» » » Le marché de la rénovation énergétique sera le levier de croissance pour les artisans du bâtiment en 2011

Le marché de la rénovation énergétique sera le levier de croissance pour les artisans du bâtiment en 2011

Professionnels du bâtimentL’artisanat du bâtiment entre dans une période de transition économique. Après une année 2010 marquée par la crise avec un repli de l’activité de -2,5%, 2011 devrait ouvrir des perspectives de croissance, et ce, dès le premier trimestre. La CAPEB revoie ses estimations à la hausse et envisage une augmentation de +2% du volume d’activité. Cet optimisme est porté par l’amélioration des carnets de commande, notamment en rénovation énergétique. Pour tourner définitivement la page de la crise, la CAPEB appelle le gouvernement à ne pas relâcher ses efforts pour soutenir une fiscalité verte d’éco-relance.

“Le marché de la rénovation énergétique émerge nettement, le maintien des aides financières dans ce domaine est indispensable à une reprise durable”, Patrick Liébus, Président de la CAPEB.

Pour 2011, l’artisanat du bâtiment devrait renouer avec la croissance: la CAPEB prévoit une hausse de +2% du volume d’activité. Le marché du neuf pourrait redémarrer avec une hausse de l’activité de +3,5% en volume contre +1% pour l’entretien-amélioration.

Les travaux d’amélioration énergétique devraient constituer l’un des principaux relais de croissance. Tout au long de l’année 2010, le rythme de croissance de ces travaux s’est en effet accéléré d’un point par trimestre pour atteindre une hausse de +2,5% au dernier trimestre. Cette dynamique devrait se poursuivre en 2011.

“Le levier de croissance est à chercher du côté des travaux d’amélioration de la performance énergétique qui représentent actuellement plus de 15% des travaux de rénovation réalisés par les artisans du bâtiment. Nous avons été parmi les premiers à nous mobiliser autour des enjeux de la performance énergétique à travers la marque ECO Artisan pour relever le défi lancé par le Grenelle de l’environnement. La balle est dans le camp des Pouvoirs Publics qui peuvent décider de continuer à nous accompagner ou non dans ce grand chantier. Si la CAPEB salue la mise en place de l’Eco-prêt à taux zéro, elle ne peut que regretter le signal négatif adressé aux clients par les coups de rabot de 10% sur les crédits d’impôt opérés dans la loi de finances 2011″ , Patrick Liébus.

Source: Communiqué de presse du 12 janvier 2011 de la CAPEB

Répondre