» » Mix énergétique: Accélérons le développement des énergies renouvelables

Mix énergétique: Accélérons le développement des énergies renouvelables

Syndicat des Energies Renouvelables (SER)Nous reproduisons ci-après le communiqué de presse du 18 mars 2011 du Syndicat des Energies Renouvelables (SER):

L’actualité marquée par la crise autour des réacteurs nucléaires de Fukushima et par l’augmentation du prix des combustibles fossiles met en évidence les bénéfices des énergies renouvelables: sources d’énergie locales, inépuisables, sûres et dont le prix est indépendant de celui du baril de pétrole.

Pour assurer leur développement, qui doit représenter au moins 23% du mix énergétique français en 2020, la France doit confirmer les engagements du Grenelle de l’environnement grâce à des dispositions législatives et réglementaires plus volontaires, plus simples et plus stables que celles que nous connaissons aujourd’hui.

Les énergies renouvelables permettent non seulement de lutter contre le réchauffement climatique mais également de renforcer l’indépendance énergétique: elles sont locales, par nature inépuisables et leur développement est essentiel face à la raréfaction des combustibles conventionnels.

En outre, contrairement à une idée reçue, certaines filières, à l’image de l’hydraulique, de l’éolien terrestre et de la biomasse sont dès aujourd’hui peu coûteuses. L’hydraulique qui a fait l’objet d’investissements importants au siècle dernier est aujourd’hui la source de production d’électricité la plus compétitive. Il en sera de même avec l’éolien dans quelques années lorsque les investissements auront été amortis. Quant à la biomasse, elle permet aujourd’hui une substitution au gaz et au fioul à un coût très faible. D’autres filières, telles que le solaire, ont aujourd’hui des coûts plus élevés mais connaissent de très forts gains de productivité et devraient atteindre la compétitivité dans la décennie.

La loi Grenelle a fixé un objectif minimal de 23% d’énergies renouvelables en 2020. Cette cible, ambitieuse mais réaliste, ne pourra être atteinte que grâce à une politique affirmée de soutien sur plusieurs années.

Or, le développement des énergies renouvelables est sans cesse confronté à de nouveaux obstacles.

Dans le domaine de l’éolien, l’année 2010 a été marquée par une multiplication des contraintes administratives (schémas régionaux spécifiques à l’éolien, procédure ICPE, multiplication par 2 de l’imposition liée à l’évolution de la taxe professionnelle, instauration d’un seuil minimum d’éoliennes….) qui ont conduit à l’abandon de nombreux projets.

Dans le photovoltaïque, la filière a vécu depuis janvier 2010 plusieurs changements brutaux des tarifs d’achat. Le dernier arrêté tarifaire, pris à la suite d’un moratoire de trois mois, a conduit à la suppression de plusieurs milliers d’emplois dans une filière industrielle qui était en plein essor et alors même que le solaire photovoltaïque est appelé à devenir une source de production d’électricité majeure dans le monde.

Enfin, dans la biomasse comme dans les autres filières représentant la chaleur renouvelable (géothermie, solaire thermique…), la mise en place en 2008 d’un fonds dédié, piloté par l’ADEME, a permis de lancer plus de 1000 projets d’installations de chaleur renouvelable. Il est important, dans un contexte de restrictions budgétaires qui bloque plusieurs projets depuis début 2011, de maintenir un niveau d’aide ambitieux et conforme aux engagements du Grenelle de l’Environnement.

Les professionnels, regroupés au sein du Syndicat des énergies renouvelables, sont prêts à relever le défi que représente la montée en puissance de ces filières industrielles. Leur structuration est en cours. Les dispositifs de soutien mis en place dans le cadre des investissements d’avenir doivent être pérennisés pour financer régulièrement de nouvelles innovations. La réalisation du programme éolien offshore, pour lequel le Gouvernement vient d’annoncer un premier appel d’offres, est essentielle pour constituer une grande industrie sur les principaux ports français.

“Les sources de production sont là, les savoir-faire aussi. Il faut aujourd’hui lever les freins, nombreux, qui entravent encore le développement des énergies renouvelables, en particulier les nombreuses et complexes procédures qui s’appliquent à ralentir leur croissance. Outre toutes leurs qualités, ces filières constituent de puissants relais de croissance et nous nous engageons, au sein du Syndicat des Energies Renouvelables et en lien avec les collectivités locales, à accompagner leur structuration industrielle”, déclare Jean-Louis BAL, Président du Syndicat des Energies Renouvelables.

Source: Communiqué de presse du 18 mars 2011 du SER

3 réponses

  1. Nicolas Imbert
    | Répondre

    Il est grand temps de renverser la tendance françaises sur les renouvelables, de cesser l’approximation et les revirements du gouvernement et de fixer un paysage concurrentiel non faussé.

    On voit cruellement aujourd’hui à quel point le bas prix de vente de l’énergie nucléaire, qui détruit les marchés de l’efficacité énergétique et des renouvelables en France, n’intègre ni les coûts de démantèlement, ni la couverture des risques inhérents à une énergie aussi concentrée.

  2. Pierre MONTET
    | Répondre

    Bonjour,
    L’accident de la centrale au Japon focalise depuis quelques temps toute la presse et toute l’attention sur le danger du nucléaire.
    N’oublions quand même pas que le nucléaire a permis le progrès technique au cours des dernières décennies, de même que le pétrole a permis le progrès technique du 20° siècle et que le charbon a permis l’explosion technique du 19° siècle.
    Ne crachons pas sur ce qui nous a servi pendant si longtemps. Nous n’avions pas le choix ! Qui peut dire quelles auraient été les conséquences de n’avoir pas misé sur le pétrole puis sur le nucléaire ? Quel serait l’état de l’environnement aujourd’hui si nous étions restés au charbon ?
    Je ne suis pas POUR le nucléaire, je suis pour des énergies de remplacement comme le nucléaire a remplacé le pétrole, qui a remplacé le charbon…
    Aujourd’hui, nous sommes en mesure de trouver des alternatives au nucléaire, chose impossible il y a 100, 50 voire 20 ans.

    La grande différence est que cette révolution se fera par le bas : Pour la première fois dan l’histoire énergétique, on remplace une grosse industrie énergétique par beaucoup de petites unités.
    Est-ce une autre forme de décentralisation, un retour à des cellules de vie plus modestes, plus intimes ?
    Je perçois ces micro-centrales comme une évolution sociale où les gens se retournent et voient ce qu’ils ont perdu dans la course au gigantisme, à l’uniformisme. Vos commentaires seraient les bienvenus sur cette réflexion
    Cordialement,

    Pierre

Répondre