» » Un futur incertain pour l’éco-PTZ

Un futur incertain pour l’éco-PTZ

Le sujet des aides financières pour la rénovation énergétique a été débattu le 7 juillet lors de l’assemblée générale du Plan Bâtiment Durable, et certains dispositifs posent problème. Notamment l’éco-PTZ (individuel et collectif) qui risque de ne pas être prolongé au-delà de sa date limite du 31 décembre 2015.

Ce qui pose problème pour l’éco-PTZ individuel

eco-PTZL’éco-PTZ ne marche pas assez bien compte tenu de son objectif de départ de 10 000 prêts par mois. En effet, en 2014 seulement 32 000 éco-PTZ individuels pour un montant moyen de travaux de plus de 21 000 euros ont été délivrés (données SGFGAS), et pas plus de 2 000 prêts pour le 1er trimestre 2015.

Les premières mises en cause sont les banques qui montreraient une résistance face à l’éco-PTZ, et ce même après une simplification du dispositif qui les déchargeait du contrôle technique des dossiers. La ministre du logement, Sylvia Pinel, demande aux banques de s’engager formellement à la distribution de l’éco-PTZ sans quoi celui-ci ne serait pas renouvelé au-delà du 31 décembre 2015.

Toutefois, le Plan Bâtiment Durable considère que plus de 30 000 éco-PTZ distribués en 2014 est déjà non négligeable et ce, tenant compte de la mauvaise communication autour de ce dispositif. En plus de cela, il faut noter que le CITE est plus facilement accessible car on peut le demander pour une action de rénovation alors que l’éco-PTZ requiert un bouquet de travaux. Enfin, l’obtention du prêt nécessite que les travaux soient réalisés par des professionnels RGE qui sont encore en nombre insuffisant.

Quoiqu’il en soit, le Plan Bâtiment Durable croit au potentiel de ce prêt et appelle à la mobilisation de la filière afin de le poursuivre en 2016.

Ce qui pose problème pour l’éco-PTZ collectif 

Aucun éco-PTZ collectif n’a été distribué à ce jour alors que celui-ci est disponible depuis le 1er janvier 2015 : aucune banque ne le propose. En effet, aucun avenant à la convention du prêt n’a encore été signé… Cette signature serait en cours.

Cependant les banques blâment la complexité de l’éco-PTZ collectif (déjà simplifié) ainsi que les coûts informatiques qu’il engendre qui ne sont pas rentables au vu de sa période de fin (31/12/15). Ce sont donc tous les efforts de mise en œuvre du prêt qui seraient gâchés s’il n’est pas reconduit.

Et pourtant, ce n’est pas la motivation des syndics qui manque. D’ailleurs l’éco-PTZ collectif représente un levier majeur pour la rénovation énergétique des copropriétés. Seulement, la réglementation du prêt pourrait empêcher beaucoup de syndics qui n’y sont pas conformes de l’obtenir.

En conclusion, il faut espérer que le dispositif sera reconduit sur l’année 2016 afin que l’éco-PTZ individuel puisse se développer et que l’éco-PTZ collectif puisse enfin émerger. Mais  cela ne sera pas possible sans l’engagement des banques et une communication efficace.

sources: Plan Bâtiment Durable, SGFGAS, le Moniteur

Répondre