» » Naissance de l’Observatoire national de la précarité énergétique

Naissance de l’Observatoire national de la précarité énergétique

Précarité énergétiqueEn quelques années, la part des dépenses d’énergie dans le logement a fortement augmenté. Près de 3,4 millions de ménages (13% des ménages français) consacrent en France plus de 10% de leurs ressources à payer leurs factures d’énergie. Ces situations ont des conséquences sociales et sanitaires considérables et conduisent à la dégradation des logements.

L’importance et la persistance des phénomènes de précarité énergétique en France ont conduit le gouvernement à engager un plan d’action sans précédent.

Le succès de ce plan repose sur une connaissance précise de la réalité du phénomène, sous toutes ses formes: foyers mal chauffés, installations vétustes et dangereuses, maladies respiratoires, système d’isolement, etc. Or, ces réalités sont relativement mal connues et mal mesurées.

La création de cet observatoire permettra de mieux comprendre la complexité de ce phénomène et d’améliorer l’action publique en la rendant plus efficace et mieux coordonnées entre les acteurs (État, collectivités territoriales, entreprises de l’énergie, associations, institutions spécialisées des domaines de l’énergie et/ou de l’habitat).

Les principaux objectifs assignés à l’observatoire sont:
– Définir et caractériser la notion de précarité énergétique
– Mesurer l’évolution de ce phénomènes et identifier les zones les plus concernées afin d’en identifier les causes ; de manière détaillée pour le domaine du logement et de manière exploratoire pour celui des transports. Ce travail pourra donner lieu à la réalisation d’enquêtes
– Assurer le suivi des aides financières publiques et privées apportées aux ménages précaires
– Assurer le suivi des actions et initiatives locales ou nationales pour en mesurer les impacts et partager les expériences

Cette connaissance précise permettra d’éclairer l’action publique et d’impulser des politiques innovantes.

Source: MEDDTL

Une réponse

  1. Emmanuelle
    | Répondre

    “1 Français sur 10 a souffert du froid en janvier car mal chauffé” a déclaré NKM.
    C’est intolérable en 2011 !

Répondre