» » » La micro-cogénération, solution adaptée à la transition énergétique ?

La micro-cogénération, solution adaptée à la transition énergétique ?

 Principe de la micro cogénération

La cogénération est une source unique qui produit deux énergies simultanément, l’électricité et la chaleur. Cette dernière initialement dédiée aux tertiaires, est maintenant accessible et adaptable aux besoins de toutes structures, collectives comme individuelles : on parle alors de la chaudière micro-cogénération.

La cogénération, une solution à fort potentiel :

Olivier Camp, président de Novotek, qui fabrique en France des chaudières cogénération à énergie bois et granulés l’affirme : « Si 30 % des besoins de chauffage étaient assurés par des cogénérateurs, la production électrique serait de 15 TWh, soit l’équivalent annuel de 2 réacteurs nucléaires. »

La modernisation des chaudières constitue-t-elle une ressource d’énergie efficace ?

Oui car la cogénération peut aider au tournant pour la transition énergétique. Une marche formidable est en cours avec la rénovation des chaudières existantes et leur remplacement possible par la micro-cogénération.

Face à une hausse du prix de gaz dans l’Union Européenne qui atteint des sommets, et qui va se poursuivre inexorablement, l’indépendance énergétique devient nécessaire et représente un enjeu à fort potentiel. Alors pourquoi ne pas utiliser la cogénération à énergie bois, insiste Oliver Camp.

La cogénération comme alternative à l’évolution du coût de l’électricité : Le concept possède de nombreux atouts.

Dans un premier temps, quelle que soit la source d’énergie utilisée (gaz ou bois),  le rendement énergétique est optimal, les pertes de chaleur et les émissions de Co2 réduites.

Ensuite, la production locale d’énergies renouvelables (et oui la cogénération est considéré comme une production d’électricité de type enr) renforce l’autonomie des collectivités, leur permettant autoproduction et autoconsommation à l’échelle d’un éco quartier ou d’un bâtiment.

L’énergie produite peut aussi être revendue sur le réseau électrique erdf.

Une des particularités de cette petite révolution énergétique repose aussi sur la diversité des combustibles pouvant être utilisés, gaz naturel, biogaz ou bois. Il existe pour cela une variété de gamme de la micro-cogénération.

D’autres aspects plus détaillés sont à découvrir dans l’article ci-après avec notamment :

–          Les types de solutions cogénération (moteur Stirling, moteur à combustion alternée possédant une puissance supérieur, ou encore la micro-cogénération au bois, plus écologique et tout aussi productive, et qui par exemple a permis à une école de Cholet (49) de réduire sa facture de fioul de 10 000 euros avec un retour sur investissement très intéressant.

–          Quels sont les enjeux actuels et perspectives sur le marché Français ? La situation au niveau Europe et le dynamisme de nos voisins sur ce sujet.

–          Avec la participation de Novotek, Viessmann et De Dietrich.

Pour télécharger l’article sur la cogénération et ses solutions:  cliquez ici pour télécharger

Enfin en conclusion, soulignons que la cogénération peut être facteur de développement d’un nouveau secteur et par la même occasion de générer de nouveaux emplois .. locaux. Comme c’est le cas en Allemagne.

Plus d’informations sur ce sujet et les solutions possibles,  contactez nous : contact@pages-energie.com

Sources: Article paru dans J3E et sites Viessmann et Novotek.

2 réponses

  1. Samuel
    | Répondre

    Bonjour,
    en effet, la cogénération est une solution sur laquelle il faut miser. Nos voisins européens du nord s’en sont rendu compte depuis un bon moment et en profitent largement (notamment dans les réseaux de chaleur).
    http://reseauxchaleurterritoires.wordpress.com/2014/03/17/les-reseaux-de-chaleur-en-europe-et-dans-le-monde/

    Cependant, je voulais juste revenir sur un point de l’article. Il est dit que la cogénération est considérée comme une production d’électricité de type ENR. C’est légalement faux, elle a un statut à part. (sources officielles: le SNCU et le Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie).

  2. T-Enr
    | Répondre

    Bonjour,
    Si la technologie est séduisante, le prix de notre KWh national ne permet pas encore de retour sur investissement honorable. On peut également regretter que De Dietrich ait sorti l’hybris power de son catalogue, faute de marché. Nous devrons certainement attendre un KWh à la hauteur des 30 Cts danois pour amorcer cette dynamique en France ….

Répondre