» » » Ondes électromagnétiques, comment les limiter ?

Ondes électromagnétiques, comment les limiter ?

Téléphones portables, appareils électrique et wifi s’installent dans tous les foyers français. Autant de sources qui émettent des ondes… Mais quelles ondes sont émises exactement ? Quels en sont les impacts ? Comment peut-on s’en préserver ?

Quelles sont les différentes ondes émises ?

ondes-electromagnetiques-sommeil
objetconnecté.net

Les ondes nous entourent en permanence et sont pour la plupart imperceptibles par l’homme. Elles ont l’avantage de pouvoir transmettre des informations, sans jamais avoir besoin de support physique. Certaines sont naturellement présentes sur la Terre, notamment des ondes utilisées par le cerveau pour communiquer avec nos organes grâce à des ondes en continue, se déplaçant toujours dans le même sens. Les ondes émises par les appareils électriques, elles, sont alternatives et change sens cesse de sens ce qui s’avère perturbant.

Il existe différents champs d’ondes possibles :

  • Les ondes électriques qui sont des ondes de très basses fréquences liées à la tension du courant
  • Les ondes magnétiques qui proviennent de tout appareil traversé par un courant
  • Les hyperfréquences qui sont émises par les systèmes de communication sans fils : antennes-relais, wifi ou encore téléphones portables.

 

Tout appareil sous tension génère des ondes, qu’il soit éteint ou en veille. Pour exemple, un téléphone portable émet des ondes de 900 à 1800 MHz alors que le wifi émet des ondes aux alentours de 2400 MHz (proche de celles d’un micro-onde qui, à forte puissance, provoquent la cuisson des aliments)

La commission internationale de protection contre les rayonnements non-ionisants (ICNIRP) a inscrit dans son “Guide provisoire pour l’établissement de limites d’exposition aux champs électromagnétiques aux fréquences de 50 / 60 hertz » que pour un champ électrique, la limite d’exposition est de 5000 V/m et de 1000 mg (milli-gauss) pour un champ magnétique

L’impact sur notre santé 

narda
Appareil de mesure narda (Pollutechnik.fr)

Les ondes ont un impact sur le corps et notamment sur son équilibre biologique. En effet, si un micro-onde est capable de mettre en mouvement les molécules d’eau pour les faire chauffer, il est assuré que ce phénomène se produit aussi sur nos propres molécules. Insomnies, migraines, dépression, baisse des défenses immunitaires voire même cancers sont des maux récurrents dus aux ondes.

Il est vrai que la sensibilité de chacun aux ondes est différente. Deux personnes dans un même lieu auront des réactions différentes face aux ondes. Mais plusieurs facteurs sont également à considérer :

  • Le niveau d’exposition
  • Le temps d’exposition
  • L’heure à laquelle vous êtes exposé (la sensibilité est croissante durant la phase de sommeil)
  • La présence de plusieurs appareils émettant des ondes en même temps car celles-ci s’accumulent

Aucune étude pour le moment n’a été réellement poussée au point d’interdire certains appareils ayant eu pour conséquence une maladie. Pourtant le wifi n’est pas autorisé dans les crèches selon la Loi Abeille. De quoi se poser quelques questions. Enfin, il est possible de mesurer le taux d’exposition et de faire appel à un spécialiste pour corriger ou diminuer l’exposition aux ondes.

Alors ne vaut-il pas mieux prévenir que guérir ? Voici quelques solutions simples et abordables que vous pouvez faire pour limiter les ondes électromagnétiques dans votre quotidien.

Bioélectricité, la solution pour se préserver

bio-rupteur
bio-rupteur. IAC Eltako (Paris-espaceeco)

Il est possible d’agir et de se préserver des champs électromagnétiques par des gestes simples :

  • Remplacez vos ampoules fluo, très émettrices, par des ampoules à LED et vous y gagnerez en plus en économie d’énergie.
  • Désactiver le wifi autant que possible lorsque vous n’êtes pas présent ou que vous dormez. La nuit le corps est plus sensible aux ondes électromagnétiques. Si vous le pouvez, utilisez un réseau VDI câblé le plus souvent possible pour limiter l’usage du wifi
  • Concevoir ou assainir une installation électrique capable de réduire les champs électriques, magnétiques et les hyperfréquences dégagées. Il s’agit de la bioélectricité avec l’installation de bio-rupteur, de câblages ou gaines blindés ou encore de boitiers électriques « faradisés »
  • La maison connectée qui grâce à la domotique peut mettre en place des scénarios de mise en protection de bioélectricité avec une coupure de tous les circuits non utilisés.

En cas de doute sur votre propre niveau d’exposition, il est fortement recommandé de faire un appel à un spécialiste tant pour un diagnostic et mesures que pour effectuer les corrections nécessaires aux systèmes électriques. Contactez-nous si vous cherchez un ou des spécialistes de ces sujets ou des détails complémentaires sur ce sujet : contact@pages-energie.com

Une réponse

  1. Boisneau
    | Répondre

    Bonjour, je cite l’article : “Insomnies, migraines, dépression, baisse des défenses immunitaires voire même cancers sont des maux récurrents dus aux ondes.”
    L’état des connaissances scientifiques ne dit absolument pas cela ! Il serait plus juste de parler d’hypothèses prises en compte par précaution ou encore de maux attribués aux ondes par certaines personnes ou associations militantes.
    -exemple : en 2011, le CIRC Centre International de Recherche contre le Cancer de Lyon, a classé par précaution les radiofréquences dans le groupe 2B ” peut-être cancérogène” (CIRC communiqué 208, Lancet monographie 102). Cette catégorie signifie que l’on vise à évaluer le caractère éventuellement cancérogène d’un agent et non déclarer qu’il l’est. Si un jour cet agent est reconnu cancérogène, alors il pourrait être classé dans le groupe 2A “probablement cancérogène” ou le groupe 1 “cancérogène certain”. Le problème est que cette annonce a été interprétée à tort comme une indication de dangerosité dans l’opinion et surtout utilisée ad nauseam par des associations militantes.
    Nous en sommes à plus de 20 ans de méta-analyses sur la santé et les ondes, il existe un consensus international qui regroupe les agences sanitaires du monde entier selon lequel : Aucun risque n’est avéré en dessous des limites règlementaires. On peut ajouter qu’aucune autorité médicale (OMS, SCENIHR, Anses etc.) ne préconise l’usage de “rupteurs” ou de “câbles faradisés”.
    pS : il serait préférable de dire “champ électrique” et non “ondes électriques”, “champ magnétique” et non “ondes magnétiques”.

Répondre