» » La mousse minérale isolante, une alternative saine ?

La mousse minérale isolante, une alternative saine ?

La première source de consommation énergétique dans le bâtiment est due à la déperdition d’énergie au travers des parois. Afin de lutter contre ces pertes, l’isolation est primordiale, qu’elle soit extérieure (idéalement) ou intérieure. Il existe de nombreux isolants sur le marché plus ou moins sains et écologiques. Lafarge propose, avec sa mousse minérale isolante, une alternative respectueuse de la santé et de l’environnement. Que contient-elle ?  Ses performances sont-elles comparables à un isolant « classique » ? Pour quelles utilisations ?

La mousse minérale isolante 100% naturelle

mousse minérale AiriumLa mousse minérale Airium est faite à partir d’un coulis de ciment mélangé à une mousse aqueuse blanche à base de protéines naturelles. Sa base de ciment à faible densité va piéger un gros volume d’air en séchant lui conférant son aspect isolant. Sa composition 100% minérale le rend inerte, et il ne dégage donc ni COV (composé organique volatil) ni fibres irritantes.

Du fait de sa structure mousse (donc principalement constitué d’air), la quantité de ciment dans le produit reste faible diminuant ainsi son impact CO2. Ainsi le bilan CO2 de la mousse minérale est inférieur de 30 à 60% par rapport aux isolants traditionnels. En plus de cela, sa durabilité est excellente (plus de 100 ans contre 50 ans en moyenne pour les isolants classiques) car il ne se tasse pas, il n’attire pas les rongeurs et possède une résistance au feu maximale (classe A1). Il est en plus de cela 100% recyclable ce qui permet aussi une évacuation avec les gravats, sans avoir besoin d’une benne spécifique.

Un coefficient d’isolation thermique intéressant

La mousse minérale isolante existe en plusieurs densités possibles, de 40 à 300 kg/m³ afin de s’adapter aux différentes utilisations. Pour une chape par exemple, la consistance de la mousse devra être plus fluide.

mousse minérale pour chapeConcernant ses caractéristiques thermiques, en fonction des densités, le coefficient d’isolation thermique de la mousse minérale se situe entre 0.035 W/m.K et 0.10 W/m.K (rappelons que plus le λ est faible, plus le matériau est isolant). En comparaison, le polystyrène est entre 0.035 W/m.K et 0.047 W/m.K et la laine de roche est de 0.034 W/m.K et 0.047 W/m.K et la laine de bois est aux alentours de 0.038 W/m.K.

Dans certain cas, elle permet de supprimer la couche isolante et se suffit à elle-même en tant que matériau isolant autoporteur. En revanche, il est parfois nécessaire d’ajouter en plus une couche isolante mais elle permet d’en diminuer l’épaisseur.

Globalement, elle possède de bonnes performances thermiques, mécaniques et acoustiques et offre un bon confort d’été. En effet son changement de phase thermique est en moyenne 2 fois supérieur aux autres matériaux isolants traditionnels, offrant un bon confort lors des pics de température.

Les différentes mises en œuvre possibles

La mousse minérale isolante permet à la fois d’isoler et de construire. En effet, 2 principales utilisations sont possibles actuellement :

Directement sur chantier pour l’isolation des combles, des toits terrasses ou des sols. Une fois mis, la mousse durcit en quelques heures. En terrasse, une sous couche de mousse pourrait remplacer la couche béton plus la couche isolante. La mousse est fabriquée directement sur le chantier, ce qui permet de diminuer fortement l’encombrement sur place ainsi que le transport. Une machine à projeter pour mortiers est ensuite utilisée pour la mise en œuvre.

bloc isolant alkern
Bloc isolant KOSMO CITY par Alkern et Lafarge

-En préfabriqué : la mousse est injectée dans un bloc de béton, créant ainsi un bloc constructif isolant. Lafarge s’est associé avec le GIE France blocs qui regroupe Alkern, Fabemi, Seac et Pradier. En ce début d’année, un premier bloc de béton est sorti, en collaboration avec  Alkern. La mousse injectée dans les vides du bloc béton va accroitre ses performances thermiques. Ainsi un bloc parpaing creux en béton aura un R=0.23 m².K/W alors que l’ajout de la mousse permet d’obtenir :

  • R=1 m².K/W dans le cas de granulés standards
  • R=1.7 m².K/W dans le cas de granulés légers

Ces blocs de béton rempli de mousse minérale sont faciles à mettre en œuvre puisque pour le maçon rien ne change. Le poids de la mousse est quasiment indétectable par rapport à un parpaing classique.

Son application est aussi bien possible en horizontale qu’en verticale. La mousse s’adapte à toutes les mises en œuvre.

 

Le prix de revient de la mousse est relativement abordable si l’on compare aux autres isolants du marché. Du fait que la production soit locale et faite en fonction de l’application, les prix seront variables.

Il existe également sur le marché des panneaux de mousse minérale qui seront plutôt pour de l’isolation rapportée, donc à placer sur une structure porteuse.

3 réponses

  1. Tylerr
    | Répondre

    Ouch!
    Vive le greenwashing et la partialité de cet article!!!

    • Alison
      | Répondre

      Bonjour et merci de votre commentaire
      Nous prenons parfois le parti de parler de produit sur notre site. Nous essayons le plus possible d’aborder plusieurs produits similaires proposés par différents fabricants. Dans le cas de la mousse minérale isolante, seul Lafarge en commercialise (sauf erreur de notre part). Concernant les caractéristiques même du produit, étant majoritairement constitué d’air (même si je n’oublie pas qu’il contient également du béton dont l’énergie grise est loin d’être un exemple), il semble que cette solution isolante ne soit pas des plus catastrophiques. Au contraire elle peut présenter des intérêts pour certaines surfaces et usages, et l’isolant parfait convenant à tout type d’application n’existant pas qu’il soit biosourcé ou pas. L’idéal étant l’utilisation d’isolants biosourcés, mais il n’est pas toujours possible d’en mettre en œuvre (principalement pour des raisons financières malheureusement ou parfois pour des contraintes techniques particulières).
      Belle journée à vous

  2. BENEL
    | Répondre

    Merci à la redactrice super article l’innovation est en marche…

Répondre