» » » Mieux gérer les déchets issus des chantiers du bâtiment, la planification de la gestion des déchets

Mieux gérer les déchets issus des chantiers du bâtiment, la planification de la gestion des déchets

Gestion des déchets de chantier BTP

Mieux gérer les déchets issus des chantiers du bâtiment, les points clés de la nécessaire planification de la gestion des déchets du BTP

41 % du tonnage total des déchets générés en France provient des chantiers du BTP, l’enjeu est donc de taille. ¼ proprement dit de ces déchets est lié au Bâtiment, le reste aux travaux Publics.

Et cela n’est pas sans impacts environnementaux et sanitaires : par exemple, les nuisances liées au transport des matériaux (bruit, émission de dioxyde de carbone) et la dangerosité de certains déchets (amiante, goudron, etc.).


Les objectifs établis par la CEE sont ambitieux: “D’ici 2020, la préparation en vue du réemploi, le recyclage et les autres formules de valorisation de matière, y compris les opérations de remblayage qui utilisent des déchets au lieu d’autres matériaux, des déchets non dangereux de construction et de démolition, à l’exclusion des matériaux géologiques naturels définis dans la catégorie 17 05 04 de la liste des déchets, passent à un minimum de 70 % en poids. »


La gestion des déchets du BTP doit prendre en compte :

les acteurs du chantier : maître d’ouvrage, maître d’oeuvre, coordonnateurs, entreprises et sous-traitants ;

les spécificités :

– de la réglementation (par exemple : bois termités, traverses de chemin de fer, déchets d’amiante) ;

– du chantier (par exemple : taille du chantier, possibilité de tri, type de déchets générés).


Trois catégories de déchets sont déclinées :

1 – les déchets dangereux (exemple : bois traités par une imprégnation : créosote, mélange cuivre, chrome, arsenic (CCA)),

2 – les déchets non dangereux non inertes (exemple : plâtre),

3 – les déchets non dangereux inertes (exemples : béton, briques).

Quelques exemples : en construction neuve, 84% des déchets de chantier sont des déchets non dangereux inertes.

En déconstruction, les déchets non dangereux inertes représentent 94 % du tonnage total des déchets générés.

Les déchets non dangereux non inertes produits sont pour 60 % des déchets en mélange (matériaux inertes avec du plâtre, moquette avec des colles, etc.).

Les déchets dangereux générés sont en majorité des déchets minéraux pollués.

La liste détaillée (p13 et 35) des déchets par catégorie est précisée dans le guide méthodologique et publié par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie.

Sont également précisés les rôles et missions de chacun des acteurs (MOA, MOE ..) du BTP.

Les autorités territoriales doivent monter un plan de prévention et de gestion de ces déchets visant à réduire leur production, diminuer leur dangerosité, les gérer sans impacter la santé humaine et l’environnement, suivre leurs modes de traitement, les traiter le plus localement possible, et enfin assurer l’information du public.

Au-delà de ce plan, c’est aussi au quotidien que chacun doit agir avec le bon geste, les syndicats professionnels sont de plus en plus mobilisés en ce sens pour sensibiliser leurs communautés et faire prendre les bonnes habitudes de recyclage (notamment sur l’extension des DEEE).


Source :

Ademe : guide de suivi des plans de déchets

Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable : guide méthodologique prévention et gestion des déchets BTP à l’attention des conseils généraux



Répondre