» » Qu’est-ce que la COP21 et quels en sont les enjeux ?

Qu’est-ce que la COP21 et quels en sont les enjeux ?

COP21 pages-energieLe réchauffement climatique est un problème mondial qui nécessite une coopération internationale pour pouvoir instaurer des mécanismes de lutte contre ce phénomène. C’est justement le but de cette 21ème conférence des Nations unies sur les changements climatiques, ou COP21, qui se déroulera à Paris en décembre 2015.

Cette conférence rassemble les 195 Etats signataires de la Convention pendant 2 semaines, afin de négocier et adopter des décisions, et de veiller à leur suivi. Ce ne sont pas seulement les chefs d’Etat et négociateurs de chaque pays qui y sont présents, de nombreux autres groupes d’acteurs y participent en tant qu’observateurs :

  • Les scientifiques ;
  • Les ONG (organisations intergouvernementales) ;
  • Les chercheurs et experts ;
  • Les associations d’environnement et de développement ;
  • Les collectivités territoriales ;
  • Les entreprises ;
  • Les syndicats ;
  • Les représentants des groupements de femmes, d’agriculteurs, de jeunes, des populations autochtones.

Les grands enjeux de la COP sont :

gaz a effet de serre anthropique pages-energie
http://blog.pages-energie.com/prevision-meteo-comprendre-les-impacts-du-changement-climatique-de-la-region-parisienne-4769/

Tout d’abord de fixer de nouveaux objectifs et de nouvelles mesures pour la période après 2020, dans le but d’accélérer les efforts de réduction d’émission de gaz à effet de serre (GES) pour que le réchauffement de la planète soit limité bien en dessous de 2°C d’ici à la fin de ce siècle. Cette donnée correspond au niveau de réchauffement jugé acceptable par la Communauté internationale.

Durant la COP ces objectifs (définis par chaque pays au préalable) seront discutés afin de s’assurer que chaque pays contribue de façon adéquate à l’effort mondial. Ces objectifs sont modulés selon la responsabilité climatique et les capacités d’action des pays.

Deuxièmement, il s’agira de trouver des moyens d’aide aux populations les plus démunies, déjà fortement impactées par les changements climatiques. Ceci passera par des moyens de financement, d’assistance des pays développés envers les pays en développement dans la transition énergétique et l’adaptation aux conséquences du réchauffement climatique. Plusieurs mesures avaient déjà été engagées dans ce sens :

  • Depuis 2009 : mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020.
  • Depuis 2010 : création d’un « Fonds Vert pour le climat » pour financer des projets favorisant la réduction des GES et des projets d’adaptation aux conditions climatiques.

La COP21 sera l’occasion de faire un point sur tous les engagements pris préalablement.

Les engagements qui seront pris à Paris pour 2025 ou 2030 ne constitueront qu’une étape de ce travail de longue haleine, qui devra perdurer bien au-delà de cette période en s’ajustant aux évolutions des conséquences du changement climatique, aux nouvelles technologies et aux avancées scientifiques. L’accord de Paris devrait créer un cadre international pour l’action des Etats contre le réchauffement climatique, notamment en les amenant à présenter de nouveaux engagements environ tous les 5 ans.

Il ne faudra évidemment pas attendre l’entrée en vigueur de l’accord de Paris en 2020 pour commencer à agir. Les efforts doivent s’accélérer dès maintenant, surtout compte tenu du bilan de réduction des GES de la France. Tout reste à faire autant au niveau du gouvernement que des collectivités locales et des citoyens, tous les acteurs doivent s’impliquer activement. En effet, ce sont nos modes de consommation et de production d’énergie qui sont les principaux responsables du changement climatique.

Un changement déterminant devra s’opérer au niveau du mode de fonctionnement de chaque pays pour basculer sur une économie moins consommatrice d’énergie et reposant en grande majorité sur les énergies renouvelables. Ceci passe par des actions telles que :

  • Réduire des émissions de GES du secteur du transport international (maritime et aérien).
  • Réorienter les investissements afin de ne plus subventionner les causes du réchauffement climatiques (ex : énergies fossiles).
  • Transformer nos modèles agricole et alimentaire.
  • Lutter contre la déforestation et préserver les écosystèmes.
  • Réduire la consommation des ressources, la production de déchets, le gaspillage.
  • Développer encore les énergies renouvelables.
  • Promouvoir et mettre en œuvre la sobriété et l’efficacité énergétique.

Beaucoup de solutions au réchauffement climatique sont connues et de nouvelles se développent tous les jours, encore faut-il qu’elles soient entendues et soutenues par les gouvernements.

Répondre