tion des opérations existantes. Soit plus de 30% de croissance ! Vidéo sur la géothermie à usage directe
  • La Géothermie assistée par pompe à chaleur (PAC) : Développé dès 1980, le secteur de la géothermie assistée par pompes à chaleur n’a connu de véritable croissance industrielle qu’à partir de 2004. Depuis 2008, on observe un ralentissement net du nombre d’installations géothermiques par pompe à chaleur, en particulier pour les petites puissances (baisse des installations pour les maisons individuelles. Ce ralentissement est plus que compensée par la progression des opérations pour l’habitat collectif et tertiaire. La puissance installée de cette filière a en effet doublé depuis 2006 et globalement, la croissance est tout de même de + 7% entre 2010 et 2011, Etant donné la présence de nombreuses nappes souterraines, et compte tenu de la température élevée du sous-sol de plusieurs zones du territoire français, les perspectives de développement de la très basse énergie sont fortes. Le parc total installé en 2011 pour la très basse énergie est de 1.850 MW.

TEP (Tonnes Equivalents Pétrole) et CO2

  • Avec 440.000 tonnes équivalent pétrole substituées par an (440 Ktep) pour l’année 2011, la géothermie assure 3,4 % de la production française de chaleur d’origine renouvelable.
  • La géothermie évite l’émission de près d’un million de tonnes équivalent CO2 par an.

Les utilisateurs

  • Les réseaux de chaleur et l’ensemble des installations de géothermie assistées par pompes à chaleur permettent d’alimenter près de 455.000 équivalents logements.
  • La géothermie répond au besoin en chauffage, eau chaude sanitaire et aussi rafraîchissement de plus de 1,2 million de Français (soit 1,8 % de la population française).

Le chiffre d’affaires de la filière géothermique en France

  • Le chiffre d’affaires total de la filière est estimé à 0,55 milliard d’euros en 2011 pour un peu moins de 5 000 emplois : la très basse énergie représente plus de 385 millions d’euros, les usages directs environ 120 millions d’euros et enfin 50 millions d’euros pour la filière haute énergie.

Des perspectives importantes et des atouts

  • La géothermie est une énergie renouvelable et produit une énergie constante à la différence du soleil et de l’éolien, qui plus est disponible à peu près partout sur le territoire Français toutes techniques confondues. Avec des objectifs ambitieux : La France a pro¬jeté de multiplier par six sa production de chaleur géothermique de 2006, soit 1,3 mil¬lion de tonnes équivalent pétrole substituées en 2020. Cet objectif ne pourra être tenu qu’avec la multiplication par 3 des réseaux de chaleur géothermique et un recours important à la géothermie de très basse température assistée par pompes à chaleur.

Plus de détails

Source Communiqué de Presse Novembre 2012 (n-schilling.com) www.journeesgeothermie.com et étude AFPG

Répondre