» » La part des énergies renouvelables dans l'Union Européenne

La part des énergies renouvelables dans l'Union Européenne

EnR EuropeEurObserv’ER est le premier à publier une estimation de la part des énergies renouvelables dans la consommation brute d’énergie finale de l’UE en 2010. Cette part s’élève à 12,4% en 2010 contre 11,5% en 2009, ce qui représente une augmentation de 0,9 point.

L’augmentation de la part des énergies renouvelables dans la consommation brute d’énergie finale entre 2009 et 2010 s’explique par une consommation brute d’énergie finale d’origine renouvelable plus élevée: 145 Mtep (contre 131,6 Mtep en 2009) pour une consommation brute d’énergie finale totale de 1 170,7 Mtep (contre 1 146,3 Mtep en 2009).

Ainsi, entre 2009 et 2010, la consommation brute d’énergie finale issue des énergies renouvelables a augmenté de 10,2% (+ 13,4 Mtep) alors que la consommation totale brute d’énergie finale a augmenté de seulement 2,1% (+ 24,4 Mtep).

  • Part de l’énergie produite à partir de sources renouvelables dans la consommation brute d’énergie finale en 2010 et objectifs en 2020:

Part EnR 2010 dans l'UE

EurObserv’ER, les pays membres devraient donc produire une centaine de Mtep d’énergie finale d’origine renouvelable pour atteindre l’objectif commun pour 2020 de 20% d’énergie renouvelable dans la consommation brute d’énergie finale (directive 2009/28/CE), soit en moyenne une contribution supplémentaire d’énergie finale renouvelable de 10 Mtep par an.

EurObserv’ER publiera en janvier 2012 sa nouvelle édition de “l’État des énergies renouvelables en Europe”.

Source: EurObserv’ER

4 réponses

  1. Dessoubre
    | Répondre

    ” En dix ans, la proportion d’électricité renouvelable dans la production totale d’électricité a fortement progressé en Europe alors que la part du nucléaire diminuait, comme celle des combustibles fossiles. L’électricité renouvelable a permis d’éviter une importante quantité d’émissions de gaz à effet de serre et de polluants, avec moins de nucléaire. ”

    http://energeia.voila.net/renouv/electri_renouv_fr_de.htm

    On voit très bien, en Allemagne par exemple, que la diminution du nucléaire se fait sans augmentation des combustibles fossiles, malgré une augmentation de la production totale d’électricité. Ceci du fait de l’essor important des énergies renouvelables.

    Partout, les énergies renouvelables se substituent aux énergies fossiles et n’ont pas besoin de celles-ci “en secours”.

    Sauf en France, pays du nucléaire à outrance, où l’électricité provenant des combustibles fossiles a plus augmenté en dix ans que celle provenant des énergies renouvelables. Car le nucléaire a besoin des combustibles fossiles pour pallier à son inadaptation.

  2. Montet
    | Répondre

    Bonjour,
    Chiifres éloquents quand on ne regarde que les lignes que l’on veut bien…
    L’électricité issue des combustibles fossiles a augmenté en France de près de 20 %, passant de 10,5% à 12 % alors que les énergies renouvelables augmentaient de 10,9 % passant de 16,1 à 16,9 % de la production totale.
    Mais regardons tous les chiffres et les situations existantes :
    En france, la capacité hydraulique disponible est fortement exploitée ( 14 % contre 5 % en Allemagne, 22,7 % en Espagne, 24 % en italie pour une production en quantité très satisfaisante) et la consommation d’énergies fossiles fortement polluantes reste très faible ( 12 % en France contre 71 % en Allemagne, 69 % en Espagne, 99 % en Italie, 82 % en GB, 65 % en EU).
    Les chiffres donnés ne regardent que le pourcentage des différentes énergies dans la production d’électricité, pas dans la production totale d’énergie nécessaire à l’économie.
    Sinon comment expliquer que la France produit 489 TWH pour 65 millions d’habitants , soit 7,5 MWH par habitant contre 6,3 MWH / hab en Allemagne, 3,3 MWH / hab en Espagne, 3,65 MWH / hab en Italie, 6,06 MWH / hab en GB et 3,57 MWH / hab en Europe. A t’on analysé d’où vient l’énergie non électrique pour tous les pays et leur empreinte environnementale.
    Si la France a fait, il y a plusieurs décennies, le choix de miser sur l’électricité comme source d’énergie, en privilégiant les sources renouvelables (hydraulique par exemple ou four solaire prototype) et les centrales à haute production (nucléaire), voire les industrie lourde fonctionnant à l’électricité, c’est pour réduire les sources d’énergies fortement polluantes que ce soit en centrales électriques (combustible fossile) ou en fourniture d’énergie locale (moteurs diesels, chauffages par combustibles fossiles).
    Les forêts mortes, comme on peut en voir dans la Ruhr ou à Savona en Italie, sont absente du paysage français.

    Comparons tout pour bien comparer.
    Cordialement

    Pierre MONTET

    • JD Labails
      | Répondre

      Bonjour,

      Point de vue pertinent, il est important d’aller dans le fond des choses pour être sur d’avoir tous les éléments lorsqu’il faut prendre une décision.
      J’ai bcp aimer l’analyse sur la capacité hydraulique. A-t-on une idée de la capacité restante des autres énergies renouvelables ?
      A-t-on une vue sur le cout dans le temps de l’extraction de l’énergie, aussi bien financier qu’environnementale ? Il me semble que le cout environnementale n’est pas négligeable dans le cadre des énergies renouvelables comme la fabrication des panneaux solaires pour ne prendre qu’un exemple. Avoir ces coûts dans le temps permettrait d’avoir une meilleure vue sur les solutions proposées.

      Cordialement et bonne année

      JD Labails

  3. A Bialgues
    | Répondre

    Bonjour,

    La production totale nette d’électricité en France est de 17 411 watts par seconde, soit 548,8 TWh par an.
    La France produit plus d’électricité qu’elle n’en consomme, ce qui lui permet d’exporter.

Répondre