» » Isolation par l’extérieur (ITE), meilleur choix pour la rénovation énergétique ?

Isolation par l’extérieur (ITE), meilleur choix pour la rénovation énergétique ?

L’isolation on le sait est une partie clé de la construction ou de la rénovation que ce soit pour le confort d’été ou le confort d’hiver. Une bonne isolation permet de faire des économies d’énergie et donc de réduire de façon drastique la facture d’électricité. Mais voilà, deux types d’isolation sont possibles, par l’intérieur (ITI) et par l’extérieur (ITE). Pages-Energie fait un petit zoom et une comparaison entre l’ITE et l’Isolation Thermique par l’Intérieur (ITI)

Qu’est- ce que l’ITE ?

Exemple d’isolant utilisé pour une ITE : le verre cellulaire
Exemple d’isolant utilisé pour une ITE : le verre cellulaire

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) est une technique d’isolation qui consiste à placer la couche isolante du côté extérieur du mur de l’habitation.

Cette technique, plutôt utilisée dans les pays d’Europe du Nord, se retrouve de plus en plus en France qu’il s’agisse de construction neuve ou de rénovation. Et si elle est aussi répandue c’est qu’elle apporte de nombreux avantages par rapport à l’ITI (isolation thermique par l’intérieur), plus courante en France.

Les limites de l’ITE

Lorsqu’on choisit de faire une isolation par l’extérieur, il est primordial de prendre en compte la nature des parois. C’est surtout valable lors d’une rénovation (le neuf permettant d’adapter les différents choix de parois et d’isolant). Pour adapter le bon isolant, il faut bien vérifier la nature des parois ainsi que leur état afin de ne pas rajouter une structure neuve et isolante sur un mur qui n’est pas en bon état et capable de porter l’isolant.

Le flux de vapeur d’eau est lui aussi un enjeu de taille. Une ITE ne pourra pas être mise en œuvre s’il existe des problèmes d’humidité dans les murs extérieurs (humidité excessive ou remontées capillaires). Il faut savoir que lorsqu’il fait plus froid dehors que dans le logement notamment en hiver, la vapeur d’eau qui va traverser les parois se refroidit progressivement en allant vers l’extérieur. Si ce flux est mal géré, il va se transformer en eau liquide, stocké dans la paroi provoquant des désordres tels que de la moisissure ou la dégradation des murs, mettant en péril la pérennité du bâtiment. Il est donc primordial d’installer correctement un pare vapeur côté intérieur et de s’assurer de la bonne ventilation intérieure du bâtiment pour limiter le flux de vapeur d’eau traversant la paroi. Car même si une ITE apporte une bonne étanchéité à l’air, la vapeur d’eau qui traverse le mur, elle, doit absolument être transférée vers l’extérieur.

Un autre point à souligner est que les artisans qui maîtrisent correctement l’ITE ne sont pas encore légion. Car la mise en œuvre de cette isolation demande des compétences particulières notamment pour la gestion des ponts thermiques, et de l’étanchéité à l’air au niveau des menuiseries.

Enfin, concernant le prix, il est supérieur à celui d’une isolation par l’intérieur et revient à 130 à 200 € du m2 suivant les matériaux et la configuration du bâtiment … Cependant, il est possible d’obtenir les aides pour la rénovation énergétique et notamment le crédit d’impôt

ITI-ITE, le match

Tableau comparatif entre l’ITE et l’ITI

tableau de comparaison

 

Pour résumer, pour le neuf et la rénovation les avantages qu’apporte l’ITE sont :

*un confort d’été amélioré dû à la masse des murs qui améliore l’inertie du bâtiment

*une meilleure protection des murs/structures porteuses

*une réduction des ponts thermiques existants du fait de la continuité de l’isolation

*un risque de condensation plus réduit

Et aussi … des petits plus pour les rénovations :

*les habitants peuvent rester sur place pendant toute la durée des travaux

*pas de perte de surface habitable

*pas de nécessité d’effectuer des interventions de plomberie ou d’électricité ou de toucher aux décorations intérieures

*si un ravalement de façade est prévu, il peut être fait en même temps. C’est le cas notamment de certaines copropriétés qui décident, lors du ravalement, d’effectuer une ITE. Elle est parfois couplée à une surélévation réduisant très fortement les coûts de la rénovation pour les copropriétaires

Enfin un point d’attention : les jonctions isolation extérieure et menuiseries ainsi que les menuiseries qui doivent, si elles sont anciennes, être remplacées pour parfaire l’isolation globale du bâtiment

Les différents types d’ITE 

exemple d’isolation enduite réalisée sur une petite copropriété (source Zolpan – artisan Abillex)
exemple d’isolation enduite réalisée sur une petite copropriété (source Zolpan – artisan Abillex)

Il existe une multitude de solutions d’ITE possible. Voici une petite liste des plus connues.

Isolation enduite sans lame d’air : solution la plus commune, il s’agit de coller ou de fixer mécaniquement des isolants contre les murs de façade et de les enduire ensuite. Cette technique se fait en construction neuve comme en rénovation

Isolation sous bardage avec lame d’air : on fixe au mur une double ossature bois contenant un isolant semi-rigide qui est fermé par un bardage-bois-process-bois-300-300panneau pare-pluie. Un bardage bois est ajouté à l’extérieur en guise de protection. Il y a une lame d’air ventilée qui permet à la fois d’améliorer le confort d’été et d’assurer la pérennité du bardage.

Vous pouvez retrouver l’exemple de la rénovation de Truffaut à Aubagne ici

Les murs maçonnés à double paroi : il s’agit d’un mur maçonné porteur intérieur qui est doublé par l’extérieur d’un second mur constituant le parement. On laisse entre les deux murs la place de mettre un isolant. Cette technique est plutôt utilisée dans le nord de la France.

Comme le montre les différents types d’ITE, il y a obligatoirement une modification de la paroi. Il est donc impossible de l’utiliser lorsque les façades sont classées. Autre limite, l’épaisseur de la paroi suite à l’ITE lors d’une rénovation. Une isolation par l’extérieur ajoute à minima 120 mm d’isolant (minimum requis pour obtenir une bonne résistance thermique et donc l’obtention des aides de l’Etat). Certains bâtiments sont dans des rues étroites ou très collés les uns aux autres, empêchant alors l’ITE.

L’isolation thermique par l’extérieur comporte donc de nombreux avantages. C’est pour cela notamment qu’elle est fortement conseillée dans les résidences principales soumises à la RT2012 car elle permet de palier à toutes les exigences de celle-ci.

 

Comment choisir son isolant ? cliquez ici

 

 

 

Une réponse

  1. Merci pour cet article! Le tableau résume bien les chauses

Répondre