» » » La performance énergétique ne serait pas une priorité pour les propriétaires ?

La performance énergétique ne serait pas une priorité pour les propriétaires ?

Seul un propriétaire sur deux se sent concerné par la question de performance énergétique. Et cela même si 81% d’entre eux pensent que celle-ci a un impact sur le montant du loyer ou le prix de vente de leur logement, indique l’enquête* de Harris interactive en association avec Thomas Marko pour le réseau d’agences immobilières Orpi.

Un diagnostic de performance énergétique (DPE) pas systématique

Ce sont 53% des propriétaires qui déclarent être concernés par des problèmes liés à une mauvaise performance énergétique de leur logement. Parmi eux, 36% identifient l’isolation des murs comme la source de ces problèmes, 34% pour l’isolation des fenêtres, et seulement 19% pour la toiture.

Déperditions énergétique
Déperditions énergétique

Or pour une maison standard avec une performance énergétique moyenne, c’est-à-dire qui consomme 250kWh/m²/an, il se trouve que c’est par la toiture qu’il y a le plus de déperditions énergétiques. Les propriétaires ayant réalisé un DPE semblent plus avertis sur ce point puisque 28% d’entre eux se disent préoccupés par l’isolation de la toiture, plus que par les fenêtres. En effet, le DPE, lorsqu’il est correctement réalisé, permet d’avertir le propriétaire sur les sources de déperditions dans son logement et donc de le conseiller sur les travaux qu’il serait pertinent d’engager pour améliorer la performance énergétique. Cependant, certains freins persistent sur l’avance des frais, les modalités des aides financières aux travaux de rénovation énergétique, ainsi que leur pérennité.

Seuls 38% des propriétaires interrogés ont déjà réalisé un DPE de leur logement et la quasi-totalité de ceux qui ne l’ont pas fait (93%) ne le prévoient pas… De plus, 63% d’entre eux n’accordent aucun intérêt au conseil dans les démarches de DPE lors de l’achat ou la vente d’un logement.

Le point de vue des acheteurs et locataires diffère

Et pourtant, le niveau de performance énergétique atteste entre autres du confort des occupants, et ça les locataires et les acheteurs l’ont bien compris ! En effet, ce sont 75% des locataires qui placent la performance énergétique comme critère déterminant dans le choix d’un logement. Pour 88%, ce sera aussi le cas lors de l’achat de leur logement.

Une nette majorité des locataires (63%) se disent même prêts à payer un loyer plus cher pour un logement ayant une excellente performance énergétique, dont 16 % pour un loyer supérieur à 8 %. Et pour cause, la moitié de ceux interrogés estiment que la mauvaise performance énergétique de leur logement actuel impacte clairement leur budget (plus de dépenses énergétiques pour 87 %) ainsi que leur confort de vie (81%) et leur santé (55%).

Certaines mesures seront mises en œuvre chez le réseau immobilier Orpi

Orpi a décidé de former ses équipes au conseil énergétique dans le but de mettre en place dans ses agences un « point conseil performance énergétique », qui permettra l’accompagnement personnalisé des clients en matière de rénovation.

Pages-energie
Pages-energie

D’après Orpi, la transaction immobilière constitue un moment favorable et important pour sensibiliser au DPE et à la rénovation énergétique. En effet, les acquéreurs potentiels sont attentifs à l’étiquette énergétique et comparent les biens. Il n’est pas possible d’affirmer à un propriétaire que son bien se vendre 10 ou 15% moins cher si sa performance énergétique est mauvaise, par contre il se vendra moins bien qu’un bien équivalent possédant une meilleure performance énergétique. Même si cela reste difficile à estimer dans la plupart des cas, un logement peut gagner 5 à 7% de valeur supplémentaire entre chaque étiquette énergétique.

Les réticences des bailleurs face aux dépenses que cela implique, à la complexité des démarches à entreprendre et à l’instabilité des subventions publiques, doivent être prises en main par les professionnels compétents. Il faut pouvoir sensibiliser les propriétaires et transformer cette sensibilisation en action concrète, et tout cela soulève déjà des questions au sujet de l’organisation et du fonctionnement des professionnels de la rénovation énergétique entre eux. On pense aussi à mettre en œuvre une « fiscalité intelligente » afin de simplifier les démarches pour les clients et les professionnels.

En conclusion, il est tout de même surprenant que la performance énergétique soit considérée comme une « valeur rare » pour les locataires et qu’ils soient prêts à payer plus cher pour en bénéficier. Ne pourrait-on pas dire que la normalité devrait être de louer un logement qui consomme peu ? La performance énergétique devrait pourtant faire partie des standards de base du logement à louer

En ce qui concerne le fait que les propriétaires  n’éprouvent pas d’intérêt à la performance énergétique, il faut savoir qu’une grande partie d’entre eux seront confrontés à l’obligation de rénovation des logements consommant plus de 330kWh/m²/an d’énergie primaire (étiquettes F et G) à partir de 2030, ce qui laisse encore un peu de temps. A noter que cette obligation concerne les propriétaires qui souhaitent vendre leur logement, la rénovation devra donc se faire avant la mise en vente, et les bailleurs sociaux. Dans tous les cas, il faudra bien que ces propriétaires connaissent la performance de leur logement et devront donc passer par l’audit énergétique.

*Ce sondage a été réalisé sur internet, du 27 mai au 3 juin, auprès d’un échantillon représentatif de la population française, de 947 personnes.

Une réponse

  1. repris par bien construire

Répondre