» » » Habiter demain et transition énergétique

Habiter demain et transition énergétique

Posté dans : Avis d’experts | 3
Habiter demain cité de la science et de lindustrie la villette
Habiter demain cité de la science et de l'industrie la villette

…..

La môme (de 13 ans): « Dis moi papa, ce sera comment la maison que je vais acheter demain ? »

Le Papa : «  je pense qu’elle devrait être différente que celle dans laquelle tu habites aujourd’hui »

La môme : « ah bon ! Et en quoi elle sera différente ? »

Le Papa : « euh…bien des choses…mais attend on va aller à une expo et tu comprendras mieux »

Quelques tours de pédales plus loin, la cité des sciences et de l’industrie… l’exposition « Habiter demain »

…..

Il reste jusqu’au 10 novembre 2013 pour apprécier l’exposition Habiter demain qui se déroule à la cité de la science et de l’industrie de la villette.

Au travers de 9 thèmes : nos modes de vie, la santé, l’habitat intelligent, les normes et usages, la construction neuve et la rénovation, les matériaux et innovations, la gestion des températures, la consommation d’électricité et enfin le vivre ensemble, cette exposition nous propose un parcours nous invitant à réfléchir sur les mutations profondes que l’habitat doit subir.

Tout part d’un constat sur la société et de son environnement d’aujourd’hui et particulièrement sur la qualité très inégale de l’équilibre social et économique des zones habitées, des changements climatiques déjà constatés imposant une transformation de nos modes de vie, de l’augmentation de la population mondiale et par voie de conséquence la croissance de la densité urbaine , et du vieillissement de la population surtout en Europe. Ces différents constats impliquent une vision et une approche de l’habitat radicalement nouvelle.

Tout d’abord, il nous faut tenir compte de nos modes de vies et de leurs diversités : notre habitat reflète notre histoire, nos comportements et nos désirs. Une personne ou une famille, c’est un lieu de vie privé et intime, avec sa propre conception et perception. L’habitat reflète la société autant que le privé et l’intime. Les évolutions du style de vie et de la société ont un impact sur son « chez soi ».

La santé et le confort sont des points cruciaux. Nous passons plus de la moitié de notre temps à la maison, dans un espace clos, or la pollution de l’air intérieur provenant des produits chimiques que nous utilisons, des micro-organismes ont une incidence sur notre santé. Comment renouveler l’air ? L’isolation thermique se développe pour économiser l’énergie en évitant les fuites de chaleur. La climatisation en circuit fermé se développe de plus en plus. L’isolation phonique est souvent associée au confort de vie en milieu urbain. Le renouvellement d’air se faisait naturellement dans les maisons anciennes, mal isolées ou avec cheminées. Le principal souci consiste donc, à concilier isolation, économies d’énergie et renouvellement de l’air.

Donner de l’intelligence à notre habitat ? Une approche de l’habitat qui intègre la performance énergétique, la sécurité, la santé, l’adaptation aux usages est semble-t-il une réponse pertinente aux enjeux de l’habitat de demain. Pour répondre à ces exigences, devrons-nous mettre en place des outils de pilotage et de maîtrise énergétique et technique du bâtiment ? Mais le sujet n’est pas que la gestion technique de notre habitat : la prise en compte d’un confort multi sensoriels (l’air, le son, la vue),  les réseaux sociaux qui nous interconnectent permettant ainsi le partage de ressources domestiques entre habitants sont autant de sujet à intégrer dans la réflexion.

Ainsi il faut donc normaliser. La norme impose mais elle définit aussi, elle réglemente, elle permet de mesurer. Les normes ne conduisent pas forcement à une unicité de la façon de penser une construction, un habitat. Elles réglementent les modes de construction, définissent ce qu’est un logement décent, mais doivent intégrer les usages qui par nature sont multiples.

Fort de tout ceci, Il faut donc repenser les modes de conception et de construction des bâtiments neufs et surtout travailler sur l’habitat ancien qui reste et restera une part importante du parc immobilier d’ici 2050 et au delà. Il existe des solutions d’isolation, de nouvelle conception bioclimatique, d’augmentation de la performance énergétique d’un bâtiment, de diminution de l’impact environnemental… elles sont multiples et variées et doivent intégrer le cycle complet d’un bâtiment jusqu’au recyclage des déchets durant sa construction, mais aussi pendant sa durée de vie (déchets émis par l’habitant) et en fin de vie (recyclage des matériaux d’un bâtiment démoli).

L’innovation : du gros œuvre jusqu’à la décoration intérieure, l’innovation suit la demande et les nouvelles contraintes imposées. De nouveaux procédés, l’utilisation de matériaux anciens trop longtemps négligés et l’évolution des matériaux traditionnels sont autant de réponses diversifiées aux attentes des architectes, constructeurs et des occupants. Les systèmes d’isolation prennent toute leur importance dans les nouveaux modes de construction et de rénovation, les solutions de renouvellement d’air, les systèmes de maintien de la fraicheur, l’utilisation d’énergie renouvelables éoliennes et solaires sont autant de sujets d’investigations et de recherche. Diminuer l’impact de nos équipements intérieurs, modifier nos comportements et la lutte contre le gaspillage sont les premières étapes indispensables. Produire sa propre électricité ou partager celle produite par son voisin sont d’autres pistes d’évolution.

Mais on ne vit pas que « dedans ». La réflexion sur l’habitat de demain impose une réflexion plus globale sur l’environnement social et spatial de l’habitat : le « Vivre ensemble ». Réintroduire la notion de quartier et leurs pratiques collectives et solidaires, reverdir les extérieurs, partager les jardins, améliorer les espaces publics et de leurs équipements, rapprocher les commerces. Ces démarches nécessitent un réel effort de solidarité territoriale.

Pour certains, il n’y a rien de nouveau et depuis des années des acteurs du monde économique et politique intègrent ces constats et nécessités dans leurs propres réflexions. Il n’en reste pas mois que tout ceci impose un renouvellement de la politique de l’habitat et de l’urbanisme, une prise de conscience collective de l’évolution nécessaire de nos modes de vies, d’imposer des règles et des normes permettant d’atteindre de nouveaux objectifs de performance énergétique, une politique industrielle qui permette aux innovations nécessaires à l’habitat de prendre forme et une nouvelle pensée du territoire.

On peut émettre des doutes sur le volontarisme des acteurs du monde politique, des organisations professionnelles et économique notamment à la vue des résultats du débat sur la transition énergétique dont la dernière réunion a eu lieu jeudi 18 juillet 2013 lors duquel il été plus question de sémantique et de position à court-terme.

Neuf mois de débats entre ONG et organisations professionnelles et une dernière journée « laborieuse » pour sortir un document détaillant « 15 enjeux pour la transition énergétique en France » et surtout pas de « recommandations »…Attendons la loi de septembre 2013…

….

La môme : « je crois que j’ai compris, c’était bien »

Le Papa : « bon…Tant mieux »

Le Papa (pour lui même) : «  il faut bien commencer quelque part …»

le site ” Habiter demain

le débat sur la transition énergétique

3 réponses

  1. Marie
    | Répondre

    Oui c’est pédagogique l’expo habiter demain, tous les mômes … et parents devraient y aller, ya forcément quelque chose à apprendre sur les modes de vie de demain et vite,
    Marie

  2. Estignard
    | Répondre

    Habiter une tour de logements à énergie positive ? C’est possible.
    http://www.elithis.fr/wp-content/uploads/2012/03/Elithis_DP_Tour_Elithis_Danube.pdf
    ELITHIS recrute !

Répondre