» » » Jean-Louis Borloo: publication du premier tableau de bord «éolien-solaire»

Jean-Louis Borloo: publication du premier tableau de bord «éolien-solaire»

Jean-Louis BorlooLa barre des 4.000 MW a été franchie dans l’éolien, avec 465 MW raccordés au 1er semestre 2009 (+36% par rapport au 1er semestre 2008). La production d’électricité à partir d’éoliennes a progressé de 22% par rapport à 2008, avec 3.3 TWh (térawatts-heures) produits au 1er semestre 2009. A titre d’illustration, il aurait fallu plus d’un million de tonnes de charbon pour produire une telle quantité d’électricité dans une centrale thermique.

Grâce aux mesures du Grenelle Environnement, le solaire photovoltaïque poursuit sa très forte croissance: 54 MW ont été raccordés au 1er semestre 2009, soit une progression de +265% par rapport au 1er semestre 2008. Au 30 juin 2009, le parc photovoltaïque français comprenait près de 25.000 installations, représentant 135 MW. Le nombre d’installations a plus que doublé en 6 mois.

A la demande de Jean-Louis Borloo, le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer a conçu un tableau de bord « éolien-photovoltaïque » destiné à suivre, au niveau national et par région, le développement de l’énergie éolienne et de l’énergie solaire. Le premier tableau de bord, publié aujourd’hui, dresse un état des lieux au 30 juin 2009. Ce tableau de bord sera désormais publié chaque trimestre.

« Malgré la conjoncture, nous sommes dans une dynamique de forte croissance des énergies renouvelables, et même dans une croissance exponentielle pour le solaire. Et cela se traduit par des investissements industriels. Le projet de loi « Grenelle 2 » qui sera examiné prochainement par le Sénat est crucial pour conforter cette dynamique, car c’est avec le Grenelle 2 que l’on va supprimer les derniers freins au développement des énergies renouvelables », a déclaré Jean-Louis Borloo.

Télécharger le premier tableau de bord « éolien-photovoltaïque ».

2 réponses

  1. François Carré
    | Répondre

    Monsieur le Ministre,

    Peut-on se flatter d’avoir une puissance installée époustouflante . . .
    Pourquoi n’est-il pas plutôt fait mention de la production en cours d’année ?
    Il est vrai que cette production est dans une série de dents de scie, mais, c’est (ce devrait-être) encore le chiffre le plus valable à mettre en exergue.
    On peut disposer d’un tonnage maritime énorme, sans être en mesure de l’utiliser.
    Le vent représente une potentialité énergétique conséquente, mais, les machines actuelles avec leurs surfaces utiles symboliques sont-elles capables d’en tirer suffisamment par rapport à leur coût ?
    Pour ce qui nous concerne, un des plus mauvais choix a été fait, plus ou moins copie conforme d’hélices d’avion déjà obsolètes.
    Des machines allemandes des années 1925 avaient 3 fois plus de rendement que nos hélice étriquées dont nous semblons maintenant si fiers.
    Il n’y a malheureusement pas à pavoiser et, le réveil sera dur, très très dur.
    Les écologistes, par méconnaissance, en porteront une grande responsabilité.
    Nous ne cessons de rappeler que la puissance d’une machine dépend du produit :
    COUPLE MOTEUR x VITESSE DE ROTATION, et, dire et redire qu’à peu de pression sur hélice correspond peu de couple moteur, donc peu de puissance, et, en final, peu de production en cours d’année.
    Quand mettrons nous en place un éolien performant et à la suite, rentable, digne de ce nom ?

    Veuillez agréer l’expression perplexe de nos salutations;

    François Carré, ancien attaché de recherche au CNRS et à l’INSERM, président de l’association EOLE plus. Site web : http://tleboucher.free.fr/fc/index.html

Répondre