» » » Les ragots du photovoltaïque (Conférence CLER – HESPUL)

Les ragots du photovoltaïque (Conférence CLER – HESPUL)

Logos CLER HESPULLe Comité de Liaison Énergies Renouvelables (CLER) et L’association HESPUL organisent une conférence le 21 avril 2011 sur la thématique: “Les ragots du photovoltaïque”

Quel est l’impact environnemental à la production et au recyclage du photovoltaïque? Quel est le véritable bilan énergétique d’une installation?

Comment le développement de la filière est-il financé aujourd’hui? HESPUL, vous aidera à mieux comprendre la valse de chiffres et d’informations qui circule dans la presse durant la Conférence “Les ragots du photovoltaïque” du 21 avril 2011.

LieuMaison de l’Environnement (32 rue Sainte Hélène – Lyon 2ème)

Informations: HESPUL – Tél.: 04 37 47 80 90

A propos de l’association HESPUL:
L’association HESPUL, énergies renouvelables et efficacité énergétique a pour but et objet social le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

A propos du CLER:
Le Comité de Liaison Énergies Renouvelables (CLER) est une association agréée de protection de l’environnement qui fut créée en 1984. Son objet est la promotion des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie. Aujourd’hui, le CLER fédère un réseau de près de 200 professionnels répartis sur l’ensemble du territoire national.

5 réponses

  1. Laurent W
    | Répondre

    Proposition d’un autre titre pour cette conference : “Les ragots du photovoltaïque” ou “Intox sur les énergies propres”

  2. Photon
    | Répondre

    pourquoi photovoltaique ça fini par hic?
    pourquoi les installateur ne mettent pas de combinaison anti radio active?
    si tous les panneau viennent du soleil levant alors à midi chez moi est ce que ça va marcher?
    Pourquoi les Allemands financent une énergie aussi chère?
    et bien d’autre sujet…

    • EVEBIA
      | Répondre

      Simplement en Allemagne ils savent construire des maisons passives et qu’en France on ne veut pas savoir!
      Les politiques Français ne veulent pas sortir du nucléaire.
      C’est juste une question de volonté politique et à nous en tant qu’electeur de changer tout ça.
      On peut trés bien sortir du nucléaire en France car sur les 80% d’énergie nucléaire, plus de la moitié est pour les logements. Alors on comprend facilement que l’allemagne finance cette énergie aussi chère car une maison passive avec un peu de panneaux et adieu le nucléaire.

  3. Décret n° 2010-1510
    | Répondre

    Bonjour,
    Je vous invite à lire l’article du Point du 8 avril dernier, Fillon: “Sur le photovoltaïque, on a fait n’importe quoi”, ou le 1er ministre a reconnu que les pouvoirs publics avaient “fait n’importe quoi” pour encourager l’essor de l’industrie photovoltaïque… http://www.lepoint.fr/economie/fillon-sur-le-photovoltaique-on-a-fait-n-importe-quoi-08-04-2011-1317222_28.php

  4. Sabatier
    | Répondre

    Après le ministre Français, la Belge admet aussi que le photovoltaïque n’est pas la panacée.
    J’ai lu les commentaires sur l’article du Point du 8 avril; en enlevant la polémique politique, ou les clichés/généralités sans grand intérêt, il y a de bons arguments en faveur comme en défaveur.
    Comme les miracles, même à Lourdes, sont rares, aucune énergie idéale ne supplantera les existantes, mais une combinaison de l’ensemble des solutions, raisonnablement associées à une baisse de la consommation, améliorera progressivement le rapport disponibilité/coût de l’énergie.
    La polémique vient d’une communication opaque ou orientée par les intérêts économiques (que les lobbyistes se charge de faire prendre en charge par les politiques en quête d’idées).
    Sur un blog récent,

    http://ilaim.e-monsite.com/blog.rss (et sur un forum Viadeo)

    je pose la question dérivée d’un blog américain: Les industriels (européens) cherchent-ils réellement à communiquer d’une manière efficace sur les BBC (Bâtiments Basse Consommation)avec les moyens actuels ?

    Il nous faut avant tout chercher des solutions pour réduire le besoin en énergie (moins énergivores), puis chercher la source d’énergie la plus appropriée, qu’elle soit minérale, éolienne, solaire, hydraulique ou autre.

Répondre