» » Laine de verre, laine de roche, des précautions pour la pose à ne pas négliger

Laine de verre, laine de roche, des précautions pour la pose à ne pas négliger

Pour isoler, les laines minérales sont parmi les plus utilisées en France. Des points essentiels liés à l’emploi des laines minérales sont cependant indispensables à connaître pour éviter tout souci de santé. Quelles précautions de pose ? Mais aussi de dépose. Tour d’horizon.

Laine de verre, laine de roche, quelles différences ?

Les laines minérales, appelées également « laines d’isolation » ou « laines isolantes », sont des fibres inorganiques constituées de fibres minérales artificielles.

Deux types de produits principaux y sont attachés : la laine de verre et la laine de roche.

Ces deux familles ont un pouvoir isolant intéressant et sont d’un rapport qualité prix intéressant, (Attention, suivant leur forme et les fournisseurs, pour une même épaisseur, une laine peut être plus ou moins isolante.

La laine de roche a souvent des caractéristiques acoustiques plus intéressantes.

La laine de verre est produite à base de sable, de verre recyclé, appelé encore calcin, alors que la laine de roche est principalement issue de la transformation de roche volcanique (basalte) ou de laitier de hauts fourneaux.

Après l’opération de mise en fibres (à haute température + 1 400 °C), la laine est mise en forme par l’ajout de liants et d’adjuvants, résine ou inhibiteurs de poussières à base de formaldéhyde et de résine formo-phénolique. Autrement dit, des adjuvants chimiques, qui ont un caractère toxique, et aux effets négatifs chroniques pour la santé des poseurs et aussi des occupants si l’étanchéité des parois n’est pas parfaite. L’importance de la pose sans défaut d’étanchéité est donc aussi primordiale.

Etiquette sécurité laine minérale
Etiquette sécurité laine minérale

La laine de verre, tout comme sa cousine laine de roche, est conditionnée sous différentes formes, mais quel que soit le conditionnement, il faut prendre des précautions. Seuls les produits en vrac, par projection ou soufflage, sont concernés par un étiquetage précisant la dangerosité. Les fibres sont par ailleurs inodores, insolubles dans l’eau.

 

La pose de la laine de verre ou de roche

Ce qu’il faut faire ou ne pas faire, en trois points clés :

  • Il ne faut pas couper à la scie, surtout mécanique, qui projette de nombreuses particules dans l’atmosphère. Pour la découpe, poser les panneaux ou rouleaux, de préférence au couteau, sur une surface rigide, permet de limiter les manipulations et mouvements des éléments.
  • En comble, la ventilation par l’ouverture des fenêtres est importante. Dans les zones peu accessibles, les précautions peuvent s’avérer difficiles à prendre. Il vaut mieux privilégier d’autres solutions.
  • La pose de la laine doit être programmée au bon moment pour éviter d’y retoucher ou de nouvelles interventions ensuite, la coordination du chantier est essentielle.

La tenue et les précautions élémentaires pour faire les travaux :

  • La tenue de travail doit être ample et confortable, mais ajustée au cou, aux poignets et aux chevilles.
  • Une casquette, des gants et des lunettes équipées de protections latérales, sont indispensables pour l’isolation du plafond.
  • Un appareil de protection respiratoire est obligatoire (demi masque filtrant jetable). Un simple masque anti-poussière est inefficace avec des fibres de taille microscopique.
  • Il faut aussi penser à ranger et laver les vêtements de travail séparément des autres vêtements.
  • Il est indispensable de se doucher et se savonner en fin de pose pour limiter l’incrustation des fibres dans la peau, ce qui peut être source d’irritation.
  • Le nettoyage de la zone de travail doit être faite chaque jour avec un aspirateur à filtre absolu ou THE, ce qui exclut le classique balai ou pire, une soufflette.

Des précautions à la dépose de la laine de verre aussi

Les laines de verre ou de roche ont des inconvénients qui tiennent à leur manipulation, et la dépose dans l’habitat doit être faite avec toutes les précautions surtout lorsque leur protection est endommagée.

La récupération de l’ancienne laine de verre tassée ou endommagée est une opération qui doit être faite avec soin car, avec le temps, les fibres très fines se dégradent, se cassent et peuvent s’insérer dans les alvéoles des poumons entraînant des affections respiratoires, mais aussi des irritations de la peau, des dermatoses, et affections diverses.

Trois points sont fondamentaux pour enlever les couches de laine existante :

  • Ne jamais brûler les vieux isolants constitués de laine de verre ou laine de roche et pare-vapeur en papier Kraft, mais les porter dans la déchetterie la plus proche. Elles sont traitées à part.
  • Ne pas utiliser de soufflette, ou balai, mais un aspirateur avec un filtre THE qui ne laissera pas repasser à l’extérieur les fibres endommagées qui auraient été aspirées.
  • Travailler à l’humide, en prenant garde aux risques électriques, et maintenir le sol exempt de déchets et de débris.

Pour approfondir, et notamment pour le soufflage et le vrac, la brochure de l’office de Prévention du BTP (OPPBTP) qui détaille les fiches et précautions à prendre : fiche-prevention-pose-laine-verre-roche

Si vous hésitez à ôter la laine de verre ancienne existante, regardez son état : si elle est tassée ou si elle a des traces d’humidité, elle n’apporte pratiquement plus aucune performance d’isolation, la retirer est donc préférable.

 

Répondre