» » Retour d’expérience: installation d’une pompe à chaleur dans l’Yonne- 115.000€ nets d’économie sur 20 ans

Retour d’expérience: installation d’une pompe à chaleur dans l’Yonne- 115.000€ nets d’économie sur 20 ans

Crédit Photo : xllab - Pages-Energie
Crédit Photo : xllab – Pages-Energie

«Des économies d’énergie grâce à la mise en place d’une géothermie d’eau»(1).
Retour d’expérience d’un chantier d’un particulier propriétaire une maison ancienne.
«Cette installation d’une Pompe à chaleur, c’est 115 000 € nets d’économie sur 20 ans tout en gagnant en confort!»

Pierre-Luc, habitant d’un petit village dans l’Yonne, n’a aucune difficulté pour argumenter et détailler tous ses choix. Il est vrai qu’avec une famille grandissante, son cabinet professionnel ramené à son domicile faisant passer la surface de 200 à 280m2, le chauffage ne pouvait rester durablement en l’état d’acquisition de la maison en l’an 2000 et des travaux de rénovation devaient être envisagés. Mais surtout, la solution devait être rapide et efficace (Chaudière au Fuel de 1993, peu ou pas d’isolation, entre 3 et 5000€ /an pour une température médiocre).

Pierre-Luc n’est pas bricoleur, mais opiniâtre. Il se lance dans le projet en comparant les 6 années de données de consommation dont il dispose, avec des solutions de chaudières de différents combustibles (bois, blé) et de différents type de pompe à chaleur Eau/Eau Eau/Air, différentes puissances…

A l’aide de tableaux, il compare les COP(2) (coefficients de performances), les retours attendus sur investissement, les coûts de crédits par solution, l’entretien, les tendances à la hausse de chaque combustible envisagé, les abonnements électriques.

Et à la question évoquant les raisons de son choix de générateur de chaleur, il répond que son étude comparative ne laissait guère beaucoup d’options. Et puis, il y a surtout eu la rencontre avec l’artisan / installateur qui, sur les dix sollicités, a été le seul à lui proposer une solution cohérente (système justement proportionné et calcul de la puissance de chauffe nécessaire et suffisante). Un seul artisan compétent et disponible, qui pilotait intégralement le projet (exception faite du forage, réalisé par une autre entreprise).

Pierre-Luc explique que le «juste dimensionnement» est la clef d’une installation en termes de coûts. La plupart des installateurs ont tendance à sur-dimensionner l’équipement. Or, le coût énergétique global dépend de ce dimensionnement : le prix de l’investissement augmente avec la puissance, le coût de l’abonnement électrique augmente avec les paliers de puissance demandés, les puissances des pompes de puits dépendent de la profondeur de ces derniers… Un raisonnement irréversible et nécessaire avant tout investissement.

En terme d’investissement, le coût total du projet s’élève 22000€ dont 5000€ pour le forage et 1000€ pour l’ajout de radiateurs. La seule aide obtenue est le crédit d’impôts à hauteur de 3900€. Avec un retour sur investissement attendu sur 3 ans et demi, Pierre-Luc fait démarrer les travaux en 2006.

La PAC (17KW) est installée dans la remise, près de l’ancienne chaudière au fioul. Deux puits de trente mètres de profondeur sont forés dans le jardin à 10 mètres l’un de l’autre pour éviter de pomper de l’eau réchauffée (Température de production 11° / d’injection 10.5°) et surtout Pierre-Luc, aidé de son installateur, ont calculé la puissance de chauffe nécessaire à chaque pièce de la maison afin de dimensionner correctement les radiateurs de fonte (leur nombre ainsi que leur dimension). La pièce de vie (4 mètre sous plafond) reçoit par exemple deux radiateurs supplémentaires. Le système de chauffe basse température réutilisera donc le réseau existant.

« Comment çà marche ? »
En ce qui concerne la régulation de la température, c’est très simple. La PAC est montée en ligne avec l’ancienne chaudière à fioul. Cette dernière prendra le relais dans les cas extrêmes de températures extérieurs de –10° ou bien si l’on souhaite la déclencher manuellement. Pour une température extérieure entre -2 et –5°, la PAC tourne presque en permanence. La température de sortie de l’eau oscille entre 47° et 50°.
Sinon, un temporisateur oblige le système à attendre 30 minutes que la température ambiante baisse afin que la PAC ne se mette en route intempestivement et hâte ainsi sa fin de vie. Le thermostat de la pièce de vie principale est réglé à 20°5 le jour et 19°5 la nuit, pilotant seul la pompe à chaleur. Le thermostat extérieur a été débranché car la maison est mal isolée et lors de grands vents, la température intérieure baissait trop.
Enfin la pompe à eau du réseau de chauffe fait circuler assez rapidement l’eau chaude dans les radiateurs de manière à obtenir un Delta T(3) (différence entre température départ et retour de réseau) d’environ 7°.

Après à peine un mois de chantier (forage, PAC et modification du réseau de radiateur), quelques semaines de réglages, et 4 années d’utilisation, c’est le visage rayonnant que Pierre-luc annonce le COP réel obtenu: 3,9. Pour 1 KW acheté, 4 sont produits. Et surtout en terme d’entretien, zéro Euro. Il y a aussi la facture d’eau diminuée de trois quart. Et la facture d’électricité renégociée avec un autre opérateur qui fait économiser 10% par KWH.
Mais le plus intéressant vient d’un tableau de trésorerie prolongé jusqu‘en 2026 et comparant les coûts de fonctionnement de l’installation précédente au fioul, avec l’actuelle : l’autofinancement a été amortie cette année (2010) et l’investissement serait totalement remboursé en 2013.
Enfin, en 2026, 115 000€ auront été gagné déduction faite des frais d’installation de la PAC. Et pour un confort très nettement accru.

« Alors, si c’était à refaire ? »
Sans hésiter, il conseille d’intégrer l’eau chaude sanitaire, dans le projet. La plupart des pompes à chaleur d’aujourd’hui permettent de monter aisément à 50°. Le différentiel pour monter la température à 70° et éviter ainsi la salmonellose, devient anecdotique en termes d’énergie électrique à fournir. Le gros gain d’énergie ayant été fait pour monter la température de 11 à 50°. Un autre point d’amélioration du COP est le chauffage au sol. Mais cette solution n’est financièrement envisageable qu’à la construction. Et enfin l’ultime conseil ? « De surtout bien choisir son installateur. J’aurais volontiers donné le nom du mien, mais il a pris sa retraite ».

Accédez aux tableaux de calcul : Tableau de Calcul et ROI du projet

Les quelques conseils à en tirer:
• Conserver vos données de consommations d’énergie (facture eau ; électricité, gaz, fuel, et autres carburants);
• Etablir un calcul simple du KWh acheté et du KWh produit par l’installation actuelle et celle à venir (nous fournirons prochainement des tableaux types le permettant);
• Ne pas sur-dimensionner son installation quelque soit la technologie et l’énergie utilisée;
• N’hésitez pas à impliquer le professionnel dans le calcul des rendements de la solution qu’il propose et comparer sur une base identique (le KWh). Chaque professionnel est normalement capable d’apporter les bonnes informations;
• Ici la démarche s’est voulue pragmatique en établissant un comparatif de types de solution très large, mais le champ du possible peut être restreint par la configuration des lieux et du bâti. Des informations sont disponibles pour établir un premier diagnostic et définir le champ du possible pour son propre bien et surtout ne pas hésiter à comparer ce qui paraitrait des choux et des carottes mais l’objectif est bien d’obtenir du KWh;
• Les gains sur 20 années sont très avantageux, mais ce qu’il est encore plus c’est la capacité, et avec un retour sur investissement très rapide, de modifier durablement le mode de consommation d’énergie du bâti qui finalement valorise le bien

Glossaire :
(1) Géothermie : Il s’agit principalement d’extraire la chaleur contenue dans le sous-sol afin de l’utiliser pour les besoins en chauffage. Les transferts thermiques peuvent aussi dans certains cas être inversés pour les besoins d’une climatisation.
Dans le cas de la géothermie d’eau, ou aquathermie, ou hydrothermie, plusieurs schémas d’installation existent:
forage unique : un ou plusieurs forages de pompage sans forage de réinjection
doublet : un ou plusieurs forages de pompage et un ou plusieurs forages de réinjection
=> doublet non réversible : chaque forage fonctionne toujours en pompage ou en injection
=> doublet réversible : chaque forage fonctionne alternativement en pompage et en injection.
En général le principe du «doublet géothermique» est retenu pour augmenter la durée de vie de l’exploitation de la nappe phréatique dans laquelle on puise l’eau chaude. Le principe est de faire deux forages: le premier pour puiser l’eau, le second pour la réinjecter dans la nappe. Les forages peuvent être éloignés l’un de l’autre (un à chaque extrémité de la nappe pour induire un mouvement de circulation d’eau dans la nappe, mais ce n’est pas pratique d’un point de vue de l’entretien) ou rapprochés de quelques mètres mais avec des forages obliques (toujours dans le but d’éloigner les points de ponction et de réinjection de l’eau).

(2) COP: La performance énergétique d’une pompe à chaleur se traduit par le rapport entre la quantité de chaleur produite par celle-ci et l’énergie électrique consommée par le compresseur. Ce rapport est le coefficient de performance (COP) de la pompe à chaleur. Il est mesuré en laboratoire selon des normes européennes. Exemple : un appareil qui consomme 100 Watts d’électricité pour produire 100 Watts de chaleur ou de froid à un COP de 1. Un appareil qui a un COP de 3,5 va produire 3,5 fois plus d’énergie qu’il n’en consomme. Donc plus le COP est élevé, plus la machine est performante et plus la facture d’électricité est diminuée.

(3) DELTA T: C’est une dénomination professionnelle de chauffagistes ou climaticiens utilisée principalement pour des calculs techniques comme les calculs de puissances thermique et autre. Le delta T représente la différence de deux températures.

Si vous aussi vous souhaitez faire des travaux de performances énergétiques dans votre habitation, consultez le site Pages-Energie.
Vous avez besoin de conseils pour vos travaux, contactez les équipes Pages-Energie qui vous aideront à formaliser votre projet et à trouver les professionnels adaptés à votre besoin.
Vous avez également la possibilité de contacter directement les professionnels de votre région en passant par le moteur de recherche de professionnels référencés sur le site Pages-Energie.

20 réponses

  1. Jérôme-K
    | Répondre

    La PAC présente des performances intéressantes.
    Pour un kilowatt-heure d’énergie électrique consommé, il restitue trois à quatre kilowatt-heures de chaleur pour la maison.
    Une bonne partie du chauffage peut donc être assurée par une énergie gratuite.
    j’en ai fait l’expérience.

    • MoiJe
      | Répondre

      En moyenne, pour couvrir 100% des besoins, une pompe à chaleur consomme environ 30% d’énergie électrique, les 70% restants étant puisés dans la nature, d’où les économies réalisées !

    • Eco-Artisans
      | Répondre

      Bonjour,
      Pour un complément d’infos sur les PAC, je vous invite à vous rendre sur le site de l’association PROMOTELEC : http://www.promotelec.com/technique/espaceinfo/espace_3e.aspx
      @+

  2. Niort-Poitou-Charentes
    | Répondre

    La région Poitou Charentes soutient le développement des énergies renouvelables au travers d’aides et subventions dédiées au solaire photovoltaïque, mais n’a pas mis en place de plan en faveur de la géothermie (ou de l’aerothermie).

    Aucune subvention n’est accordée pour 2010 et rien n’est prévu pour 2011 pour les pompes à chaleur !!!

    • GauhierA
      | Répondre

      En effet le marché des PAC souffre… Dernier coup dur pour ce secteur : la suppression des aides de l’Etat sur les pompes à chaleur air/air !

      Le marché de la géothermie va connaître un fort développement à moyen terme. C’est certain !
      Les pompes àchaleur bénéficient de facteurs de soutien décisifs à l’image de la future réglementation thermique sur les bâtiments dans le résidentiel.

      À compter de 2013, celle-ci va en effet permettre la diffusion à marche forcée des PAC dans les nouveaux programmes immobiliers. De même, les avancées technologiques laissent entrevoir la possibilité de conquérir de nouveaux marchés via l’installation de ces matériels dans des logements collectifs.

      Mais à plus court terme, les professionnels du marché de la géothermie résidentielle vont devoir affronter toute une série de difficultés. Premier coup dur, l’Etat a supprimé le crédit d’impôt sur les pompes à chaleur air/air et en réduit progressivement son soutien à d’autres catégories de pompes à chaleur.

      De plus la construction de bâtiments résidentiels peine à sortir de la récession, ce qui assèche les débouchés d’une partie des fabricants de PAC spécialisés dans le neuf et la concurrence technologique s’intensifie avec les autres modes de chauffage, dont certains sont soutenus plus intensément par les pouvoirs publics comme le solaire thermique.

      Le marché des pompes à chaleur a chuté de près de 17% en l’espace d’un an (2009)

  3. Eric H
    | Répondre

    Bonjours,
    De quels style de PAC s’agit il. Á savoir que les PAG aerothermique sont à déconseiller dans les régions au climat rigoureux, ensuite que leurs subventions/credit d’impôt a été suprimé.
    Pour les PAC geothermique, subventions seulement accordée pour une PAC avec un COP<3,5.
    Il faut aussi avoir que le COP stipulé sur une PAC par le constructeur est relevé en laboratoire et non sous conditions réelles.
    Cordialement

  4. Eco-Artisans
    | Répondre

    Conseil pour le choix et l’installation d’une PAC, il faut demandé l’écolabel NF Pompe à chaleur délivré par CERTITA : http://www.certita.org

    L’attribution de cet écolabel européen signifie que les pompes à chaleur concernées respectent des exigences spécifiques de performances et d’impact environnemental. Les points pris en compte sont basés sur des critères énergétiques et écologiques :

    * les coefficients de performance (COP) des appareils en mode chauffage ou rafraîchissement, c’est-à-dire le rapport entre la quantité de chaleur ou de froid produite et l’électricité consommée, sont supérieurs à des seuils fixés au niveau européen ;
    * le potentiel de réchauffement de la planète (PRP) du fluide réfrigérant doit respecter un seuil fixé et son impact éventuel sur le réchauffement climatique doit donc être maîtrisé ;
    * le niveau sonore de la pompe à chaleur est déclaré par le fabricant et vérifié par essai ;
    * la pompe à chaleur ne doit pas contenir de métaux lourds et de retardateurs de flamme, substances dangereuses au titre de la Directive européenne RoHS ;
    * le fabricant doit veiller à la formation des installateurs et fournir la documentation pour l’installation, l’utilisation et l’entretien ;
    * la disponibilité des pièces de rechange est garantie pendant 10 ans.

    La liste des PAC certifiées : http://www.certita.org/listePompes.php

    Bon écotravaux !

  5. GauhierA
    | Répondre

    Il existe plusieurs types de pompe à chaleur : Comment choisir ?

    – La pompe à chaleur air-air : Cette pompe à chaleur peut vous intéressez si vous souhaitez installer un système de pompe à chaleur indépendant de votre chauffage. Elle récupère les calories contenues dans l’air. La distribution s’effectue directement dans l’air de votre habitation. Il s’agit d’un système réversible, chaud en hiver froid en été. Une Installation en pompe à chaleur Air-Air peut être financée par un crédit à taux zéro. Renseignez-vous avant tout achat auprès de votre centre d’impôt.

    – La pompe à chaleur air-eau : Une pompe à chaleur air-eau (PAC) utilise le principe de l’aérothermie. La pompe à chaleur air-eau récupère la chaleur de l’air extérieur et la redistribue dans vos radiateurs, planchers chauffant, etc… La pompe à chaleur air-eau est réversible. Attention, si vous êtes en appartement, l’installation d’une PAC air-eau n’est pas possible. Enfin la pompe à chaleur géothermique est une solution alternative propre et naturelle pour le chauffage de votre maison. La chaleur du sol est captée et transformée par la pompe à chaleur géothermique. La chaleur récupérée peut être diffusée dans un système de chauffage (soit un plancher chauffant, soit des radiateurs ou des ventilo-convecteurs) mais aussi pour de l’eau chaude sanitaire. La pompe à chaleur géothermique est également réversible et peut rafraîchir la maison en été. La pompe à chaleur air-eau donne également droit au crédit d’impôt, renseignez-vous auprès de votre centre d’impôt.

    – La pompe à chaleur eau-eau : La pompe à chaleur eau-eau récupère l’énergie contenue dans le sol ou dans les nappes phréatiques. Elle fonctionne à des températures extérieures très basses. Ce type de chauffage est bien moins sensible aux variations de température puisqu’il puise son énergie dans le sol. La distribution dans la maison s’effectue uniquement par un circuit d’eau : plancher chauffant, radiateur à eau. Elle peut être réversible. La pompe à chaleur eau-eau donne droit au crédit d’impôt.

  6. Charles
    | Répondre

    BONJOUR, JE NE SUIS PAS FORT EN MATHS MAIS POUVEZ VOUS M’EXPLIQUER LES CALCULES, MERCI. CHARLES

  7. Pompe a Chaleur
    | Répondre

    J’ai moi même investi dans une pompe à chaleur AIR EAU en relève de chaudière il y a maintenant 3 ans de cela et je suis très content de mon achat. Des économies bienvenues dans une situation de crise et en plus j’aime savoir que je contribue à la protection de l’environnement par ce geste simple.

  8. W36xb2w
    | Répondre

    constat on ne voit pas l’intégration du cout du fioul ( 1133 L soit 793 Euros/an) en plus du cout de la conso PAC
    le calcul du cout des conso pac donne 816 Euros/an
    donc total 1609 Euros/an
    Il est dit 3000 a 5000 Euros de fioul par an avant la PAC la marge est énorme mais je prend la moyenne 4000 Euros à 70 cent/l =2800 L ce qui me semble correcte pour la surface.
    Cela donne donc 2800-1133=1667 l de fioul soit 1167 euros à comparer à 816 Euros qu’il dit avoir dépensé en électricité,mais là encore j’ajoute un bémol il n’est pas ajouté le surcout de l’abonnement qui doit etre certainement plus élevé qu’avant.exemple si il avait 6 Kw abonnement HP TTC en 2009 77.08 euros à ce jour je suppose 15 Kw HC/Hp 292.35 euros on ajoute donc 295.35-77.08=218.27 euros/an
    [b]l’économie réelle est donc de
    1167-816-218.27=132.73 Euros [/b]
    INAMORTISSABLE
    Voir ma PAC et je n’ai plus le fioul ou autres
    http://www.chaleurterre.com/wiki/doku.php?id=pompes:stiebel_eltron_wpl_18_avec_ecs_-_w36xb2w
    Mes consos
    http://www.chaleurterre.com/wiki/doku.php?id=pompes:consospompes#bilan_hiver_2009_2010

  9. Mireille et sylvain
    | Répondre

    Bonjour, nous avons nous aussi investit dans une pompe à chaleur avec la société Ma geothermie , nous consommons pour 250 m² à chauffer 500 euros par an de chauffage , et pour l eau chaude sanitaire, ils nous ont mis un ballon thermodynamique phenix france enr , super , 4 euros par mois d éléctricitè pour l eau chaude pour 3 personnes .
    Voici une petite vidéo sympatique qu ils viennent de nous envoyer .

    http://client.cac-pub.tv/generate.php?idv=317

  10. jpl
    | Répondre

    bonjour !
    mon expérience :
    pavillon 160 m2 chauffage central au fuel avec ballon ECS
    construction:1976 isolation laine de verre
    survitrage rajouté après
    avec ce système consommation annuelle de fuel:
    de 2200à2500l/an selon le climat hivernal
    en 2008 :chaudière d’origine “fatiguée”
    il fallait choisir un autre generateur de chauffage !
    aérothermie…géothermie…… relève de chaudière…….?
    décision de consulter un sourcier pour vérifier si par hasard,
    il n’y aurait pas une source dans notre sous sol (750m2)
    bien nous en a pris car, il à trouvé selon lui 10m2/heure à 52 m
    ensuite,forage et….et… à 50 m…….minimum 12 m2/h
    eau un peu noire (sous-sol en shiste)mais qui s’est éclaircie dans le temps
    et qui passe depuis 2 ans sans filtration dans la pac
    plus arrosage du jardin, chasses d’eau….etc
    septembre 2008 après plusieurs devis ,visites d’installations,
    notre choix s’est porté sur un fabricant local de pompes à chaleur(Regor)
    et un petit installateur artisan
    depuis, la pac (12KW en 220) nous chauffe , produit l’ECS et nous avons même poussé jusqu’a mettre un préparateur d’eau chaude pour alimenter la machine à laver , qui n’utilise pratiquement plus sa résistance
    t° ecs=55°relevée à 60°une fois par jour (risque de légionellose)
    t°eau chauffage= de 0 à 55°mais en général entre 35°et 40°
    j’ai remplacé 4 radiateurs tole d’origine, par 5 radiateurs fonte (1 de + dans la pièce de vie) de récupération beaucoup plus performants
    la première année ,difficile de faire un bilan comparatif car, mise en route, réglages divers
    le confort avec ce type de chauffage est supérieur à la chaudière fuel:plus doux ,plus constant….c’est ma femme qui le dit ! !
    bilan financier : cout total forage compris 25000€ -8000€ (crédit d’împot en 2009)soit 17000€ (beaucoup plus cher qu’une chaudière fuel neuve !)
    mais par rapport à mes 2500l de fuel (l’hiver dernier fut rigoureux)
    ma facture d’electricité uniquement pompe à chaleur pour chauffage et ecs(compris pompage dans le forage) :680€de octobre 2009 à octobre 2010
    pour l’entretien,nous attaquons le 3ème hiver sans problême

    je pense que pour une construction neuve le plancher chauffant est beaucoup plus économique que les radiateurs ! pourtant ,qui n’a pas souffert autrefois dans les bureaux de mal aux jambes du au chauffage par le sol ! il est vrai que ça nétait peut-être pas de la basse t° !

    voilà mon histoire !
    si ça peut aider !

  11. FRESSE Jean
    | Répondre

    Bonjour,
    les pompes à chaleur Air/Air ne sont plus éligibles au crédit d’impôt.
    Le COP est insuffisant en période froide.
    Salutation

  12. gilles
    | Répondre

    SURTOUT NE JAMAIS ACHETER DE POMPE A CHALEUR VIESSMANN.
    Il y a 5 ans j’ai fait le choix d’une PAC Viessmann dont le devis était supérieur de 2000 € par rapport aux 2 autres. Dépense totale 18430 €. 1 an après ils doivent changer la PAC car de nombreuses pannes et impossible à -1° d’avoir plus de 17° dans la maison. Quelques semaines après la pose de la 2° PAC les mêmes pannes recommencent c’est-à-dire des fuites de gaz sur les circuits internes à répétition. Bien qu’ayant entre temps changé mes menuiseries, la température à -1° n’excède pas les 15°. De plus en plus catastrophique. 1 an après la pose de la 2° machine, Viessmann ne veut plus voir intervenir la société Turquand, installateur (société importante de Vendée) remettant en cause leur compétence. Et 4 ans après en leur écrivant que je n’ai toujours pas de chauffage, il déduise que la machine est sous-dimensionnée et que je dois contacter Turquand et qu’en plus je dois payer les interventions de réparations. Il est bien entendu que je lance une procédure aux 2 sociétés. Je pensais qu’en mettant le prix et fait le choix d’une entreprise de notoriété comme Viessmann me mettrait à l’abri. Foutaise il pense seulement à me vendre avec un tarif exceptionnel une autre machine. Entre temps j’apprends que Viessmann a changé ses fournisseurs pour la fabrication de ses pompes a chaleur. Je ne reste pas anonyme et met une de mes adresses mail à disposition pour fournir plus d’éléments: p.gillespub@laposte.net

  13. Merci pour la création du blog, c’est vraiment très utile.

  14. Article très interesant.

  15. franck diego
    | Répondre

    soit 479 Euros/mois donc on te rend de l’argent alors !…

  16. Francois
    | Répondre

    Il y a eu beaucoup de progrès sur la mise en place des PACs, ce cas intéressant est à tempérer évidemment aussi avec de mauvaises expériences ou mauvais dimensionnement d’installation. Cependant ici il s’agit d’une PAC eau/eau en géothermie, et les résultats sont là pour montrer que cela fonctionne voilà ce qui est intéressant c’est aussi les économies calculées et .. réalisées. François

  17. Discount Environnement
    | Répondre

    Bien rédigé, et très pédagogique, merci pour cet article !

Répondre