» » Valoriser 80% des déchets du second œuvre sans surcoût

Valoriser 80% des déchets du second œuvre sans surcoût

La loi de transition énergétique pour la croissance verte a fixé à 70% l’objectif de valorisation des déchets du bâtiment d’ici à 2020. Mais selon l’ADEME nous en sommes à peine à 35%… Alors où en est la filière de recyclage du second œuvre en France ? Comment l’améliorer ?

La situation du recyclage en France, encore des efforts à faire

évacuation équipements électriques-Démoclès
Evacuation des équipements électriques sur le chantier-DEMOCLES

Les déchets du second œuvre représentent 10 millions de tonnes de déchets par an sur les 38 millions de tonnes de déchets produits par le bâtiment. Malgré des filières de revalorisation dans la plupart des cas, seuls 3 millions de tonnes du second œuvre sont recyclés chaque année. La route est encore longue pour atteindre les fameux 70%…

Les déchets du second œuvre sont issus de la partie non constructive du bâtiment, composés de déchets inertes (briques, carrelage…), de déchets non dangereux (plâtre, revêtement de sol…) et de déchets dangereux (équipements électriques…). 24 catégories ont été identifiées avec la possibilité de recyclage dans 15 catégories (équipements électriques, lampes et tubes fluorescents, moquette en dalle, ouvrants, plâtre, verre plat…).

 

Le projet Démoclès, qu’est-ce que c’est ?

Le projet Démoclès est un projet à l’initiative de Récylum dans le but de faire évoluer la filière de recyclage des déchets du second œuvre en France suite à une démolition ou une réhabilitation.

Récylum est un éco-organisme à but non lucratif en charge de la collecte et du recyclage des lampes usagées, et des équipements électriques et électroniques professionnels (DEEE Pro) du bâtiment, de l’industrie, de la recherche et du médical. Ce projet collaboratif (près de 40 entreprises, institutions, organismes et administrations) et financé en partie par l’ADEME, permet de mettre en avant les points essentiels pour réussir un chantier de déconstruction et revaloriser un maximum de déchets.

Responsabilités partagées du maître d’ouvrage au démolisseur

Il faut savoir que, tant que les déchets ne sont pas en déchèterie ou en centre de recyclage, c’est le maitre d’ouvrage qui en a la responsabilité juridique. Et c’est bien souvent oublié et laissé à la responsabilité de l’entreprise de travaux qui considère le traitement de ces déchets comme un poids et surtout qui engendre un surcoût.

tri sur chantier-DEMOCLES
Tri des matériaux sur le chantier-DEMOCLES

Le rôle du maitre d’ouvrage est donc primordial dans la filière du recyclage puisqu’il est le premier maillon de la chaîne. Il doit fixer le cadre, exprimer ses attentes et s’assurer que les objectifs fixés soient atteints. Le rôle du maitre d’œuvre est tout aussi important puisqu’il va, entre autre, être responsable de l’inventaire préalable, il devra mettre en place le DCE (Document de Consultation des Entreprises) et préparer le cadre du plan de gestion. Estimée comme très contraignante, la règlementation imposant ces différents documents est rarement respectée.

Enfin les entreprises de travaux doivent être assez formées et compétentes pour gérer et conditionner les déchets.

Pour que la gestion des déchets de chantier soit optimum, il faut absolument former les différents acteurs et prendre en compte les problématiques à toutes les échelles de décision. Trop souvent les projets sont en cascades et il n’y a finalement pas de concertation et de discussion entre maître d’ouvrage et entreprises de travaux. La mise en place d’un dialogue entre toutes les parties est clé de réussite d’un chantier de déconstruction/réhabilitation bien géré.

 

Eviter les mélanges dans les bennes pour améliorer la valorisation

conteneurs de tri déchets-Récylum
Benne de tri des déchets-Récylum

Le gros problème des chantiers de réhabilitation/ démolition est que 90% des déchets du second œuvre finissent en benne, mélangés. C’est une erreur de penser que mettre seulement 2 ou 3 bennes (en fonction des possibilités de place) sera suffisant et adapté au recyclage. Sans compter sur le fait qu’il y a une contamination massive des déchets de toute la benne si un équipement, qui contient des éléments dangereux, venait à être cassé ; rendant le recyclage quasi-impossible ou compliqué et donc sources de perte de temps et d’argent.

Il n’est donc pas nécessaire d’avoir de grosses bennes pour chaque type de déchet, bien souvent de petits contenants suffisent amplement. Pour améliorer la valorisation des déchets, il est préférable de privilégier la récupération « mono-flux » en pieds de chantier. Car du fait de la collecte en mélange, le taux de valorisation n’est que de 35% (pour les déchets inertes) quand il pourrait atteindre jusqu’à 90% ! Et les avantages d’une mise en place de dépose sélective sont nombreux :

  • Une facilité de transport du fait des petits contenants.
  • Une rapidité pour l’opérateur qui n’a pas plus de geste à faire en plaçant son déchet dans le bon contenant mais qui gagne du temps en fin de chantier.
  • Une évacuation plus fréquente permettant une libération de l’espace de stockage.
  • Aucun surcoût n’est engendré pour cette mise en place. Car si certaines filières de recyclage sont parfois chères, ce prix est largement compensé en évitant les frais cachés (notamment en mains d’œuvre) engendré par un tri et un nettoyage en fin de chantier.

Les idées reçues concernant le recyclage et la revalorisation des déchets du bâtiment sont souvent négatives car bien souvent considérés comme trop contraignant à gérer. Or mettre en place dès le début un réel plan permet à la fois d’économiser du temps et de l’argent sans faire de gestes supplémentaires. « L’idée selon laquelle le tri des déchets coûterait plus cher est fausse. Cela permet de mieux les valoriser par nature, ce qui fait que le coût de transport et de traitement est moins cher » explique Jean-Marie Rouèche, directeur Architecture, Technique & Travaux des Galeries Lafayette.

A signaler également la possibilité d’écouler les produits restants en fin de chantier, les pots de peintures en surplus et autres matériaux, sur le site de chantier moins cher.

Source : Projet Démoclès

Répondre