» » » Gérer l’isolation acoustique de son logement

Gérer l’isolation acoustique de son logement

Les effets néfastes du bruit sur la santé, que la source de bruit proviennent de l’intérieur du logement ou de l’extérieur, sont reconnus. Troubles du sommeil, perte d’acuité auditive ou augmentation de la fatigue, autant de symptômes qui peuvent rendre le quotidien difficile. Selon une enquête TNS Sofres, 1 habitant sur 2 s’estime d’ailleurs gêné par le bruit dans son habitat. Quels sont les différents bruits ? Quelles solutions pour une bonne isolation acoustique ?

Le bruit à l’intérieur du logement

Il existe 2 principaux types de bruits : les bruits aériens et les bruits d’impacts. Alors que les bruits aériens sont dus à l’environnement (circulation routière, équipements de la maison…) et peuvent être en continue, les bruits d’impacts (un objet qui tombe) sont plus courts mais peuvent être bien plus fort au niveau sonore.

Trois paramètres importants sont à prendre en compte dans un logement :

  • La qualité acoustique de la construction, il faut donc prêter attention aux matériaux choisis et aux dispositions constructives.
  • Le niveau sonore de l’environnement: s’il s’agit d’un logement proche d’une grande route, de rails… une isolation acoustique renforcée est à prévoir.
  • La sensibilité au bruit de l’occupant: chaque personne réagit différemment au bruit et accepte un volume sonore plus ou moins important.

Une réglementation existe concernant l’isolation acoustique et elle fixe les exigences minimales à atteindre. Cette réglementation acoustique NRA est applicable aux bâtiments dont le permis de construire est postérieur au 1er Janvier 1996.

Cmise-en-oeuvre-fenetre-passiveoncernant les maisons individuelles, la réglementation fixe des exigences seulement sur les bruits aériens extérieurs : la circulation routière ou ferroviaire ou encore le passage des avions. Il est donc important d’être vigilent soi-même à une bonne isolation acoustique des planchers et des murs intérieurs.

Concernant les logements collectifs, la réglementation impose en plus des exigences sur :

  • Les bruits aériens à l’intérieur du bâtiment
  • Les bruits d’impacts (chocs sur le plancher)
  • Les bruits d’équipements collectifs ou individuels de l’immeuble
  • L’acoustique dans les circulations internes

Ainsi, au sein du logement, les mesures sonores doivent respecter les restrictions suivantes :

-Bruit provenant de l’extérieur DnTA,tr ≥30 dB

-Bruit provenant de l’intérieur DnTA ≥53, 55 ou 58 dB selon la nature des pièces

-Bruit d’impact : L’nT,w ≤58 dB

Des mesures doivent être effectuées et une attestation de prise en compte de la réglementation acoustique est obligatoire depuis le 1er janvier 2013.

Les bâtiments sont alors classés en 5 catégories définissant le niveau de bruit : de BR1 à BR5, la catégorie 1 étant la plus bruyante.

Le principe masse-ressort-masse pour limiter le bruit dans la maison

La première chose à faire est d’assurer une bonne étanchéité au logement. En effet on relie souvent isolation thermique et isolation acoustique (notamment concernant les parois donnant vers l’extérieur) car là ou l’air passe, le bruit passe.

principe masse-ressort-masse
(apasdevelours.fr)

Pour traiter efficacement la propagation du bruit dans le logement et atténuer efficacement le bruit, cela passe par une composition de type masse-ressort-masse. Lorsque l’on fait tomber un objet par exemple, le bruit se propage de l’étage supérieur vers l’étage inférieur par vibration. Le principe de masse-ressort-masse est concrétisé par la double paroi, composée en réalité de 3 éléments : 2 matériaux et 1 lame d’air avec ou sans absorbant. Chaque parement se comporte comme une masse et la cavité fait office de ressort.

La présence d’une cavité avec un matériau isolant/absorbant (à porosité ouverte pour « emprisonner » et amortir le bruit) permet de modifier la raideur du ressort. La fréquence de résonance est alors déplacée vers les basses fréquences.

En résumé, lorsque le bruit heurte la première masse, celle-ci oscille. Le ressort entre les 2 masses permet d’intercepter les vibrations et joue un rôle d’amortisseur. Le bruit est alors considérablement atténué lorsqu’il passe à la deuxième masse.

Le niveau d’absorption des vibrations d’un matériau ou d’un système dépend :

  • De l’épaisseur du matériau et de son poids (plus il est lourd, plus il est isolant)
  • De la qualité amortissante du ressort

Il est important de noter que même si dans les caractéristiques techniques d’un isolant on parle d’acoustique, l’isolation acoustique concerne un ensemble.

Exemples de solutions d’isolation acoustique

De nombreux fabricants proposent des solutions toute faites pour assurer l’isolation acoustique des cloisons, plafonds, planchers, murs ou combles.

isolant phonique Fermacell
isolant phonique Fermacell

-Pour le sol par exemple, Fermacell notamment offre plusieurs types de plaque de sol composé avec de la laine minérale ou de fibre de bois à installer directement sur le plancher porteur. Les plaques, en nid d’abeille, sont remplies sur place par des granulés entre 1 et 4 mm de diamètre puis une plaque Fermacell avec un isolant contrecollé recouvre le tout. A vous de choisir ensuite la finition que vous souhaitez : moquette, carrelage, lino ou encore parquet…

Il est également possible de mettre, sous le revêtement de sol, une sous-couche isolante en liège. En plus d’être un matériau sain, le liège est naturellement composé de 95% de gaz inerte, le rendant très bon dans l’absorption des bruits d’impacts mais aussi des bruits aériens.

Pour les Murs et plafond, le fabricant Biofib par exemple offre également une très bonne solution avec sa gamme Biofib’acoustix. Composés de papier recyclé et d’anas de lin, ces panneaux rigides sont 100% issus du recyclage et 100% recyclable. Ils sont adaptables pour le plancher, les murs, les cloisons et les plafonds. Retrouvez toutes les solutions de système constructif sous forme de cas pratiques dans le Guide Biofib sur l’isolation acoustique

Répondre