» » » » Solar Impulse 2, ils l’ont fait !

Solar Impulse 2, ils l’ont fait !

Après 23 jours de vol et plus de 44 000 km en 15 mois les deux pilotes Bertrand Piccard et d’André Borschberg ont bouclé à Abu Dhabi un tour du Monde par étape en avion solaire sans autre énergies que celle du soleil. Alors y a-t-il de quoi prouver que les énergies renouvelables sont pleines de réserves ?

Qu’est-ce que le Solar impulse ?

Copyright_Solar_Impulse_lands_Abu_Dhabi
Copyright Solar Impulse lands Abu Dhabi ABB

C’est en 2003 que commence l’aventure Solar Impulse avec un premier prototype test le Solar Impulse 1 qui a fait ses preuves en Europe, au Maroc et aux Etats-Unis. Et c’est tout une équipe d’ingénieurs, de physiciens, informaticiens, électriciens et bien d’autres spécialistes qui s’est réunie autour de Bertrand Piccard et d’André Borschberg pour relever le défi de faire voler un avion de jour comme de nuit avec uniquement des énergies propres et donc aucun carburant fossile. Une véritable promotion des énergies renouvelables et des nouvelles technologies à leur service par l’intermédiaire de l’énergie solaire.

Les caractéristiques techniques du Solar Impulse 2

Après plusieurs essais et quelques améliorations du SI1 (Solar Impulse 1), le SI2 (Solar Impulse 2) a vu le jour en 2014.

D’une envergure de 72m, d’une longueur de 22.40m et d’une hauteur de 3.37m, la structure du SI2 est faite en fibre de carbone. Le dessus de l’avion, et notamment des ailes, est composé de 17 248 cellules solaires encapsulées (d’une épaisseur de 135 microns) soit représentant une surface de 269.5m². Ces cellules, en silicium monocristallins sont légères et flexibles permettant un rendement d’environ 20%.

Il possède également 4 moteurs de 17.5 CV chacun ainsi qu’un ensemble de batteries capable de stocker l’énergie.

De nombreux capteurs recouvrent l’avion afin de pouvoir identifier par une équipe au sol à  n’importe quel moment les paramètres de vol (état du système ou encore état de santé du pilote).

 

Stocker l’énergie pour la nuit

Solar Impulse Abu Dhabi1 Copyright

Car le pari fou a été de voler aussi bien de jour que de nuit. La journée, pas de problème pour cela le soleil est le plus souvent présent, mais la nuit il faut prévoir une solution de stockage de l’énergie solaire reçue dans la journée par les cellules photovoltaïques. C’est par un microréseau que cela a pu être rendu possible : des réseaux électriques autonomes, alimentés par l’énergie solaire, sont associés à des batteries de secours (à technologie de charge rapide) capables de basculer d’une source d’énergie à une autre en quelques secondes seulement.

 

SI2 a pu voir le jour grâce à la confiance de plusieurs sponsors et a pu faire ses preuves aux yeux du monde. Et ce n’est qu’un début pour prouver que les énergies propres ont toute leur place dans notre société et qu’elles sont capables de beaucoup de choses. Espérons que cela donne des idées aux industriels et aux ingénieurs pour améliorer encore et toujours les possibilités de ces énergies.

 

Enfin ajoutons que ce projet, comme tout projet, a un coût, coût qui est couvert par des budgets marketing et communication des différents sponsors. Alors oui cela coûte… mais n’est-ce pas mieux que ces budgets marketing servent à démontrer la pertinence actuelle des solutions à base d’énergie renouvelable ?

Répondre