» » » Les avis de l'Ademe sur les centrales solaires au sol et les serres agricoles photovoltaïques

Les avis de l'Ademe sur les centrales solaires au sol et les serres agricoles photovoltaïques

Centrales solaires et serres agricoles photovoltaïquesPhotovoltaïque: centrales solaires au sol (février 2010) et serres agricoles (novembre 2010):

Les énergies renouvelables sont un des piliers de la lutte contre le réchauffement climatique. L’énergie solaire photovoltaïque connaît un fort développement depuis 2007 avec différents types d’installations: panneaux posés ou intégrés en toiture ou en façade, centrale solaire au sol ou plus récemment, serres agricoles.

De manière générale, l’Ademe privilégie les projets d’intégration de ce système aux bâtiments existants. L’Agence fait le point, à travers deux avis, sur les projets de centrales au sol et de serres photovoltaïques.

– Les centrales solaires photovoltaïques nécessitent une certaine surface pour leur mise en place et peuvent pour ce faire occuper des terres agricoles ou forestières. L’Ademe recommande que tout projet de centrale au sol fasse l’objet d’une réflexion globale, menée à l’échelle d’un territoire, sur les zones d’implantation à privilégier. L’Ademe insiste sur l’utilisation de terres qui ne soient ni agricoles ni forestières et plus généralement sur l’implantation dans des zones déjà artificialisées ne présentant pas de concurrence d’usage entre les sols (friches urbaines, anciennes carrières, par exemple).

L’avis de l’Ademe sur les centrales solaires photovoltaïques

– Les serres agricoles photovoltaïques consistent à intégrer, sur la structure d’une serre, des modules photovoltaïques pour produire de l’électricité. Selon l’Ademe, les projets de construction de serres photovoltaïques comportent actuellement trop d’incertitudes techniques et agronomiques à moyen et long terme (productivité, fiabilité, durabilité) pour en assurer la promotion.

L’avis de l’Ademe sur les serres agricoles photovoltaïques

Source: ADEME

Une réponse

  1. Panneau photovoltaique
    | Répondre

    L’utilisation de friches urbaines et d’anciennes carrières est une réelle opportunité qui va permettre une pénétration plus rapide du photovoltaïque dans le paysage français. Ainsi la France pourra rattraper son retard sur ses voisins européens.

Répondre