» » » La construction paille : réglementaire, performant, économique, durable, naturel et disponible.

La construction paille : réglementaire, performant, économique, durable, naturel et disponible.

La construction paille, c’est-à-dire les constructions qui utilisent des bottes de paille dans leur système constructif, n’est réapparue en France qu’en 1970 avec un essor dans les années 2 000. En effet, la première maison structure bois isolée paille au monde se trouve à Montargis (45) et date de 1921.Et pourtant, l’utilisation de la paille possède de nombreux avantages ! C’est même l’un des meilleurs compromis entre économies et performance énergétique.

Avantages et caractéristiques techniques

La paille est un sous-produit de l’agriculture, ce n’est pas une culture dédiée contrairement au chanvre ou au lin par exemple. Elle n’exerce donc pas de pression sur les terres agricoles ni de concurrence avec les autres bioressources, son utilisation ne provoque pas d’augmentation du prix de l’alimentation.

C’est une ressource très bon marché puisqu’elle ne vaut qu’environ 22€ la tonne, et disponible en quantité sur le territoire français : si 100% de la construction en France était faite avec de la paille, on n’utiliserait que 10% de la production nationale de paille. Le coût moyen du matériau pour une isolation paille est de 5€/m², ce qui permet d’obtenir des bâtiments écologiques passifs à coût réduit.

ACV Paille
ACV Paille

La paille est un matériau écologique dont l’ACV (Analyse du Cycle de Vie) est plus intéressante que celle de n’importe quel autre isolant. Elle ne pose pas de problème environnemental. Même s’il est très difficile d’obtenir de la paille bio (sans pesticides) car les agriculteurs préfèrent alors la réutiliser pour enrichir leur terre, il n’a pas été observé que les pesticides posent des problèmes sanitaire dans la construction. D’ailleurs, la paille est classée A+ sur l’étiquette « émissions dans l’air intérieur ».

Construire avec la paille détient une forte intensité sociale qui passe par un besoin de plus de main d’œuvre et moins de produits techniques (crée de l’insertion) ainsi que par l’auto-construction qui offre à chacun la possibilité de se réapproprier son habitat.

Au niveau de la performance énergétique, la paille permet d’atteindre le niveau A sur l’étiquette du DPE (Diagnostic de Performance Energétique). En effet, sa résistance thermique est de 7.11 dans la hauteur de la botte, alors que la RT 2012 impose une résistante thermique de 4 dans les murs et 6.6 pour l’habitat passif. En rénovation, les conditions pour obtenir le CITE imposent une résistance thermique minimale de 3.7 dans les murs.

La densité d’une botte de paille est de 100kg/m3 à comparer avec celle de la laine de verre qui est d’environ 18 kg/m3. Plus le matériau est dense, plus il constitue un bon isolant, notamment pour le confort d’été. Cette densité lui confère également des propriétés ininflammables et donc une bonne résistance au feu. C’est aussi un bon isolant acoustique qui atténue le bruit de -45dB, ce qui représente 50 fois plus d’atténuation qu’avec du parpaing.

Pas de risque que des indésirables tels que les oiseaux ou les rongeurs ne viennent nicher dans les bottes quand elles sont mises en œuvre dans un mur compressé. Les termites, quant à eux, meurent de faim dans la paille.

La paille ne craint que l’eau, il faut donc être vigilant avec la migration de vapeur d’eau dans les parois ainsi qu’à l’étanchéité de la toiture. La paille craint la moisissure à 30% d’humidité relative. On ne peut donc pas construire avec de la paille par jour de pluie quand on l’utilise comme paille porteuse (voir ci-après).

L’utilisation de la paille peut également faciliter l’obtention du label « bâtiment biosourcé » qui impose un certain nombre de kg/m3 de matériaux biosourcés dans la construction : la paille représente 40kg/m3.

Systèmes constructifs de la paille

Paille porteuse ou technique Nebraska
Paille porteuse ou technique Nebraska
Paille porteuse ou technique « Nebraska »

Ce sont les bottes de paille qui constituent le mur. On ne les pose jamais directement au sol, on les place entre une lisse basse et une lisse haute autour desquelles on fait passer des sangles pour assurer la compression. Cette technique demande un savoir-faire particulier puisqu’il faut prévoir le nombre de centimètres que va faire perdre la compression. Des pré-cadres en bois sont installés pour pouvoir y introduire les menuiseries.

L’objectif de cette technique est d’utiliser un maximum de matériaux peu onéreux et écologiques et le moins de bois possible. Cependant l’économie en cubage bois de cette technique n’est que de 15% et cela ne représente pas énormément de réduction au niveau du coût. Néanmoins, la paille porteuse permet de ne pas avoir de ponts thermiques et une très bonne ACV, même si elle ne rentre pas dans les règles professionnelles de la construction paille.

Structure traditionnelle
Structure traditionnelle
Structure traditionnelle

Ici c’est l’ossature bois qui est porteuse, de plus elle comprend une charpente bois traditionnelle. C’est la technique de construction paille la plus chère mais la plus esthétique. Elle permet une isolation par l’extérieur.

 

 

 

Préfabrication en ossature bois
Préfabrication en ossature bois
Ossature bois

L’ossature bois est la technique qui se développe le plus, elle représente la majorité de la construction paille actuellement.

Elle est réalisée principalement en préfabrication. La préfabrication a un prix de main d’œuvre faible mais son ACV est mauvaise et on trouve pas d’épanouissement professionnel réel avec ce type de technique. L’intensité sociale est donc plus faible.

Technique du GREB
Technique du GREB
Technique du GREB

Le GREB est le Groupe de Recherche Ecologique de la Baie, situé au Québec. Il a développé un système de construction paille manuportable spécialement adapté à l’auto-construction.

Le système comprend une ossature bois double qui donne la possibilité d’utiliser de petites sections de bois et donc de permettre un prix plus faible. Une seule section de bois est utilisée pour toute la structure des murs.

On applique un mortier pour enfermer la paille à l’intérieur de l’ossature bois (composition du mortier : 1 volume de chaux CL90, 1 de ciment, 3 de sable, 4 de sciure de bois blanc). Les murs GREB possèdent une très bonne résistance au feu.

ITE paille
ITE paille
Isolation par l’extérieur (ITE)

L’avantage principal de L’ITE est qu’elle bénéficie du marché de la rénovation énergétique. Elle assure une bonne inertie thermique, mais l’inconvénient pour la mise en oeuvre est la gestion de l’humidité et le doublage des fondations.

Réglementation

La construction paille est accompagnées de règles professionnelles éditées par le RFCP (Réseau Français de la Construction Paille) : Règles CP 2012, et validées par l’AQC (Agence Qualité de la construction).

A travers ces règles sont respectées les 4 exigences des assureurs à savoir :

  • Respect de la réglementation ;
  • Matériau qualifié et apte à l’usage visé ;
  • Respect de règles de conception et de mise en œuvre validées ;
  • Personnel formé.

Les usages de la paille en accord avec les exigences ci-dessus sont isolant et support d’enduit. Plusieurs normes couvrent aussi la construction paille.

Pour plus d’informations sur les différentes techniques de la construction paille et leur mise en œuvre, ainsi que sur le cadre réglementaire (Règles CP 2012, références normatives…), nous vous invitons à vous rendre sur le site d’Approche paille, une association qui dispense des formations, travaille sur le développement technique de la construction paille et propose un accompagnement dans la construction.

Sources photos: approche paille, base INIES, Bois & Paille, Gaujard Technologie.

3 réponses

  1. Etienne
    | Répondre

    Bonjour, très bonne intro sur la construction paille, une question sur la résistance thermique de 7,11 pour quelle dimension et quel est le lambda de la paille ? y a t il d’ailleurs différents lambda suivant les fabricants ? Bien à vous, Pascal

    • Melissa Gilbert
      | Répondre

      Bonjour, les dimensions d’une botte de paille sont en grande majorité 37x47x90. La botte de paille offre une résistance thermique de 7.11 dans la hauteur qui est donc de 37cm (voir cette image qui situe la hauteur: http://blog.pages-energie.com/wp-content/uploads/2015/06/IMAGE_20121105_19363465.jpg). Le lambda (conductivité thermique) d’une botte de paille de ces dimensions est de 0.052.
      Le lambda peut varier en fonction des dimensions: les dimensions des bottes de paille peuvent changer d’un agriculteur à l’autre, tout dépend de la botteleuse utilisée, cependant en construction on utilise majoritairement les dimensions 37x47x90.
      Pour information, vous pouvez consulter cet exemple d’avis technique de la paille publié par isopaille, où l’on retrouve la valeur du lambda : http://www.cstb.fr/pdf/atec/GS20-U/AU120274.pdf

Répondre