» » » L’IHU de Strasbourg : un futur bâtiment à la pointe de la technologie

L’IHU de Strasbourg : un futur bâtiment à la pointe de la technologie

L’institut de Chirurgie Guidée par l’Image (IHU=Institut Hospitalo-Universitaire) de Strasbourg est spécialisé en chirurgie mini-invasive. C’est un institut pilote qui fait suite à la commission sortie en 2009 sur la réforme des CHU (Centre Hospitalier Universitaire). Il en existe 6 en France et nous avons eu la chance de pouvoir voir de près ce nouveau pôle d’innovation médico-chirurgicale.

Un bâtiment de 13 000 m² au service du patient et de la recherche

En continuité avec l’IRCAD (institut de recherche contre les cancers de l’appareil digestif) et le Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg, l’IHU se situe au cœur du campus IHU-strasbourguniversitaire. Il réunira sur 13 000 m² tous les savoir-faire en termes de chirurgie, d’endoscopie et de radiologie pour le traitement des pathologies digestives et endocriniennes. L’objectif principal de ce nouveau bâtiment est l’optimisation des espaces et la réunion des spécialités au service du patient. Pour cela, les blocs opératoires seront des blocs hybrides, ce qui permettra au patient de ne pas changer de service pour chaque examen ou opération avec une mise à disposition immédiate de tout le matériel chirurgical. Un vrai challenge de conception !

Le rôle de l’IHU sera bien évidemment d’être un lieu de soin où il s’agira de pouvoir offrir un accompagnement personnalisé avec réalisation en image 3D de la tumeur. Cela permettra aux chirurgiens de s’entrainer préalablement et de façon spécifique à chaque patient. Mais il sera également un centre de recherche pour les nouvelles technologies et les procédures futures, un centre international de formation sur les pratiques mini-invasives et un moteur de développement économique.

Un bâtiment intelligent pour l’environnement

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le problème des ponts thermiques est un problème majeur surtout pour un bâtiment de cette ampleur. Pour contrer ces grosses pertes d’énergie, une isolation thermique par l’extérieur (ITE) de 2000 m² a été placée, contenant notamment 200 mm d’épaisseur de laine de verre (en deux couches de 100 mm) placé sur une ossature aluminium réglable. La laine de verre est recouverte d’un bardage de 4 mm d’épaisseur.

Concernant l’habillage, il s’agissait de faire une continuité entre façades et toiture permettant de dire qu’il n’y a pas 4 mais bien 5 façades. Un seul matériau, 400 m² de bardage rapporté irisé Gold type Dampalon. Au niveau de l’entrée principale, une zone de végétalisation a été intégrée offrant un beau contraste. Les cotes du bâtiment étant spécifiques, chaque panneau a été fait sur mesure pour garantir l’alignement et maintenir une bonne isolation. Les vitrages ont aussi été mis à contribution puisqu’il s’agit de doubles vitrages peu émissifs et qui sont équipés de protections solaires extérieures réglables.

On l’aura compris, le toit fait partie intégrante de ce bâtimentL’étanchéité à l’air du toit paraissait donc indispensable. Une étanchéité sur bac acier sur 2 400 m² a été mise en œuvre sur la jonction façades/ toiture. La toiture est assez complexe car elle nécessite une charpente métallique faisant office de sous toiture et capable de soutenir une ossature secondaire afin d’accueillir la toiture en continuité. N’oublions pas les 1 000 m² d’étanchéité sur dalle béton accueillant notamment toute la partie végétalisée.

Toutes ces mesures permettent de viser de hautes performances énergétiques en termes de consommation d’énergie en réponse aux exigences de la RT2012. Pour aller plus loin dans l’optimisation de la consommation d’énergie, le bâtiment intègre également un système de Gestion Technique Centralisée (GTC) pour adapter les températures de chauffage/refroidissement, les éclairages ou encore les stores.

 

Un chantier délicat

Selon les différents acteurs de ce projet (S&AA Schweitzer Architectes et Associés, KS construction ou encore Soprema), la conception et la construction de ce bâtiment ne fut pas chose facile. De nombreuseschantier-IHU contraintes se sont accumulées pour chacun d’eux

Ainsi, pour le cabinet d’architecture S&AA, il s’agissait de faire un nouveau bâtiment en accord avec les bâtiments préexistants. Il y avait donc de réelles contraintes d’intégration au niveau de l’alignement et de la hauteur.

Concernant la réalisation, compte-tenu de la nature à usage médical du bâtiment, il y avait une nécessité de mettre les locaux techniques en toiture ou au sous-sol. Il a fallu prévoir une hauteur sous toiture suffisante pour tout faire passer. Ajoutons à cela l’intérêt d’une entreprise locale: un approvisionnement journalier réglant le problème du stockage, compliqué sur un site de construction occupé.

Ce bâtiment possèdera une grande souplesse car il sera facilement restructurable. La modularité et l’évolution sont des points clés pour pouvoir accueillir les futures technologies et équipements en recherche permanente. Après un début de travaux en Avril 2012, la livraison est prévue pour Mars 2016. L’IHU devrait accueillir ses premiers patients d’ici à Septembre 2016.

Répondre