» » » Le nouveau Décret RT2018 pour la rénovation des bâtiments existants élément par élément moins exigeant que le crédit d’impôt

Le nouveau Décret RT2018 pour la rénovation des bâtiments existants élément par élément moins exigeant que le crédit d’impôt

Le 22 Mars dernier, un nouvel arrêté est venu modifier l’arrêté du 3 Mai 2007 concernant les caractéristiques thermiques et la performance des bâtiments existants. Cet arrêté reprend élément par élément les nouvelles exigences pour 2018. Qu’est-ce qui change ?

carte-france-zone-géographique
Zones géographiques (Actergie)

Ces mesures sont-elles suffisantes ?

 

Pour quand et pour qui ?

 

Cet arrêté, appelé également RT Existant par élément, entrera en vigueur dès le 1er Janvier 2018 et permet la mise à niveaux des exigences thermiques et énergétiques des éléments installés ou remplacés et qui ont un impact sur les performances du bâtiment. Il concerne les bâtiments existants qu’ils soient résidentiels ou non résidentiels, dont la surface est inférieure à 1 000 m².

En plus de globalement augmenter les exigences, ce nouvel arrêté donne des précisions en fonction des zones géographiques. En effet, on retrouve des valeurs de résistances thermiques qui varient selon 3 principales zones :

-Zone H1A, H1B, H1C

-Zone H2A, H2B, H2C, H2D et zone H3, à une altitude supérieure à 800 mètres

-Zone H3, à une altitude inférieure à 800 mètres  

 

 

 

Des exigences à la hausse mais encore faibles

  • Parois opaques

Les exigences concernant la résistance thermiques des matériaux utilisés ont été augmenté. Voici un tableau comparant les différentes exigences attendu entre l’arrêté de 2007 et celui pour 2018. Des prévisions pour 2023 ont déjà été apportées.

R 2007 (m².K/W) R 2018 (m².K/W) R crédit d’impôt (m².K/W) R prévision 2023 (m².K/W)
Murs en contact avec l’extérieur et rampants de toitures de pente supérieure à 60° ≥ 2,3 ≥ 2,2 à 2,9 ≥ 3.7 ≥ 2,2 à 3,2
Murs en contact avec un volume non chauffé ≥ 2 ≥ 2 _ ≥ 2,5
Toitures terrasses ≥ 2,5 ≥ 3,3 ≥ 4.5 ≥ 4 à 4,5
Planchers de combles perdus ≥ 4,5 ≥ 4,8 ≥ 7.0 ≥ 5,2
Rampants de toiture de pente inférieure 60° ≥ 4 ≥ 4 à 4,4 ≥ 6.0 ≥ 4 à 5,2
Planchers bas donnant sur local non chauffé ou extérieur ≥ 2 ≥ 2,1 à 2,7 ≥ 3.7 ≥ 2,1 à 3

 

  • Parois vitrées :Les parois vitrées ne sont plus abordées dans la globalité mais une distinction est faite entre les installations « classiques » (fenêtre dont la surface est supérieure à 0.5m², porte fenêtre, double fenêtre, façades rideaux…) dont le Uw reste inchangé et doit être inférieur à 1.9 W/(m²/K) ; et les portes de maison individuelle, les verrières et les vérandas. Ainsi on retrouve :

-Les portes de maison individuelle donnant sur l’extérieur Ud ≤ 2 W/(m²/K)

-Les verrières et vérandas U ≤ 2.5 W/(m²/K)

RT rénovation élément par élément
RT rénovation élément par élément (source PBD)

Pour le crédit d’impôt on exige : 1,3 soit 30% plus performant !Concernant le confort d’été, un ajout a été fait dans le non résidentiel avec l’obligation d’utiliser un vitrage de contrôle solaire ou d’une protection mobile (ou les 2) offrant un facteur solaire de la paroi complète de Sw ≤ 0.35

  • Chauffage : Les chaudières non étanches à coupe-tirage de type B1 ne sont plus autorisées. En revanche le rendement minimum des chaudières et le COP (Coefficient de performance énergétique) des pompes à chaleur restent inchangés.

 

  • Refroidissement : le niveau de rendement énergétiques en mode froid (EER) des climatiseurs et des refroidisseurs de liquide à compression reste inchangé.

 

  • Ventilation : les bâtiments autres que les bâtiments à usages d’habitation doivent posséder une régulation en fonction du type d’utilisation et des paramètres d’occupation. De plus lorsque des locaux possèdent des usages totalement différents, les systèmes de ventilation doivent être indépendants.Les performances exigées restent identiques soit :-Pour les locaux à usage d’habitation une consommation maximale de 0,25 Wh/m3 par ventilateur (0,4 Wh/m3 en présence de filtres F5 à F9)-Pour les locaux autres, une consommation maximale de 0,3 Wh/m3 par ventilateur (portée à 0,45 Wh/m3 en présence de filtres F5 à F9)
  • Eclairage : Les parties communes et locaux de circulations doivent être équipés de dispositifs automatiques ainsi qu’un système d’abaissement de l’éclairement en fonction de la lumière naturelle. En plus de cela, pour les bâtiments autres que les bâtiments à usage collectif, la puissance maximale d’installation ne peut être supérieure à 1.6 Watt/m².

Il est vrai que de manière générale, les exigences sont revues légèrement à la hausse. Mais lorsqu’on les compare aux exigences du crédit d’impôt, elles restent bien inférieures. La réglementation, une fois de plus, est à la traîne et différente du crédit d’impôt ce qui est très surprenant. A quand une seule valeur cible pour les travaux de rénovation ? Notre recommandation est que, pour vos travaux de rénovation, il est préférable de vous baser sur les recommandations du crédit d’impôt qui vous donne en plus la possibilité de faire des économies financières.

Répondre