» » » Le bon joint pour le bon calfeutrage

Le bon joint pour le bon calfeutrage

Aujourd’hui, il existe de nombreux matériaux permettant d’assurer l’étanchéité de sa menuiserie. Le mastic ou la mousse imprégnée ont chacun des propriétés et des aspects différents alors que tous servent au calfeutrage et à la bonne étanchéité de la menuiserie. Comment se présentent ces différents matériaux ? Pourquoi en utiliser un plutôt qu’un autre ?

Pourquoi mettre des joints lors de la pose des fenêtres?

Les portes et fenêtres représentent 15 % des déperditions thermiques d’un bâtiment, c’est pourquoi bien les isoler représente un enjeu important pour les performances d’une habitation. L’air d’une pièce bien isolée est renouvelé toutes les 2 heures. Ce délai passe à 30 min si l’étanchéité à l’air de la pièce est faible. Cela illustre bien que des courants d’air extérieur ou fuites d’air parasites circulent dans la maison. Et cela vient le plus souvent des portes et fenêtres mal posées, donc mal étanchéifiées ou qui tout simplement ont vieilli et n’assurent plus une étanchéité ad hoc. En plus de limiter les fuites d’air, la mise en place de joints d’étanchéité empêche l’eau de s’infiltrer dans le gros œuvre. En effet, une infiltration d’eau dans les murs ou une mauvaise gestion de l’humidité de l’air garantit l’apparition de moisissures;  ils ont donc un double usage. On voit toutes sortes de joints pour étanchéifier nos portes et nos menuiseries mais lequel utiliser ? Qu’est-ce qui les différencie ?

pose-dune-mousse-expansiveLa mousse expansive, c’est terminé!

La mousse expansive est un matériau en polyuréthane qui est bien connu de tous! Il faut savoir que le DTU 36.5 qui renseigne sur la mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures interdit strictement l’utilisation de la mousse expansive pour le calfeutrement et que n’étant pas conforme au DTU elle est à bannir, dans les constructions neuves comme dans les rénovations. En effet, elle n’assure pas du tout l’étanchéité à l’eau, première exigence d’un joint de calfeutrement. Elle peut en revanche être utilisée en complément pour renforcer l’isolation thermique et phonique du joint.

Afin d’assurer un bon calfeutrement des fenêtres, deux solutions sont possibles.

Deux méthodes pour calfeutrer des fenêtres

schema-de-la-pose-dun-mastic
Schéma d’un mastic en place

-Le mastic : Le mastic est un matériau couramment utilisé dans la construction. Il est composé la plupart du temps de minéraux (craie, blanc d’Espagne, argile, plâtre, ciment…), de liants organiques (huile de lin, résine végétale, cire…) et d’additifs peu écologiques (élastomères ou plastiques).

Il existe 2 types de mastic, l’un est sous la forme de rouleau (le mastic préformé) qui s’utilise plutôt pour les joints de façade horizontaux en préfabrication lourde et légère, et l’autre a l’aspect d’une pâte (le mastic extrudé) qui est utilisé à l’aide d’un pistolet. Le mastic est très souple et possède des propriétés élastiques ou plastiques qui lui permet de rester efficace même si la maison bouge avec les années. Selon leur composition, ils n’ont pas le même usage :

  • Le mastic plastiques (PVC, acrylique majoritairement…) est le plus souvent utilisé pour la finition. C’est un élément que l’on peut ajouter pour combler les fissures ou les espaces vides entre la menuiserie et le gros œuvre, mais il n’est pas recommandé de l’utiliser pour calfeutrer sa fenêtre. Notamment parce que les caractéristiques mécaniques de l’acrylique ont une capacité moindre à absorber les mouvements de dilatation/compression.
  • Le mastic élastomère (silicone, polyuréthane, hybride…) est quant à lui dédié au calfeutrage. Il va être compressé entre le dormant de la fenêtre et la maçonnerie pour rendre les passages d’air et d’eau entre la menuiserie et le mur impossibles.

Pour répondre à la RT2012 et être en accord avec le DTU36.5, il y a une règle à respecter qui est : La largeur (L) du mastic doit être au minimum 2 fois plus grande que la profondeur P (voir schéma ci-contre). On doit tout de même respecter une profondeur minimum de 5 mm pour les mastics élastomères et 8 mm pour les mastics plastiques.

Le mastic est indispensable à la construction, on le trouve dans tous les chantiers. Il reste relativement peu cher et facile à mettre en œuvre mais ses performances thermiques sont plus faibles que celles des mousses imprégnées.

 

mousse-impregnee-illmod-trio-pa
Rouleau de mousse imprégnée multi fonction illbruck TP651-illmod Trio PA

– La mousse imprégnée: la mousse imprégnée est une mousse de polyuréthane imprégnée de résine synthétique (exempte de cire et bitume). Elle se présente sous la forme de rouleau, dont les bandes d’épaisseurs variables (pour s’adapter aux différentes largeurs de joints sur les chantiers), se décompriment lorsqu’on les met en place sur la fenêtre. Du fait que les bandes soient comprimées, lorsqu’on déroule les bandes, elles vont se décompresser naturellement pour retrouver leur volume initial. La durée de décompression de la mousse dépend de la température : plus il fait froid, plus la mousse se décomprimera lentement. Ses performances sont dues à sa compression permanente entre la menuiserie et le gros œuvre qui assure une étanchéité à l’eau, à l’air, une continuité d’isolation thermique et une perméabilité à la vapeur d’eau. La mousse imprégnée peut se décompresser tout au long de sa vie ce qui va permettre à la maison d’être toujours étanche même si la fenêtre bouge un peu avec le temps. La mousse imprégnée coûte plus cher que le mastic mais est plus performante et rapide à mettre en œuvre. Petit plus de  ce système, il ne génère quasiment pas de déchet puisque les bandes de mousse imprégnée sont enroulées sur un simple rouleau en carton recyclable.

Un exemple de réalisation réussi

À l’heure actuelle, on utilise majoritairement la mousse imprégnée dans la construction. La société Tremco Illbruck a participé à l’étanchéification d’un bâtiment tertiaire à Clichy Batignolles (75). Cet édifice en structure béton est en cours de construction (livraison prévue en 2018) et répond aux normes RT2012 -10 %, HQE, Plan climat Paris et BREEAM. Pour le calfeutrage, la société SERALU a mis en place de la mousse imprégnée Illmod trio PA qui permet d’assurer, à elle seule, une isolation thermique et acoustique et une étanchéité à l’air et à l’eau. L’atout de ce système est son caractère perspirant (perméable à la vapeur d’eau) qui évite la condensation dans le joint. Environ 7 km de bande de mousse imprégnée ont été utilisé pour isoler entièrement le bâtiment. La pose d’une mousse imprégnée est plus rapide que le mastic sur fond de joint et bien qu’elle soit plus cher que le mastic, sa rapidité de mise en œuvre compense ce prix.

Pose d'un compriband sur le chantier de Clichy Batignolles
Pose d’un illbruck TP651 sur le chantier de Clichy Batignolles lot 07
compriband-en-place
illbruck TP651 en cours de pose, avant la décompression

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces 2 méthodes de calfeutrage ont des avantages et des inconvénients. Il faut donc identifier vos besoins et adapter les méthodes de mise en œuvre pour allier performances, économies et durabilité.

Répondre