» » La Rénovation énergétique de la Maison de la RATP : une division par 2 de la consommation énergétique.

La Rénovation énergétique de la Maison de la RATP : une division par 2 de la consommation énergétique.

Maison de la RATP - Pages-Energie
Maison de la RATP – Pages-Energie

La Maison de la RATP, située 54 Quai de la Rapée à Paris, a été rénovée dans le but de réduire sa consommation d’énergie et les résultats sont probants : une réduction de la facture énergétique de 700 000 € par an.

La SEDP était en charge de rénover le bâtiment. C’est la filiale immobilière de la RATP qui gère l’exploitation des sites existants ainsi que la construction de nouveaux bâtiments.

« Nous avons réussi à diviser par 2 en 5 ans la consommation énergétique du siège de la Maison de la RATP, avec un programme d’actions complets dont la récupération de chaleur issue du groupe froid des Datacenter » Grégory Rohart, chargé de mission Développement Durable au sein de SEDP.

Etat des lieux

La Maison de la RATP a été conçue par l’architecte Michel Guerrier et sa construction a été achevée le 29 janvier 1995. Ce bâtiment, haut de 9 étages, n’appartient pas au domaine du tertiaire pur puisqu’il comprend 90 000 m² de bureaux, mais aussi une salle de sport, des douches, un restaurant et un commissariat. Le bâtiment est classé ERP (Etablissement Recevant du Public) puisqu’il possède une rue intérieure d’accès public. Il est également classé ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement) pour ses groupes électrogènes.

La Maison de la RATP a été le premier bâtiment du groupe à être rénové car c’était celui qui coûtait le plus cher en énergie. Et pour cause, il accueille de nombreux travailleurs et de nombreuses fonctions différentes, ainsi que 3 groupes informatiques gourmands en énergie. De plus, bien que le bâtiment dispose d’une bonne isolation thermique, celui-ci possède beaucoup de ponts thermiques ainsi qu’une grande verrière responsables de déperditions énergétiques. La rue intérieure du bâtiment, non chauffée et non climatisée, est quant à elle une source de courants d’air.

répartition énergieRépartition énergétique de la Maison de la RATP sur le diagramme ci-contre :

De manière générale la RATP est réticente à investir dans la rénovation énergétique de ses bâtiments et préfère investir dans l’amélioration des transports. Le financement de cette opération de rénovation a été pris en charge à 50% par le fond FEDER (fond européen), et le reste par la RATP.

La démarche mise en œuvre

L’objectif que s’était fixé la SEDP était une réduction de 38% de la consommation énergétique du bâtiment.

Démarche négaWatt - pages-energie
Démarche négaWatt – pages-energie

Pour cela elle s’est appuyée sur la démarche négaWatt qui se décline autour de 3 grands axes :

  • Sobriété: supprimer le gaspillage énergétique à tous les niveaux de la société ainsi que dans nos comportements individuels.
  • Efficacité: représente tout ce que l’innovation technologique apporte pour la réduction de la consommation d’énergie permettant de satisfaire nos besoins.
  • Renouvelables : recourir aux énergies renouvelables.

La première analyse qui a été effectuée a permis de déterminer quels étaient les besoins des différents « groupes d’occupants », par exemple, les bureaux n’ont pas les mêmes besoins en énergie que la salle de sport. Ensuite, la SEDP a procédé à une remise à niveau de la GTB (Gestion Technique du Bâtiment) : optimisation des réseaux d’eau chaude et d’eau glacée, optimisation de la ventilation, suivi et comptage via centrale GTB.

Action sur la Sobriété : La température de chauffage a été baissée de 25°C à 21°C en hiver. Cependant, les occupants ne sont pas encore dans l’optique d’économies d’énergie et ne sont pas prêts à descendre à 19°C, de plus ils n’éteignent pas tous leur ordinateur le soir.

Toiture végétalisée Maison de la RATP - Pages-Energie
Toiture végétalisée Maison de la RATP – Pages-Energie

Actions sur l’Efficacité : 95% des éclairages ont été remplacés par des LED et certains avec détecteurs de présence. Les LED, bien plus économes en énergies que des ampoules classiques, ont permis une diminution de 55% de la consommation sur le poste éclairage ainsi qu’une maintenance simplifiée grâce à la durée de vie des LED (en 3 ans seulement 5 ou 6 LED ont été changées).

La végétalisation de la toiture a permis une isolation thermique accrue de 25% de celle-ci.

Un système thermodynamique d’eau chaude sanitaire a également été installé.

Divers
Groupe froid et récupération de chaleur Maison de la RATP

Actions sur le Renouvelable : Un nouveau groupe froid a été installé dans le but de climatiser les 3 groupes informatiques de contrôle. Le montant matériel investi pour cette installation s’élève à 70 000€.

« Nous avons pensé le dimensionnement du groupe froid en fonction de l’évolution dans le temps de nos besoins : le groupe froid tourne actuellement à 57% de son rendement, ce qui permet de rafraîchir des salles supplémentaires, et de prévoir demain, l’ajout de serveurs supplémentaires liés par exemple à l’automatisation d’une ligne ou tout autre projet nécessitant du stockage de données »  signale Gregory Rohart.

Un système de récupération de la chaleur émise par ce groupe froid a été installé et permet de couvrir 100% des besoins en chauffage à l’intersaison et aussi de chauffer l’eau pour les douches. Cette récupération de chaleur fatale a été mise en œuvre en suivant le protocole IPMVP (Protocole International de Mesure et de Vérification de la Performance énergétique) : on observe plus de 9% d’économies du fait de ce dispositif.

L’installation de ce système a permis 105 000 € d’économie par an et constitue un projet amorti en moins de 4 ans hors subventions.

A savoir :

«  Alors qu’un data center peut consommer en électricité l’équivalent d’une ville de plusieurs dizaines de milliers d’habitants, la récupération et la valorisation locale de la chaleur dissipée par les Datacenter semble indispensable … mais n’est pas pour autant devenue un réflexe dans le domaine : pourtant plus d’un 1/3 de l’énergie consommée par un Datacenter l’est au niveau de son système de refroidissement. Refroidissement des serveurs qui est en fait un simple transfert de chaleur de l’intérieur vers l’extérieur du data center, quel que soit le mode de climatisation choisie. Enfin n’oublions pas que cette chaleur perdue peut aussi contribuer en été à la création d’îlots de chaleur. » Précise Jean-François Moreau.

Comment fonctionne cette récupération de chaleur ?

L’enveloppe du bâtiment n’a quant à elle pas été touchée lors de la rénovation.

Les résultats chiffrés 

Le budget total investit pour réaliser ces opérations a été de 2 500 000 € en 6 ans.

La rénovation de la Maison de la RATP a permis :

  • Une consommation d’énergie diminuée de 50% ;
  • Une diminution de 58% des émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) ;
  • D’économiser 15 GWh par an ;
  • De réduire la facture énergétique de 700 000 € par an ;
  • De réduire les émissions de GES de 1 500 teq CO2 par an.

Retour sur investissement (sans le fond FEDER) :


Chiffres rénovation RATP – Pages-Energie

(Les résultats obtenus en 2014 ne sont pas vraiment représentatifs des gains économiques puisqu’ils prennent en compte l’augmentation du prix du kWh de 4%).

Répondre