» » » L’actualité solaire photovoltaïque: Editorial de FOTOSOL’R – août 2010

L’actualité solaire photovoltaïque: Editorial de FOTOSOL’R – août 2010

EDITORIAL d’Erik VAN BAREN, Président de FOTOSOL’R, août 2010.

L’ACTUALITE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE

Le SER a publié début juillet 2010 des «propositions pour assurer un essor durable de la filière photovoltaïque en France».
En bref, j’ai relevé cinq points essentiels qui pourraient complètement changer la donne du marché photovoltaïque et freiner considérablement son essor en France.

1/ L’introduction d’une limitation du volume de production photovoltaïque cumulé fixé à 5,4GWc en 2015
Le grenelle de l’environnement avait fixé un objectif de 5,4GWc de puissance installée en 2020 pour la filière photovoltaïque.
A mon sens ceci est un objectif et non une limite !!!.
Pourquoi chercher à limiter ce marché plutôt que le laisser se développer naturellement.
Pour quelle raison devrions nous limiter le marché photovoltaïque à une puissance qui ne représentera que 6 à 7% de l’électricité produite en France en 2015 ?.
L’argument invoqué sur la hausse de la CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité) ne semble pas valable selon l’avis du CLER qui considère que le poids du surcout tarifaire lié au photovoltaïque est négligeable :
«La hausse des tarifs d’achat biogaz, solaire photovoltaïque ne peuvent avoir qu’une incidence très faible sur le montant de la CSPE étant donnés les faibles volumes concernés.»
Par contre, nous savons tous que l’augmentation constante de la demande en électricité va inévitablement engendrer une hausse des tarifs. Il est donc primordial de développer ce type d’énergies tout en «pilotant» la baisse des tarifs d’achats sur les 5 prochaines années.

2/ La régulation trimestrielle du marché photovoltaïque en fonction des demandes de raccordement en volume à travers une modulation des tarifs d’achat de électricité
Nous savons tous que pour développer des projets de centrales solaires, nous devons connaitre de manière précise les revenus escomptés afin d’évaluer leur rentabilité financière. En conséquence, considérant que le délai de réalisation d’un projet photovoltaïque varie de 12 à 24 mois, il est primordial de connaître les conditions d’achat de l’énergie produite au stade de l’étude de faisabilité du projet. Si l’on est plus capable d’estimer ces revenus au stade initial du développement, aucun projet photovoltaïque ne pourra voir le jour puisque qu’aucun investisseur ne voudra les financer sans connaître sa rentabilité prévisionnelle.
Une régulation annuelle, planifiée dès aujourd’hui, paraîtrait beaucoup plus judicieuse. En effet, il est impératif de donner une visibilité parfaite aux différents acteurs de la filière sur les évolutions tarifaires afin qu’ils puissent réagir en conséquence. Dans ce contexte, il est du ressort du gouvernement de planifier les baisses de tarifs d’achat de l’électricité en fonction des prévisions de puissances installées à moyen terme.

3/ L’interdiction de faire profiter les investisseurs financiers français de ce marché très profitable
Le fait d’interdire les financements de projets solaires photovoltaïques via la loi TEPA serait une erreur colossale. En effet, aujourd’hui, la France dispose, à travers des holdings financières, de capitaux français importants disponibles dans le cadre de cette loi.
Supprimer ce potentiel financier reviendrait à ouvrir la porte aux financements étrangers soit directement à travers des fonds d’investissement, soit indirectement à travers les marchés financiers.

4/ L’imposition d’un quota minimum de produits français dans les projets d’installations sur le sol français
Cette mesure conduira à ralentir le phénomène de baisse des prix des équipements du fait de la limitation du choix à des produits dont les prix ne sont pas, à l’heure actuelle, compétitifs. Le risque est que les quelques acteurs français limitent leurs actions de baisse sur les prix du fait de la suppression partielle de concurrence. Nous savons tous que dans un contexte concurrentiel ou le choix des équipements est vaste les prix ont tendance à baisser.
De plus, le fait d’introduire des quotas de produits français risque au contraire d’entrainer une hausse des prix si l’offre ne peut pas suivre la demande.

5/ La suppression des Appel d’Offres CRE pour les projets photovoltaïques
Le fait de supprimer les Appels d’Offres CRE aura pour effet encore une fois de supprimer la mise en concurrence. Les prix ne seront donc plus «tirés vers le bas» ce qui ne va pas dans le sens de la stratégie actuelle.

En conclusion, le contexte actuel est propice au développement de commentaires et de propositions diverses et variées sur l’évolution de la filière photovoltaïque. Je pense qu’une clarification de la part du gouvernement sur sa position quant au développement de la filière photovoltaïque serait la bienvenue.

Editorial de Erik VAN BAREN, Président de FOTOSOL’R du 2ème trimestre 2010, reproduit avec son aimable autorisation.

Pour en savoir plus:
Découvrez les exemples de projets réalisés par FOTOSOL’R sur Pages-Energie
Le site de FOTOSOL’R

7 réponses

  1. Sol
    | Répondre

    A lire, la contribution au débat sur les tarifs de rachat de l’association Hespul http://www.hespul.org

    ” Pourquoi et comment soutenir VRAIMENT la filière photovoltaïque en faisant VRAIMENT baisser la facture ? ” : http://www.hespul.org/IMG/pdf/Prop_tarifs_PV_Hespul_aout_2010_finale.pdf

    • GreenBoy
      | Répondre

      Le gouvernement a tranché ; tout comme ses homologue européens qui subventionnent le solaire (Allemagne, Espagne, Italie) Les tarifs de rachat d’électricité solaire baisseront de 12%
      Cette baisse s’appliquera à toutes les catégories : centrales aux sol, panneaux intégrés au bâti, etc…
      Seules les installations de moins de 3 kW garderont, le tarif de 58 centimes/kWh.

      • Ulysse
        | Répondre

        En effet, cette modification est applicable dès le 1er septembre 2010 !!!!!!!!!!!!!

      • Philippe.B
        | Répondre

        Le tarif d’achat photovoltaique pour les particuliers reste inchangé, voilà la bonne nouvelle.
        Mac

  2. Wache.C
    | Répondre

    -> Le rapport sur la mission relative à la régulation et au développement de la filière photovoltaïque en France de l’inspection Générale des Finances (dit Rapport CHARPIN) : https://www.igf.minefi.gouv.fr/sections/les_rapports_par_ann/2010/mission_relative_ala/downloadFile/attachedFile/1_RAPPORT_Photovoltaique.pdf?nocache=1283509960.38

  3. NrVé
    | Répondre

    Bonjour !
    Un chiffre, un seul >>> 4,5 milliards d’Euros par an <<<
    C’est ce qu’auraient coûté aux clients de EDF les subventions aux énergies renouvelables si l’Etat n’avait pas dit STOP !
    Bien à vous.

Répondre