» » Le marché de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables est l'avenir du bâtiment

Le marché de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables est l'avenir du bâtiment

Professionnels du bâtimentA l’occasion des Journées Nationales des Maisons de l’Emploi et des Plans Locaux pour l’Insertion et l’Emploi, l‘Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et l’Alliance Villes Emploi présentent les résultats de l’expérimentation “Maisons de l’Emploi et Développement Durable”.

Le diagnostic réalisé sur les 33 bassins d’emploi a principalement porté sur le secteur de la construction, premier concerné par les évolutions réglementaires liées à l’environnement.

Il a permis de comprendre plus précisément les besoins liés au marché de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Si le potentiel du marché devrait rester stable jusqu’en 2014, la part du chiffre d’affaires liée à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables devrait croître de 47% à 330% selon les territoires, notamment avec l’introduction de la RT 2012.

Les maîtres d’ouvrage, particuliers et collectivités, connaissent mal ces nouvelles réglementations et auront de plus en plus recours aux professionnels, en matière de conseil comme pour la réalisation des travaux. Sur 154.000 salariés sondés sur les territoires étudiés, ils étaient 29.000 professionnels du bâtiment à travailler sur des chantiers de performance énergétique et de qualité environnementale en 2009. D’ici 2014, ce sont 69.000 professionnels qui devront être mobilisés pour répondre à la demande, soit 42% de plus.

Ces nouveaux besoins en compétences nécessitent que la profession évolue et ce, dans tous les corps de métier, notamment la maçonnerie, la plomberie, le chauffage ou encore la menuiserie. La performance énergétique ne sera au rendez vous que si une approche globale de l’ensemble du bâtiment est réalisée.

Les différentes techniques et le matériel mis en oeuvre doivent se compléter, pour mettre en place des synergies, améliorer les résultats et accroître la rentabilité à investissement égal. Or, cet audit a révélé que peu de professionnels sont aujourd’hui en mesure de faire face à cette demande d’approche globale, en particulier par un manque de connaissance des enjeux. Les principaux besoins en formation portent sur la mise en oeuvre de matériaux d’isolation, la pose d’équipements à base d’énergies renouvelables et l’étanchéité à l’air. L’audit a pourtant révélé que pour 8 chefs d’entreprise sur 10, la formation était difficilement accessible par manque de temps.

Véritable outil de pilotage, le diagnostic a permis à l’ADEME et l’Alliance Villes Emploi d’élaborer des plans d’actions portés au niveau de chaque territoire afin d’apporter sur le terrain des réponses concrètes en adéquation avec les besoins des entrepreneurs locaux.

Les plans d’actions, devenus exemples à suivre, sont ensuite centralisés dans une base de données nationale accessible à toutes les Directions Régionales de l’ADEME et aux membres du réseau Alliance Villes Emploi pour encourager le développement des bonnes pratiques.

Source: ADEME

Répondre