» » » L’état de l’art du réseau VDI

L’état de l’art du réseau VDI

Qu’est-ce que le VDI ?

Dorénavant toute habitation neuve, résidentielle comme collective, incorpore dans son infrastructure un réseau de communication (internet, téléphone, multimédia) au même titre que le réseau électrique. C’est ce réseau de communication que l’on appelle VDI (Voix, Données, Images). Le réseau VDI a deux finalités :

 

Prise RJ45
Prise RJ45
  • Permettre la communication avec le monde extérieur (accéder à internet, téléphoner…),
  • Permettre à l’occupant, par une simple prise universelle (RJ45), d’accéder dans presque toutes les pièces aux émissions de TV de la TNT, à ses films, ses vidéos, ses photos, ses musiques et à Internet y compris pour son travail.

« Le réseau VDI va permettre de gérer de façon universelle toutes les applications de l’habitat : TV (ADSL, Hertzienne, Satellite),  téléphone et surtout données (les objets connectés, jeux, serveur de données, PCs en réseaux, appareils mobiles, systèmes vidéo … mais aussi les applications comme le télétravail, formation sur Internet, le streaming, etc…) » indique Benjamin Nicklin  gérant de  l’offre connectivité réseaux résidentiel et tertiaire chez Schneider-Electric.

« Face aux augmentations croissantes, d’une part des objets connectés au réseau, d’autres part de l’usage du numérique au sens large, et enfin, avec les offres des opérateurs proposant des débits de plus en plus conséquents, l’adaptabilité et la flexibilité de la solution réseau VDI sont clés pour que l’usager final puisse avoir le confort de communication adapté à ses usages » ajoute l’expert.

Une installation réglementée

C’est la norme NF C 15-100 qui régit la mise en œuvre du VDI et fixe depuis 4 ans le minimum requis pour les logements neufs : caractéristiques du tableau de communication (obligatoire depuis 2010 dans les logements neufs) installé dans la GTL (Gaine Technique Logement), nombre de prises RJ45 selon le type de pièce et la surface, câblage en étoile pour permettre la distribution des services à très haut débit dans les pièces principales du logement, etc…

Les différents usages du réseau sont quant à eux définis par le guide UTE C 90-483. Et ces usages sont en constante augmentation. Internet continue de se répandre : 8 foyers sur 10 sont maintenant équipés d’internet à leur domicile, la TV ADSL se développe, le streaming également. On observe à la fois des usages de plus en plus gourmands associés à une multiplication des équipements, et toutes les générations sont concernées.

Les trafics de données explosent : l’apparition du très haut débit permet aux loisirs numériques de se développer mais offre aussi de nouvelles opportunités de télétravail donnant un confort d’accès aux réseaux d’entreprises et aux nouveaux moyens de communication tels que la vidéo conférence. Le réseau de communication se doit donc d’être assez performant pour aujourd’hui et demain. Dans le guide UTE C 90-483 sont définis quatre niveaux, dit “grades”, de performances de l’installation en fonction de la bande passante de la liaison et des services supportés.

Des intérêts et des désavantages 

réseau VDI
réseau VDI

Le confort apporté par ce réseau de communication peut favoriser et faciliter le travail à domicile, offrant donc en prime un confort de vie certain : économiser le temps passé dans les transports pour la pratique d’une activité physique, pouvoir se cuisiner des repas sain le midi, être à l’aise chez soi, réduire le stress lié au travail…

On peut se poser la question de l’impact énergétique qu’une généralisation de ce type d’emploi pourrait entraîner. En effet, dès lors qu’une personne est présente chez elle en journée, sa facture énergétique personnelle s’élève proportionnellement. Cependant il ne faut pas oublier que si la personne consomme de l’énergie chez elle, elle n’en consomme pas en entreprise ! De plus, il existe des compensations sur le salaire concernant la consommation d’énergie liée au travail à domicile.

Le VDI apporte le « confort multimédia » à l’utilisateur, pouvant créer un « besoin » supplémentaire et favoriser l’achat de nouveaux équipements multimédias pour agrémenter chaque pièce, menant à une utilisation plus intensive et systématique de ceux-ci. En conséquence on peut lister : une consommation accrue d’électricité, une augmentation des appareils en veille (si on ne pense pas à les éteindre), une vie familiale lésée (ex : tout le monde regarde la télé de son côté)…

Quel avenir pour le marché ?

On constate l’existence de deux sous-marchés :

  • Le marché guidé par la construction neuve, qui lui est plutôt établit.
  • Le marché porté par la rénovation qui progresse avec une croissance à deux chiffres : les habitants qui souhaitent mettre en place un réseau VDI et les installateurs électriciens qui sensibilisent leurs clients sur le sujet.

 « L’obligation de câblage en étoile et l’usage des prises RJ45 date de 2002, il y a donc matière à faire des évolutions et upgrade des solutions existantes à partir de cette date pour bénéficier du très haut débit offert par les opérateurs » ajoute Benjamin Nicklin.

Notons également le marché de la fibre optique introduit par la loi LME de 2008 et le décret de décembre 2011 fixant l’obligation d’installer la fibre pour tous les projets en logement collectif à partir d’avril 2012.

La fibre optique, en simple :

Fibre optique
Fibre optique

Une fibre optique est un fil en verre où en plastique très fin qui a la propriété de conduire des signaux lumineux, qui sont ensuite transformés en signaux électriques par un appareil appelé ONT (Optical Network Terminal).

Cette technologie offre un débit d’informations nettement supérieur à celui des câbles coaxiaux (câble Ethernet par exemple). Elle supporte un réseau « large bande » par lequel peuvent transiter aussi bien la TV, le téléphone, la visioconférence et les données informatiques. De plus, elle est insensible aux rayonnements électromagnétiques. Cependant sa mise en œuvre est plus contraignante et plus chère. Actuellement on la retrouve principalement dans les bâtiments tertiaires. Le déploiement de la fibre optique en est à son début dans les habitations, et l’objectif est de 80% de logements éligibles en fibre optique d’ici 2022.

Filaire et wifi : lequel faut-il privilégier ?

Le filaire est à privilégier et pour plusieurs raisons. « Tous les produits connectables au réseau filaire doivent l’être et ceci dans n’importe quelle pièce de l’habitat » recommande Benjamin Nicklin.

Et pour cause, le filaire est 5 fois plus rapide que le wifi ! Il s’agit donc de préférer le wifi seulement pour des usages simples tels que les applications et produits mobiles.

 « Le wifi est un complément, et plus il y a d’objets connectés , moins il y a de débit ; on passe ainsi d’un débit théorique de 54 Mbit/s à un débit réel de  22 Mbit/s avec un produit connecté en Wifi, 15 avec deux produits connectés et ainsi de suite si on rajoute d’autre produits » ajoute l’expert de Schneider-Electric.

N’oublions pas que le Wifi ne passe pas toujours bien et que le niveau d’affaiblissement du signal peut être assez important en fonction de la nature des parois du bâtiment. C’est pourquoi le réseau filaire est indispensable, qui plus est dans un contexte de constante augmentation des débits consommés.

Enfin, rappelons que nous sommes sans cesses traversés d’ondes électromagnétiques néfastes pour notre santé, ce n’est donc pas la peine d’en rajouter ! Dès lors, le wifi est à utiliser raisonnablement, la loi Abeille en cours de finalisation rappelle d’ailleurs les précautions élémentaires face aux risques des expositions aux ondes électromagnétiques et notamment au niveau de l’accès sans fil à Internet.

Pour plus d’informations sur le sujet, demandez le dossier complet (gratuit).

Une réponse

  1. Morgan
    | Répondre

    Bonjour,
    Tout à fait d’accord avec l’article, faire un réseau filaire informatique de nos jours est indispensable et en plus obligatoire dans les nouvelles constructions.
    D’ailleurs, les acheteurs ou locataire pose de plus en plus de questions sur l’existence d’un réseau informatique dans les logements.
    Bientôt, je pense qu’il y aura des moins valus sur les biens qui ne sont pas équipé.

Répondre