» » » Solaire photovoltaïque: "La France ne doit pas devenir le pays du soleil couchant"!

Solaire photovoltaïque: "La France ne doit pas devenir le pays du soleil couchant"!

Solaire Photovoltaïque

Communiqué de presse co-signé par AIPF, CAPEB, CLER, FFB-GMPV, FNH, FNE, ENERPLAN, HESPUL, NégaWatt, Réseau Action Climat, SER-SOLER, WWF:

“Nous, représentants d’entrepreneurs, de collectivité locales, de salariés, d’investisseurs, de bâtisseurs, d’organisations non gouvernementales avons découvert le projet de texte visant à encadrer le développement de la filière photovoltaïque. Dans quinze jours au plus tard, si rien ne change, 25.000 emplois, créés dans la foulée d’une rupture écologique et économique majeure – le Grenelle de l’Environnement – seront mis en péril, plusieurs milliers seront supprimés à très court terme.

Le Gouvernement souhaitait légitimement réguler et encadrer le coût pour la collectivité du développement du solaire photovoltaïque. Mais le projet actuel met en grave danger une filière naissante dont la crise de croissance, réelle, méritait un traitement adapté.

Des propositions constructives pour maintenir la CSPE à un niveau supportable pour les consommateurs d’électricité tout en ouvrant de réelles perspectives ont été formulées au cours de la réflexion collective menée cet hiver, mais aucune recommandation du panel des acteurs présents (industriels, installateurs, artisans, agriculteurs, ONG, collectivités locales, parlementaires,…) n’a trouvé un quelconque écho dans le projet d’encadrement déposé par l’Administration.

La concertation menée depuis fin 2010 n’aurait-elle donc servi à rien?

Alors qu’une large majorité de Français déclare accepter de payer plus cher leur électricité pour que se développent les énergies renouvelables en général et le solaire photovoltaïque en particulier. Personne ne conteste que l’électricité photovoltaïque est appelée à contribuer très largement à l’approvisionnement énergétique de la planète: la question aujourd’hui est de savoir quel rôle notre pays se prépare à jouer dans cette formidable compétition? C’est un sentiment d’incompréhension qui s’impose à tous les acteurs de la filière.

Le manque de vision de l’extraordinaire potentiel énergétique et industriel du photovoltaïque pour notre pays risque de conduire à des décisions lourdes de conséquences.

L’abandon de la filière se traduirait concrètement par des fermetures d’entreprises, mais aussi comme un signal négatif à la diversification énergétique et au changement de paradigme reposant sur la sobriété et l’efficacité énergétiques couplées à un recours substantiel à l’énergie solaire.

Il n’est ni trop tard pour revoir un texte dangereux, ni trop tôt pour engager notre pays sur une trajectoire énergétique associant prospérité, création d’emplois et lutte contre le changement climatique.

Nous demandons solennellement au Gouvernement de réaffirmer son ambition pour la filière en amendant dans un sens constructif le projet de texte lors de son examen par le Conseil Supérieur de l’énergie le 2 mars prochain et en ouvrant rapidement, dans l’esprit du Grenelle de l’environnement, le chantier d’un “Plan solaire photovoltaïque” ambitieux et bénéfique pour tous”.

Source: Communiqué de presse du 28 février 2011 de AIPF, CAPEB, CLER, FFB-GMPV, FNH, FNE, ENERPLAN, HESPUL, NégaWatt, Réseau Action Climat, SER-SOLER, WWF.

2 réponses

  1. Michel FRANCO
    | Répondre

    Notre gouvernement a réussi le tour de force de faire croire aux citoyens que le photovoltaïque est une des sources principales des augmentations du cout de l’énergie.

    Le lobbying a été très bien mené par des maitres de la manipulation.

    Le rapport Charpin, me semble avoir été commandé pour justifier les décisions douloureuses qui vont être prises pour protéger EDF.

    EDf doit comprendre qu’elle n’est plus en situation de monopole. C’est là la clé de voute du problème. Honte à EdF.

    La grande maison est vétuste, gouvernée avec des méthodes qui n’ont plus cours. La CSPE injustifiable dans sa forme actuelle. Le nucléaire part à volo, nos centrales sont usées jusqu’à la corde.

    Et le PV responsable !

    Et notre demi premier ministre qui ose dire que le moratoire débouche sur une relance du photovoltaïque. Une relance pour les initiés qui ont court-circuité la file d’attente. pas pour tous les jeunes, motivés qui ont participé au développement de la filière.

    j’ai honte d’être français et d’essayer de construire une énergie propre pour mon pays.

    Michel FRANCO
    Gérant Energissimo !

  2. noêl
    | Répondre

    Ayant crée au début des années 1980 un bureau d’ étude particulièrement axé sur le développement d’ appareillages électriques et électroniques électrosolaires destinés à des sites isolés ( Afrique surtout), je suis un peu surpris de l’ engouement actuel pour l’ énergie solaire photovoltaïque
    En juillet 2010, le gouvernement français a présenté un plan pour l’atteinte de 23% d’énergie d’origine renouvelable. Celui-ci prévoit 5400 MWc d’énergie photovoltaïque pour 2020 (soit 54.000.000 de M² de capteurs de technologie actuelle Sicr !!)
    Un générateur de 1 kWc produit en moyenne en France 1 MWH/AN, le projet de 5400 MWc pour 2020 fourira donc 5,4 TWH/AN , soit 0,9 % de la production électrique française actuelle (en 2011)
    Quel cout pour l’ achat et la mise en place de ces 5400 MWc ? Quel cout pour le démantelement des installations et leur recyclage tous les 25 ans environ ? Les panneaux photovoltaïques sont importés à 10 % . Notre balance commerciale déja ultra déficitaire a t elle besoin de cette charge supplémentaire ?
    Ne pas perdre de vue aussi que la production des lingots de silicium nécessaires à la fabrication des panneaux photovoltaïques est l’ une des industries les plus polluantes qui soit
    En résumé et dans la mesure ou un générateur photovoltaïque necessite pour sa fabrication environ 40 % de l’ énergie qu’ il produira durant toute son existance (moyenne française), le photovoltaïque dans le MIX énergétique est il économiquement envisageable ?
    Cet engouement n’ est il pas essentiellement lié à l’ effet d’ aubaine du au fait qu’ il est pour le moment financé par un impôt spécifique prélevé sur les factures EDF ?
    Curieux modèle économique

Répondre